new icn messageflickr-free-ic3d pan white
35th HIGH-LEVEL MEETING OF HEADS OF UN PEACE MISSIONS IN WEST AFRICA | by unowas
Back to photostream

35th HIGH-LEVEL MEETING OF HEADS OF UN PEACE MISSIONS IN WEST AFRICA

 

 

At the invitation of the Special Representative of the Secretary-General and Head of the United Nations Office for West Africa and the Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, the Heads of the United Nations Missions in West Africa held their 35th High-level Meeting on 04 February 2020 in Dakar, Senegal.

 

The objective was to strengthen coordination in order to enhance synergies to address common challenges facing the West African and Sahel regions.

 

In attendance were the Special Representatives of the UN Secretary-General in Mali (MINUSMA), Mahamat Saleh Annadif, in Guinea-Bissau (UNIOGBIS), Rosine Sori-Coulibaly, and for West Africa and the Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas. The Special Representative of the UN Secretary-General for Central Africa (UNOCA) François Louncény Fall, the United Nations Resident Coordinators for Côte d’Ivoire, Philippe Poinsot and Liberia, Kingsley Amaning, and the Director for Western Africa Division of the Departments of Political and Peacebuilding Affairs and Operations, Abdel-Fatau Musah also attended.

 

Discussions focused on the political, socio-economic and security situation and trends in West Africa and the Sahel and their impact on neighboring regions including the Central African region. They expressed their condolences to the families of victims of attacks by violent extremists, both civilian and military, including in Mali, Burkina Faso and Niger, as well as in the Lake Chad Basin while strongly condemning attacks against civilians and peacekeepers. They underlined the need for a multidimensional and regional approach to address the root causes of insecurity and called for enhanced cooperation amongst all relevant actors and concerned governments.

 

1. The Special Representatives and Heads of Mission and Resident Coordinators commended efforts to sustain peace and stability in Côte d’Ivoire and welcomed the recent launch by the Government of a new phase of political dialogue on the Electoral Code, ahead of the 2020 presidential election. They expressed concern about the growing crisis of confidence between key actors in the electoral process and encouraged a constructive engagement of all stakeholders in the dialogue, to ensure a broad consensus and inclusivity in the electoral process. The participants welcomed the efforts of the Resident Coordinator and the UN Country Team to implement the recommendations of the United Nations Electoral Needs Assessment Mission, deployed from 11 to 22 November 2019. The participants also welcomed regional and international initiatives to enhance the credibility of the electoral process and urged all political actors to promote peace and stability.

 

2. The Heads of Mission expressed concerns at the ongoing political tensions and violence as well as human rights violations in Guinea, and called on all actors to exercise restraint and engage in constructive dialogue to resolve their differences ahead of upcoming legislative and presidential elections with utmost respect for democratic principles and the rule of law. They encouraged all actors to take steps to promote social cohesion and avoid the use of incendiary language.

 

3. The Heads of Mission welcomed the holding of peaceful presidential elections in Guinea-Bissau completed on 29 December 2019; and commended the people of Guinea-Bissau for having actively exercised their civic duty, political actors for resorting to legal means in their dispute of the election results, and national stakeholders and the international partners for the support and collaboration provided. However, they expressed concern that post-electoral stabilization efforts are facing serious challenges owing to persisting distrust and polarization between political actors. The Heads of Mission urged all political stakeholders to put national interests above personal and partisan considerations to build consensus on important national priorities to consolidate peace and stability. They encouraged partners, particularly the Group of Five (AU, CPLP, ECOWAS, EU and UN) to continue to coordinate their efforts and to support and engage the Bissau-Guinean political actors in order to foster genuine dialogue, peace and development in the country.

 

4. The Heads of Mission took note of the briefing on the current political and economic situation in Liberia, particularly the January 6 protest, and welcomed dialogue by the government, pressure groups and opposition political parties that ensured that the protest was peaceful. They enjoined the people and government of Liberia to sustain efforts to address various political, economic and governance challenges facing Liberia and reiterated the importance of the maintenance of peace and security. The Heads of Mission also urged the National Elections Commission and the government to ensure the timely conduct of the Senatorial elections in October 2020, in conformity with the Constitution. they appealed to all political actors to refrain from using incendiary speech that undermines national reconciliation and social cohesion. They commended the UN Country Team’s coordinated support to Liberia as well as the strong partnership between the UN, ECOWAS and international partners, particularly on conflict prevention and good offices. The Heads of Mission called on the international community to continue its support to Liberia to further enhance peace consolidation and sustainable development.

