new icn messageflickr-free-ic3d pan white
View allAll Photos Tagged spiritualité

(english follow)

 

De ma fenêtre sur la vie

 

« Il m’arrive de croire qu’il y a trois grands mystères dans nos vies (la spiritualité mise à part) : l’amour, l’art et la beauté. Cela ne laisse pas beaucoup de place pour les algorithmes, les mathématiques et la physique quantique, n’est-ce pas? C’est que, voyez-vous, ceux-là sont applicables aux phénomènes que l’on peut, avec un peu de patience, reproduire, prédire et expliquer simplement…Mais l’âme humaine et ses mystères les déroutent complètement. C’est pourtant la magie de ces mystères qui illumine nos vies toujours complexes, souvent imprévisibles, parfois passionnantes et trop souvent douloureuses. » (Patrice - extrait de « De ma fenêtre sur la vie » (à paraître))

 

Photo originale : Un mur de pierre du Vieux Québec

 

——————

From my window on life

 

I happen to believe that there are three great mysteries in our lives (spirituality apart): love, art, and beauty. That does not leave much room for algorithms, mathematics and quantum physics, isn't it? It is that, you see, these are applicable to phenomena that can be reproduced, predicted and explained, with a little patience. But the human soul and its mysteries completely disturb them. Yet, the magic of these mysteries illuminates our lives, ever-complex, often unpredictable, sometimes passionate and very often painful.

(Patrice - fragment from "From my window on life" (forthcoming))

 

Original photo : A stone wall in Old Quebec

Du haut de ses 900 ans, l'Abbaye de Hautecombe domine fièrement le lac du Bourget. Nichée dans un écrin de la côte sauvage à Saint-Pierre-de-Curtille, l’abbaye royale ne manque pas de charme. Et les visiteurs ne s’y trompent pas : chaque année, ils sont des milliers à venir se ressourcer dans ce lieu, classé monument historique.

Construite à la fin du XII e siècle par des moines cisterciens venus de la Haute Combe de Cessens dans l’Albanais, cette abbaye est un haut lieu de la spiritualité chrétienne où des communautés monastiques ont mené une vie de prière et de travail. Choisie comme nécropole par les comtes de Savoie, puis par les derniers souverains de la Maison de Savoie, elle connut un rayonnement spirituel important jusqu’au XIV e siècle. Avant de subir une douloureuse descente aux enfers. Pillée, puis transformée en faïencerie pendant la Révolution française, elle sera finalement abandonnée pendant 17 années. En 1824, Charles-Félix, roi de Piémont-Sardaigne, releva Hautecombe de ses ruines pour en faire un grand mausolée en hommage à ses ancêtres de la Maison de Savoie.

Chercher la lumière dans toute chose, car elle fut première avant tout! #1

le soleil apparaît dans cette flaque d'eau sur mon balcon

 

"Croyez en l'amour. Croyez en la magie (de l'Univers). Croyez aussi un peu aux autres. Croyez surtout en vous. Croyez en vos rêves.

... Si vous ne le faites pas, qui le fera?"

 

***

"Believe in love. Believe in magic. Believe in others. Believe in yourself. Believe in your dreams. If you don't, who will?"

Cit. by Jon Bon Jovi

 

__________________________________________________

 

:copyright: Tous droits réservés / Tutti i diritti riservati / All rights reserved

DON'T CLAIM AS YOUR OWN | NON-COMMERCIAL PURPOSE

 

Please, don't copy and use this image on websites, blogs or

other media (such as Facebook, Instagram, PicsArt, Pinterest, Tumblr, Blogger, WordPress, Google+, … ).

 

All my images are protected under international authors copyright laws and may not be shared, downloaded, reproduced, copied, or edited without my written explicit permission. Any unauthorized use is strictly illegal and can be punishable by law.

 

If you want to use my photographs, you must request my permission via Flickr Mail or using my website's Contact Form : → HERE

(I speak french, italian and a little bit of english).