 

5. The Heads of Mission noted with satisfaction the holding of the Inclusive National Dialogue in Mali. The resulting resolutions and recommendations testify to the importance and relevance of the debates, which augur an improved political climate. The resumption of the work of the Monitoring Committee for the implementation of the Peace and Reconciliation Agreement in Mali should be seized as an opportunity to accelerate the peace process. At the same time, the Heads of Mission expressed concerns over the deteriorating security situation and deplored the loss of life for both Malian and foreign forces, whose sacrifices they praised. They also encouraged the Government of Mali to continue taking the necessary measures, with the support of MINUSMA, to find lasting political solutions to the worrying situation in the Centre of the country.

 

6. The Heads of Mission welcomed the ongoing Political Dialogue in Senegal, expressed satisfaction about the important milestones achieved so far, and noted that a consensual agreement on a new electoral code ahead of the local elections will further consolidate Senegal’s track record of democratic governance. They also welcomed the strong political commitment to fully implement all recommendations, as a move to build national cohesion in support of national development.

 

7. The Heads of Mission equally welcomed the holding of a political dialogue in Benin and encouraged all actors to promote inclusivity in political and electoral processes while highlighting the continued need for dialogue to address political grievances. They urged all actors to collectively work towards creating a peaceful atmosphere for the 2020 local elections.

 

8. The Heads of Mission welcomed progress being made in the preparations for the presidential election in Togo and encouraged all actors to commit to its peaceful conduct and address any disputes with the utmost respect for the rule of law.

 

9. The Heads of Mission encouraged the stakeholders in The Gambia to pursue key reforms towards post-transition stabilization with full respect for the rule of law, human rights and in the spirit of dialogue.

 

10. The Heads of Mission commended the Economic Community of West African States (ECOWAS) for its efforts to promote peace and stability in the region, particularly in promoting peaceful electoral processes. They recognized the leadership of ECOWAS in scaling up efforts to address the spread of violent extremism and terrorism and the implementation of decisions taken at the summits in Ouagadougou in September and Abuja in December 2019 in this regard.

 

11. The Heads of Mission welcomed increased collaboration between the Mano River Union (MRU) and the UN system in the MRU basin during 2019.

 

12. The Heads of Mission indicated that, although the conduct of elections in the region continues to improve, pre- and post electoral periods continue to be characterized by tensions. In this regard, they called on authorities and national stakeholders to work together to ensure a level playing field and help create an environment that is conducive to the holding of peaceful, inclusive, transparent and credible elections in Guinea, Cote d’Ivoire, Niger, Burkina Faso, Togo and Ghana in 2020.

 

13. The Heads of Mission welcomed the scaling up of operations of the G5 Sahel Joint Force, in line with recent commitments made in Pau, France on 13 January 2020 by the Heads of State of France and the G5 Sahel countries. They emphasized that a multidimensional approach, notably through the establishment of its police component, and respect for human rights are essential to the success of the Joint Force.

 

14. The Heads of Mission expressed deep concerns over the violence against the civilian population and security and defense forces, that has skyrocketed in the Sahel region in 2019. They deplored that, in Mali, Niger and Burkina Faso, terrorist armed groups have expanded their presence, leading to unprecedented numbers of internally displaced persons. They applauded the collective resolve of the seven countries in the region within the Accra Initiative to enhance stronger cross-border partnership.

 

15. While commending the Multinational Joint Task Force, the G5 Sahel Force and Security and defense Forces of conflict-affected countries, the Heads of Mission expressed grave concerns over a cycle of ethnic violence and revenge targeting of civilians by both state and non-state actors in Burkina Faso and Mali; the continuing deterioration in the security situation in the Lake Chad Basin countries; kidnapping for ransom, bandit and militia attacks and herder-farmer clashes across Nigeria; and the corresponding challenging humanitarian situation across the region. The Heads of Mission stressed the need for a comprehensive approach to addressing the challenges posed by terrorist organizations other violent non-state actors by focusing on security, respect for human rights and the rule of law, governance and development, while encouraging authorities to continue to domesticate the Regional Strategy for the Stabilization, Recovery and resilience of Boko Haram-affected areas of the lake Chad Basin.

 

16. The Heads of Mission took note of the briefing provided by SRSG Fall on the situation in Central Africa and efforts by member States of the Economic Community of Central African States (ECCAS) to promote peace, stability, good governance and socioeconomic development in the sub-region. They commended the ECCAS Heads of State and Government for the adoption of the ECCAS reform instruments on 18 December 2019 and reaffirmed the UN commitment to provide support for the implementation of the reform. They also welcomed UNOCA and UNOWAS determination to continue working closely with ECCAS and ECOWAS in support of the implementation of the Lomé Declaration on Peace, Security, Stability, and the Fight Against Terrorism and Violent Extremism in Central and West Africa, and to operationalize the Interregional Coordination Centre for the Implementation of the Regional Strategy for Maritime Safety and Security in Central and West Africa.

 

17. The Heads of Mission recognized efforts by national, regional and international partners in the fight against transnational organized crime and trafficking in the region, acknowledging that the scourge of these practices continues to aggravate insecurity and threaten the stability of the region through funding of terrorist organizations and other violent groups and undermining of state authority and the formal economies of the region. The Heads of Mission reiterated the threat posed by the continued presence of perpetrators of transnational organized crime, arms, human and illicit drug traffickers, and the nexus between these activities and terrorist organizations and other violent groups in the region; further highlighting the urgency of the efforts by the United Nations and other international partners to support and help increase the capacity of national institutions to combat these enablers of terrorism and violent extremism.

 

18. The meeting welcomed regional initiatives aimed at addressing persistent challenges to governance, security, humanitarian needs, and human rights, including sexual and gender-based violence, in West Africa and the Sahel. Heads of Mission urge governments and relevant stakeholders to continue improving the legislative and institutional framework for the respect of fundamental human rights which are key to democratic consolidation. The meeting also recognized efforts to promote gender equality in the region but called for significant progress especially, with regards to women’s participation in political and peacebuilding processes at all levels. Furthermore, the Heads of Mission acknowledged the relevance and potential of a strengthened Civil Society in the region.

 

19. The Heads of Mission agreed to continue to reinforce their cooperation and exchange on best practices and lessons learnt on transitions within an integrated approach with the UN Country Teams in the spirit of the reform on repositioning the UN Development System.

 

20. The Heads of Mission agreed to continue to cooperate and to strengthen information-sharing between their missions on key issues affecting the region.

 

21. Participants expressed their gratitude to SRSG Mohamed Ibn Chambas for hosting the meeting and agreed that the venue of the next meeting will be in Bamako in November 2020.

 

unowas.unmissions.org/35th-high-level-meeting-heads-un-pe...

 

35e RÉUNION DE HAUT NIVEAU DES CHEFS DES MISSIONS DE PAIX DES NATIONS UNIES EN AFRIQUE DE L'OUEST

 

 

À l'invitation du Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, les chefs des missions des Nations Unies en Afrique de l'Ouest ont tenu leur 35eme réunion de haut niveau le 4 février 2020 à Dakar, au Sénégal.

 

L'objectif était de renforcer la coordination afin d'améliorer les synergies pour relever les défis communs auxquels sont confrontées les régions de l'Afrique de l'Ouest et du Sahel.

 

Les représentants spéciaux du Secrétaire général des Nations Unies au Mali (MINUSMA), Mahamat Saleh Annadif, en Guinée-Bissau (BINUGBIS), Rosine Sori-Coulibaly, et pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, étaient présents. Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l'Afrique centrale (UNOCA), François Louncény Fall, les coordinateurs résidents des Nations unies pour la Côte d'Ivoire, Philippe Poinsot et le Libéria, Kingsley Amaning, et le directeur de la division Afrique de l'Ouest du Département des Affaires Politiques et de la Consolidation de la Paix et des Opérations, Abdel-Fatau Musah, étaient également présents.

 

Les discussions ont porté sur la situation et les tendances politiques, socio-économiques et sécuritaires en Afrique de l'Ouest et au Sahel, ainsi que sur leur impact sur les régions voisines, notamment la région d'Afrique centrale. Les participants ont exprimé leurs condoléances aux familles des victimes d'attaques d'extrémistes violents, tant civils que militaires, notamment au Mali, au Burkina Faso et au Niger, ainsi que dans le bassin du lac Tchad, tout en condamnant fermement les attaques contre les civils et les casques bleus. Ils ont souligné la nécessité d'une approche multidimensionnelle et régionale pour s'attaquer aux causes profondes de l'insécurité et ont appelé à une coopération renforcée entre tous les acteurs et gouvernements concernés.