 

Website | Blog | Guestbook

 

The last from this serie of the pink stairway!! thanks for all your beautiful comments on these shots!!

~~~~~~~~~~~~~~~~Really Better View On Black And Large

~~~~~~~~~~~~~~~~Discover My whole photostream on darckr

The basilica Saint-Sernin of Toulouse is a sanctuary built to shelter saint Saturnin's relics, first bishop of Toulouse, tortured in 250. Become one of the most important centers of pilgrimage of the medieval West, she(it) was harmed(served), for the IXth century at the latest and until the French Revolution, by a canonical community. Saint-Sernin is the biggest Romanic church kept(preserved) in Europe.

Melozzo da Forli (Melozzo degli Ambrosi) 1438-1494. Fresques. Anges musiciens, cherubins et têtes d'apôtres. Fragments d'une Ascension du Christ. Angels musicians, cherubim and heads of apostles. Fragments of an Ascension of Christ.

Vers 1480. Rome. Vatican.

 

L'ART MIROIR DES VALEURS D'UNE SOCIETE (2)

 

L'art, la peinture en particulier, est un reflet des valeurs spirituelles et morales d'une société. Un miroir de ses conceptions du monde, de ses aspirations, de ses craintes, de ses interrogations sur la destinée de l'homme, des sociétés, de l'univers.

La peinture Egyptienne permet d'apercevoir les croyances de ce peuple à son époque. On y voit clairement le reflet d' une société bien équilibrée, également partagée entre un amour de la vie quotidienne, celle du peuple et celle des élites, et des espérances concernant l'au delà. Espérances qui, contrairement à ce qui a été écrit, n'étaient pas réservées au Pharaon. On y lit l'existence d'une société relativement libre, où la femme est très présente, égale de l'homme dans toutes les classes de la société. Sans entrer dans les détails, l'art des civilisations de la Mésopotamie, à la même époque, ne présente pas les mêmes caractéristiques.

 

L'art des lettrés chinois est un reflet des conceptions du monde taoïstes et confucianistes. Il est significatif que dans d'immenses paysages, l'homme y est toujours présenté comme une créature agissante, pensante, mais presque insignifiante. Un être parmi les Dix mille Êtres. Le commandement premier est de ne pas troubler l'harmonie de l'Univers. Il est clair aussi que cet art ne reflète pas les valeurs de la société chinoise dans son ensemble mais d'une petite minorité.

 

L'Art hindouiste exprime l'extraordinaire complexité, la profondeur, des interrogations philosophiques et religieuses qui caractérise la civilisation indienne. On y voit clairement que l'une des idées essentielles de la spiritualité hindoue est que la vérité à des visages multiples, et même apparemment contraires. L'homme tient dans l'univers une place éminente, mais il reste une créature parmi d'autres, au sein d'un univers complexe qui le dépasse beaucoup, dans le temps comme dans l'espace.

 

L'Art de l'Antiquité Grecque et Romaine donne l'image d'une société équilibrée mais où l'humain a pris beaucoup d'importance. L'Homme domine clairement un monde où il vit sa vie, mais cependant toujours à condition de se tenir à distance des Dieux, tout en les honorant. On n'aperçoit pas en Grèce ou Rome, à la différence de l' Egypte, de grandes espérances métaphysiques. La Vie c'est la vie, puis la mort. Point.

 

L'Art, la peinture en particulier, montre que pendant Mille Cinq Cent ans (500-1500) l'Europe a construit sa société sur les fondements de la spiritualité et de la morale catholique et orthodoxe. 1500 ans cela constitue des racines. Ces racines peuvent être totalement oubliées, si l'élite le veut. Et elle le veut. Au Proche Orient absolument rien n'a subsisté, après les invasions musulmanes, d'une domination de la civilisation gréco-romaine qui avait pourtant duré, elle aussi, plus de mille ans. Mais les racines, profondes, au Proche Orient étaient sémitiques pas indo-européennes. La Grèce et Rome n'étaient qu'une greffe superficielle.

 

La peinture des Pays Bas du Nord, protestants, met en évidence l'existence d'une rupture très claire, et très rapide, en l'espace d'une ou deux générations, des valeurs qui animent une partie de la société européenne.

D'une part c'est la disparition des références à l'Antiquité Grecque et Romaine. La revanche de l'Europe du Nord sur celle du Sud n'est pas seulement économique, elle est culturelle.

D'autre part c'est la quasi disparition des thèmes religieux. C'est la naissance d'une peinture, profane, matérialiste, dont les thèmes sont : Le paysage, les moeurs de la vie en société, la nature morte, le portrait. La peinture du Siècle d'Or néerlandais est l' acte de naissance de la peinture que l'on appellera "Art Moderne".

 

A partir de 1815, une fois la paix revenue en Europe, et jusque vers 1950, en dates grosses et larges, c'est la période de l'Art Moderne. Dès l'époque romantique la peinture explose en une multitude de courants représentatifs de conceptions du monde et de valeurs extrêmement diverses. Globalement, et malgré les conflits très violents, l'Europe n'est pas soumise à une idéologie unique. La peinture montre cette diversité d'inspiration. Du romantisme au classicisme, du réalisme à l'expressionnisme, du symbolisme au surréalisme, du néo-raphaélisme au fauvisme, de l'art académique à l'impressionnisme, du figuratif à l'abstrait c'est une explosion de diversité, de recherches, d'innovations. Mais le passé européen n'est pas rejeté, ni moralement, ni culturellement, ni techniquement. L'Architecture montre aussi très bien cette diversité : c'est à la fois le temps de la Tour Effel, et l'époque de toutes les architectures historicistes : néo-grec, néo-romain, néo-byzantin, néo-roman, néo-gothique, néo-baroque. Un chant du cygne ?

 

A partir de 1950 la peinture européenne change : On le constate dans nos musées d'Art Contemporain.

Des questions se posent inévitablement :

Quelles valeurs de civilisation cette peinture contemporaine reflète ?

Quelles fidélités, et quelles espérances ?

Quelles beautés ?

Quelles significations, métaphysiques ou physiques, symboliques ou réalistes ?

Quelles croyances ?

Quelle vie pour aujourd'hui ou demain ?

 

ART, MIRROR OF THE VALUES OF A SOCIETY (2)

 

Art, the painting in particular, is a reflection of the spiritual and moral values of a society. A mirror of his worldviews, of its aspirations, its fears, of its doubts about the destiny of human, of society, of the universe.

The Egyptian paint allows to see the beliefs of the people in his time. It clearly shows the reflection of a well-balanced society, also shared a love of everyday life, that of the people and the elite, and the Hopes for the afterlife. Expectations that, contrary to what was written, were not reserved for the Pharaoh. We read the existence of a relatively free society, where women are very present, equal to men in all classes of society. Without going into details, the art of the civilizations of Mesopotamia, at the same time, does not have the same characteristics.

 

The art of the Chinese literati is a reflection of the Taoist and Confucian concepts of the world. It is significant that in immense landscapes, the human is always presented as an creature, acting, thinking, but almost insignificant. A Being among the ten thousand Beings. The first commandment is not to disturb the harmony of the universe. It is also clear that this art does not reflect the values of Chinese society as a whole, but a small minority.

 

Art, the painting in particular, shows that during Thousand Five Hundred Years (500-1500) Europe has built his society on the foundations of spirituality and morality Catholic and Orthodox. 1500 years this is roots. These roots can be completely forgotten, if the elite wants. And she wants. In the Middle East absolutely nothing has remained, after the Muslim invasions, of domination of the Greco-Roman civilization, although it had lasted, too, over a thousand years. But deep roots in the Middle East, were Semitic. They where not Indo-European. Greece and Rome were only a superficial graft.

 

The painting of the Netherlands Northern, Protestant, reveals the existence of a very clear rupture, and very fast, within one or two generation, of the values that animate a part of European society.

On the one hand it is the disappearance of references to ancient Greek and Roman. Revenge of northern Europe on the South is not only economic, it is cultural.

On the other hand it is the virtual disappearance of religious themes. This is the birth of a painting, secular, materialist, whose themes are: landscape, customs of social life, still life, portrait. The painting of the Dutch Golden Age is the birth of painting which will be called "Modern Art".