 

1. Les représentants spéciaux, les chefs de mission et les coordinateurs résidents ont salué les efforts déployés pour maintenir la paix et la stabilité en Côte d'Ivoire et se sont félicités du lancement récent par le gouvernement d'une nouvelle phase de dialogue politique sur le code électoral, à l'approche de l'élection présidentielle de 2020. Ils ont exprimé leur préoccupation face à la crise de confiance croissante entre les principaux acteurs du processus électoral et ont encouragé un engagement constructif de toutes les parties prenantes au dialogue, afin de garantir un large consensus et une inclusion de tous dans le processus électoral. Les participants ont salué les efforts du coordinateur résident et de l'équipe pays des Nations unies pour mettre en œuvre les recommandations de la mission d'évaluation des besoins électoraux des Nations unies, déployée du 11 au 22 novembre 2019. Les participants ont également salué les initiatives régionales et internationales visant à renforcer la crédibilité du processus électoral, et ont exhorté tous les acteurs politiques à promouvoir la paix et la stabilité.

 

2. Les chefs de mission ont exprimé leur inquiétude face aux tensions et à la violence politiques actuelles ainsi qu'aux violations des droits de l'homme en Guinée, et ont appelé tous les acteurs à faire preuve de retenue et à engager un dialogue constructif pour résoudre leurs différends avant les prochaines élections législatives et présidentielles dans le plus grand respect des principes démocratiques et de l'État de droit. Ils ont encouragé tous les acteurs à prendre des mesures pour promouvoir la cohésion sociale et éviter l'utilisation d'un langage incendiaire.

 

3. Les chefs de mission se sont félicités de la tenue d'élections présidentielles pacifiques en Guinée-Bissau, qui se sont achevées le 29 décembre 2019, et ont félicité le peuple de Guinée-Bissau pour avoir exercé activement son devoir civique, et les acteurs politiques d'avoir eu recours à des moyens juridiques pour contester les résultats des élections, ainsi que les acteurs nationaux et les partenaires internationaux pour le soutien et la collaboration qu'ils ont apporté. Toutefois, ils ont exprimé leur préoccupation quant au fait que les efforts de stabilisation post-électorale sont confrontés à de sérieux défis en raison de la méfiance et de la polarisation persistantes entre les acteurs politiques. Les chefs de mission ont exhorté tous les acteurs politiques à placer les intérêts nationaux au-dessus des considérations personnelles et partisanes afin de parvenir à un consensus sur les priorités nationales importantes pour consolider la paix et la stabilité. Ils ont encouragé les partenaires, en particulier le Groupe des cinq (UA, CPLP, CEDEAO, UE et ONU) à continuer de coordonner leurs efforts et à soutenir les acteurs politiques bissau-guinéens afin de favoriser un véritable dialogue, la paix et le développement dans le pays.

 

4. Les chefs de mission ont pris note du point fait sur la situation politique et économique actuelle au Liberia, en particulier la manifestation du 6 janvier, et se sont félicités du dialogue engagé par le gouvernement, les groupes de pression et les partis politiques d'opposition, qui a permis de garantir le caractère pacifique de la manifestation. Ils ont exhorté le peuple et le gouvernement du Liberia à poursuivre les efforts visant à relever les divers défis politiques, économiques et de gouvernance auxquels le pays est confronté et ont réitéré l'importance du maintien de la paix et de la sécurité. Les chefs de mission ont également exhorté la Commission électorale nationale et le gouvernement à assurer le bon déroulement des élections sénatoriales d'octobre 2020, conformément à la Constitution. Ils ont appelé tous les acteurs politiques à s'abstenir d'utiliser des discours incendiaires qui compromettent la réconciliation nationale et la cohésion sociale. Ils ont salué le soutien coordonné de l'équipe pays des Nations unies au Liberia ainsi que le partenariat solide entre les Nations unies, la CEDEAO et les partenaires internationaux, notamment en matière de prévention des conflits et de bons offices. Les chefs de mission ont appelé la communauté internationale à poursuivre son soutien au Liberia afin de renforcer encore la consolidation de la paix et le développement durable.