 

Since 1815, when peace returned to Europe, and until about 1950, in large and wide dates, it is the period of Modern Art. Since the romantic era, the painting explodes in a multitude of currents, representative of worldviews and values, extremely diverse. Overall, and despite the very violent conflicts, Europe is not subject to a single ideology. The painting shows the diversity of inspiration. From romanticism to classicism, from realism to expressionism, from symbolism to surrealism, from raphaélisme to fauvisme, from academic art to impressionism, from figurative to abstract, it is an explosion of diversity, research and innovations.

But the European past is not rejected, neither morally or culturally or technically. The architecture also shows very well this diversity: it is both the time of the Eiffel Tower, and times of all historicist architectures: Greek Revival, neo-Roman, neo-Byzantine, Romanesque, neo-Gothic, neo-Baroque. A swan song?

 

After 1950 European painting changed: This can be seen in our museums of Contemporary Art.

Any questions inevitably arise:

What values of civilization reflects this contemporary painting ?

What loyalties, and what hopes?

What beauty?

What meanings, metaphysical or physical, symbolic or realistic?

What beliefs?

What a life for today or tomorrow?

   

Master of the Vyssi Brod Altarpiece. Vyssi Brod Altarpiece.

Nativité

Prague vers 1350.

Prague Narodni galerie Couvent Sainte Agnès de Bohême.

 

L'ART MIROIR DES VALEURS D'UNE SOCIETE (2)

 

L'art, la peinture en particulier, est un reflet des valeurs spirituelles et morales d'une société. Un miroir de ses conceptions du monde, de ses aspirations, de ses craintes, de ses interrogations sur la destinée de l'homme, des sociétés, de l'univers.

La peinture Egyptienne permet d'apercevoir les croyances de ce peuple à son époque. On y voit clairement le reflet d' une société bien équilibrée, également partagée entre un amour de la vie quotidienne, celle du peuple et celle des élites, et des espérances concernant l'au delà. Espérances qui, contrairement à ce qui a été écrit, n'étaient pas réservées au Pharaon. On y lit l'existence d'une société relativement libre, où la femme est très présente, égale de l'homme dans toutes les classes de la société. Sans entrer dans les détails, l'art des civilisations de la Mésopotamie, à la même époque, ne présente pas les mêmes caractéristiques.

 

L'art des lettrés chinois est un reflet des conceptions du monde taoïstes et confucianistes. Il est significatif que dans d'immenses paysages, l'homme y est toujours présenté comme une créature agissante, pensante, mais presque insignifiante. Un être parmi les Dix mille Êtres. Le commandement premier est de ne pas troubler l'harmonie de l'Univers. Il est clair aussi que cet art ne reflète pas les valeurs de la société chinoise dans son ensemble mais d'une petite minorité.

 

L'Art hindouiste exprime l'extraordinaire complexité, la profondeur, des interrogations philosophiques et religieuses qui caractérise la civilisation indienne. On y voit clairement que l'une des idées essentielles de la spiritualité hindoue est que la vérité à des visages multiples, et même apparemment contraires. L'homme tient dans l'univers une place éminente, mais il reste une créature parmi d'autres, au sein d'un univers complexe qui le dépasse beaucoup, dans le temps comme dans l'espace.

 

L'Art de l'Antiquité Grecque et Romaine donne l'image d'une société équilibrée mais où l'humain a pris beaucoup d'importance. L'Homme domine clairement un monde où il vit sa vie, mais cependant toujours à condition de se tenir à distance des Dieux, tout en les honorant. On n'aperçoit pas en Grèce ou Rome, à la différence de l' Egypte, de grandes espérances métaphysiques. La Vie c'est la vie, puis la mort. Point.