 

5. Les chefs de mission ont noté avec satisfaction la tenue du Dialogue National Inclusif au Mali. Les résolutions et recommandations qui en ont résulté témoignent de l'importance et de la pertinence des débats, ce qui laisse présager une amélioration du climat politique. La reprise des travaux du Comité de Suivi de la mise en œuvre de l'Accord de Paix et de Réconciliation au Mali doit être saisie comme une opportunité pour accélérer le processus de paix. Les chefs de mission ont exprimé leur préoccupation face à la détérioration de la situation sécuritaire et ont déploré les pertes en vies humaines des forces maliennes et étrangères, dont ils ont salué les sacrifices. Ils ont également encouragé le gouvernement Malien à continuer de prendre les mesures nécessaires, avec l'appui de la MINUSMA, pour trouver des solutions politiques durables à la situation préoccupante dans le centre du pays.

 

6. Les chefs de mission se sont félicités du dialogue politique en cours au Sénégal, ont exprimé leur satisfaction au sujet des étapes importantes franchies jusqu'à présent et ont noté qu'un accord consensuel sur un nouveau code électoral avant les élections locales consolidera encore le bilan du Sénégal en matière de gouvernance démocratique. Ils se sont également félicités de l'engagement politique ferme de mettre pleinement en œuvre toutes les recommandations, dans le but de renforcer la cohésion nationale qui aidera au développement national.

 

7. Les chefs de mission ont également salué la tenue d'un dialogue politique au Bénin et ont encouragé tous les acteurs à promouvoir l'inclusion dans les processus politiques et électoraux tout en soulignant la nécessité de poursuivre le dialogue pour répondre aux griefs politiques. Ils ont exhorté tous les acteurs à œuvrer collectivement à la création d'un climat pacifique pour les élections locales de 2020.

 

8. Les chefs de mission se sont félicités des progrès accomplis dans la préparation de l'élection présidentielle au Togo et ont encouragé tous les acteurs à s'engager à la conduire de manière pacifique et à régler tout différend dans le plus grand respect de l'État de droit.

 

9. Les chefs de mission ont encouragé les parties prenantes en Gambie à poursuivre les réformes clés en vue de la stabilisation post-transition dans le plein respect de l'État de droit, des droits de l'homme et dans l'esprit du dialogue.

 

10. Les chefs de mission ont félicité la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour ses efforts visant à promouvoir la paix et la stabilité dans la région, notamment en encourageant des processus électoraux pacifiques. Ils ont salué le leadership de la CEDEAO dans l'intensification des efforts pour faire face à la propagation de l'extrémisme violent et du terrorisme et dans la mise en œuvre des décisions prises à cet égard lors des sommets de Ouagadougou en septembre et d'Abuja en décembre 2019.

 

11. Les chefs de mission ont salué le renforcement de la collaboration entre l'Union du fleuve Mano (UFM) et le système des Nations unies dans le bassin de l'UFM en 2019.

 

12. Les chefs de mission ont indiqué que, bien que le déroulement des élections dans la région continue de s'améliorer, les périodes pré et post électorales continuent d'être marquées par des tensions. À cet égard, ils ont appelé les autorités et les acteurs nationaux à travailler ensemble pour garantir des conditions qui contribuent à créer un environnement propice à la tenue d'élections pacifiques, inclusives, transparentes et crédibles en Guinée, en Côte d'Ivoire, au Niger, au Burkina Faso, au Togo et au Ghana en 2020.

 

13. Les chefs de mission se sont félicités de l'intensification des opérations de la force conjointe du G5 Sahel, conformément aux récents engagements pris à Pau (France) le 13 janvier 2020 par la France et les pays du G5 Sahel. Ils ont souligné qu'une approche multidimensionnelle, notamment par la mise en place de sa composante Police, et le respect des droits de l'homme sont essentiels pour le succès de la Force conjointe.

 

14. Les chefs de mission ont exprimé leur profonde inquiétude face à la violence contre la population civile et les forces de sécurité et de défense, qui a augmenté dans la région du Sahel en 2019. Ils ont déploré qu'au Mali, au Niger et au Burkina Faso, les groupes armés terroristes ont pu étendre leur présence, entraînant un nombre sans précédent de personnes déplacées à l'intérieur du pays. Ils ont salué la volonté collective des sept pays de la région, dans le cadre de l'initiative d'Accra, de renforcer le partenariat transfrontalier.

 

15. Tout en félicitant la Force multinationale conjointe, la Force du G5 pour le Sahel et les Forces de sécurité et de défense des pays touchés par les conflits, les chefs de mission ont exprimé leur vive inquiétude face au cycle de violence ethnique et de vengeance qui cible les civils, tant par des acteurs étatiques que non étatiques, au Burkina Faso et au Mali ; à la détérioration continue de la situation sécuritaire dans les pays du bassin du lac Tchad ; aux enlèvements contre rançon, aux attaques de bandits et de milices et aux affrontements entre éleveurs et agriculteurs dans tout le Nigeria ; et à la situation humanitaire difficile qui prévaut dans toute la région. Les chefs de mission ont souligné la nécessité d'adopter une approche globale pour relever les défis posés par les organisations terroristes et les autres acteurs non étatiques violents, en mettant l'accent sur la sécurité, le respect des droits de l'homme et de l'État de droit, la gouvernance et le développement, tout en encourageant les autorités à continuer d'intégrer la stratégie régionale pour la stabilisation, le redressement et la résilience des zones touchées par le Boko Haram dans le bassin du lac Tchad.

 

16. Les chefs de mission ont pris note de l'exposé du RSSG Fall sur la situation en Afrique centrale et sur les efforts déployés par les États membres de la Communauté Économique des États de l'Afrique Centrale (CEEAC) pour promouvoir la paix, la stabilité, la bonne gouvernance et le développement socio-économique dans la sous-région. Ils ont félicité les chefs d'État et de gouvernement de la CEEAC pour l'adoption des instruments de réforme de la CEEAC le 18 décembre 2019 et ont réaffirmé l'engagement des Nations unies à apporter leur soutien à la mise en œuvre de la réforme. Ils ont également salué la détermination de l'UNOCA et de l'UNOWAS à continuer de travailler en étroite collaboration avec la CEEAC et la CEDEAO pour soutenir la mise en œuvre de la Déclaration de Lomé sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique centrale et occidentale, et à rendre opérationnel le Centre interrégional de coordination pour la mise en œuvre de la Stratégie régionale pour la sécurité et la sûreté maritimes en Afrique centrale et occidentale.

 

17. Les chefs de mission ont salué les efforts déployés par les partenaires nationaux, régionaux et internationaux dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée et le trafic dans la région, en reconnaissant que le fléau de ces pratiques continue d'aggraver l'insécurité et de menacer la stabilité de la région en finançant des organisations terroristes et d'autres groupes violents et en sapant l'autorité de l'État et les économies officielles de la région. Les chefs de mission ont réitéré la menace que représente la criminalité transnationale organisée, des trafiquants d'armes, d'êtres humains et de drogues illicites, ainsi que le lien entre ces activités et les organisations terroristes et autres groupes violents de la région ; ils ont également souligné l'urgence des efforts déployés par les Nations Unies et d'autres partenaires internationaux pour soutenir et aider à renforcer la capacité des institutions nationales à lutter contre ces facteurs de terrorisme et d'extrémisme violent.

 

18. La réunion a salué les initiatives régionales visant à relever les défis persistants en matière de gouvernance, de sécurité, de besoins humanitaires et de droits de l'homme, y compris la violence sexuelle et celle basée sur le Genre, en Afrique de l'Ouest et au Sahel. Les chefs de mission demandent instamment aux gouvernements et aux parties prenantes concernées de continuer à améliorer le cadre législatif et institutionnel pour le respect des droits de l'homme fondamentaux, qui sont essentiels à la consolidation de la démocratie. La réunion a également reconnu les efforts déployés pour promouvoir l'égalité des sexes dans la région, mais a appelé à des progrès significatifs, notamment en ce qui concerne la participation des femmes aux processus politiques et de consolidation de la paix à tous les niveaux. En outre, les chefs de mission ont reconnu la pertinence et le potentiel d'une société civile renforcée dans la région.

 

19. Les chefs de mission ont convenu de continuer à renforcer leur coopération et à échanger sur les meilleures pratiques et les enseignements tirés des transitions dans le cadre d'une approche intégrée avec les équipes pays des Nations unies, dans l'esprit de la réforme sur le repositionnement du système de développement des Nations unies.

 

20. Les chefs de mission ont convenu de continuer à coopérer et à renforcer l'échange d'informations entre leurs missions sur les questions clés touchant à la région.

 

21. Les participants ont exprimé leur gratitude au RSSG Mohamed Ibn Chambas pour avoir accueilli la réunion et ont convenu que la prochaine réunion se tiendra à Bamako en novembre 2020.

 

unowas.unmissions.org/fr/35e-r%C3%A9union-de-haut-niveau-...

1,273 views
0 faves
0 comments
Taken on February 4, 2020