 

L'Art, la peinture en particulier, montre que pendant Mille Cinq Cent ans (500-1500) l'Europe a construit sa société sur les fondements de la spiritualité et de la morale catholique et orthodoxe. 1500 ans cela constitue des racines. Ces racines peuvent être totalement oubliées, si l'élite le veut. Et elle le veut. Au Proche Orient absolument rien n'a subsisté, après les invasions musulmanes, d'une domination de la civilisation gréco-romaine qui avait pourtant duré, elle aussi, plus de mille ans. Mais les racines, profondes, au Proche Orient étaient sémitiques pas indo-européennes. La Grèce et Rome n'étaient qu'une greffe superficielle.

 

La peinture des Pays Bas du Nord, protestants, met en évidence l'existence d'une rupture très claire, et très rapide, en l'espace d'une ou deux générations, des valeurs qui animent une partie de la société européenne.

D'une part c'est la disparition des références à l'Antiquité Grecque et Romaine. La revanche de l'Europe du Nord sur celle du Sud n'est pas seulement économique, elle est culturelle.

D'autre part c'est la quasi disparition des thèmes religieux. C'est la naissance d'une peinture, profane, matérialiste, dont les thèmes sont : Le paysage, les moeurs de la vie en société, la nature morte, le portrait. La peinture du Siècle d'Or néerlandais est l' acte de naissance de la peinture que l'on appellera "Art Moderne".

 

A partir de 1815, une fois la paix revenue en Europe, et jusque vers 1950, en dates grosses et larges, c'est la période de l'Art Moderne. Dès l'époque romantique la peinture explose en une multitude de courants représentatifs de conceptions du monde et de valeurs extrêmement diverses. Globalement, et malgré les conflits très violents, l'Europe n'est pas soumise à une idéologie unique. La peinture montre cette diversité d'inspiration. Du romantisme au classicisme, du réalisme à l'expressionnisme, du symbolisme au surréalisme, du néo-raphaélisme au fauvisme, de l'art académique à l'impressionnisme, du figuratif à l'abstrait c'est une explosion de diversité, de recherches, d'innovations. Mais le passé européen n'est pas rejeté, ni moralement, ni culturellement, ni techniquement. L'Architecture montre aussi très bien cette diversité : c'est à la fois le temps de la Tour Effel, et l'époque de toutes les architectures historicistes : néo-grec, néo-romain, néo-byzantin, néo-roman, néo-gothique, néo-baroque. Un chant du cygne ?

 

A partir de 1950 la peinture européenne change : On le constate dans nos musées d'Art Contemporain.

Des questions se posent inévitablement :

Quelles valeurs de civilisation cette peinture contemporaine reflète ?

Quelles fidélités, et quelles espérances ?

Quelles beautés ?

Quelles significations, métaphysiques ou physiques, symboliques ou réalistes ?

Quelles croyances ?

Quelle vie pour aujourd'hui ou demain ?

 

ART, MIRROR OF THE VALUES OF A SOCIETY (2)

 

Art, the painting in particular, is a reflection of the spiritual and moral values of a society. A mirror of his worldviews, of its aspirations, its fears, of its doubts about the destiny of human, of society, of the universe.

The Egyptian paint allows to see the beliefs of the people in his time. It clearly shows the reflection of a well-balanced society, also shared a love of everyday life, that of the people and the elite, and the Hopes for the afterlife. Expectations that, contrary to what was written, were not reserved for the Pharaoh. We read the existence of a relatively free society, where women are very present, equal to men in all classes of society. Without going into details, the art of the civilizations of Mesopotamia, at the same time, does not have the same characteristics.

 

The art of the Chinese literati is a reflection of the Taoist and Confucian concepts of the world. It is significant that in immense landscapes, the human is always presented as an creature, acting, thinking, but almost insignificant. A Being among the ten thousand Beings. The first commandment is not to disturb the harmony of the universe. It is also clear that this art does not reflect the values of Chinese society as a whole, but a small minority.

 

Art, the painting in particular, shows that during Thousand Five Hundred Years (500-1500) Europe has built his society on the foundations of spirituality and morality Catholic and Orthodox. 1500 years this is roots. These roots can be completely forgotten, if the elite wants. And she wants. In the Middle East absolutely nothing has remained, after the Muslim invasions, of domination of the Greco-Roman civilization, although it had lasted, too, over a thousand years. But deep roots in the Middle East, were Semitic. They where not Indo-European. Greece and Rome were only a superficial graft.

 

The painting of the Netherlands Northern, Protestant, reveals the existence of a very clear rupture, and very fast, within one or two generation, of the values that animate a part of European society.

On the one hand it is the disappearance of references to ancient Greek and Roman. Revenge of northern Europe on the South is not only economic, it is cultural.

On the other hand it is the virtual disappearance of religious themes. This is the birth of a painting, secular, materialist, whose themes are: landscape, customs of social life, still life, portrait. The painting of the Dutch Golden Age is the birth of painting which will be called "Modern Art".

 

Since 1815, when peace returned to Europe, and until about 1950, in large and wide dates, it is the period of Modern Art. Since the romantic era, the painting explodes in a multitude of currents, representative of worldviews and values, extremely diverse. Overall, and despite the very violent conflicts, Europe is not subject to a single ideology. The painting shows the diversity of inspiration. From romanticism to classicism, from realism to expressionism, from symbolism to surrealism, from raphaélisme to fauvisme, from academic art to impressionism, from figurative to abstract, it is an explosion of diversity, research and innovations.

But the European past is not rejected, neither morally or culturally or technically. The architecture also shows very well this diversity: it is both the time of the Eiffel Tower, and times of all historicist architectures: Greek Revival, neo-Roman, neo-Byzantine, Romanesque, neo-Gothic, neo-Baroque. A swan song?

 

After 1950 European painting changed: This can be seen in our museums of Contemporary Art.

Any questions inevitably arise:

What values of civilization reflects this contemporary painting ?

What loyalties, and what hopes?

What beauty?

What meanings, metaphysical or physical, symbolic or realistic?

What beliefs?

What a life for today or tomorrow?

  

Reflections of multicolored lights on a lake in an oriental garden, we can very well see the typically Japanese bridge.

Montmartre (Sacre Coeur), roof of Paris

Orazio Gentileschi. (Orazio Lorni) 1561-1639. Gênes et Londres. L'Annonciation. The Annunciation. Vers 1623. Turin. Sabauda.

 

LA PEINTURE EUROPEENNE : UNE HISTOIRE EN IMAGE. ( 2 )

 

L'Europe a connu dans son histoire plusieurs ruptures de valeurs spirituelles et morales, et de civilisations, dont l'Art, et la peinture en particulier, témoignent très clairement. Quatre ruptures plus ou moins brutales et plus ou moins sensibles :

- La fin de la civilisation gréco-romaine et l'avènement du christianisme. (1)

- La "Renaissance" (2)

- La "Réforme" (3)

- Les "Lumières" (4)

A chacun de ces stades, l'art européen - la peinture en particulier- a changé, plus ou moins vite, plus ou moins profondément.

 

La "Renaissance" n'est pas un événement économique, technique, politique ou social. C'est un phénomène strictement culturel. Ce n'est pas réduire son importance, car les évolutions idéologiques parmi les élites d'une société sont déterminantes du sort des peuples, souvent malheureusement.

L'élite de l'Europe de l'Ouest, pour diverses causes, prend à nouveau en considération certaines des conceptions du monde qui étaient celles de l'Antiquité. La Renaissance annonce clairement la fin de l' hégémonie presque absolue de la conception catholique et orthodoxe du monde et de l'homme qui a régné pendant mille ans sur l'Europe : de 500 à 1500.

Mais la Renaissance n'est pas une rupture profonde de civilisation, comme l'a été l'effondrement de l'Antiquité grecque et romaine.

Les nouvelles références idéologiques n'entrent pas en conflit ouvert avec les conceptions catholiques qui demeurent vivantes et actives. Même dans l'élite. Les Papes sont tout à fait "Renaissants". Ils sont même les inspirateurs et les mécènes les plus efficaces de l'art de la Renaissance. Et toute l'Eglise est derrière eux.

La population ignore totalement cette évolution, et continue de vivre selon les représentations du monde de l'époque précédente. La spiritualité, la morale, le droit de la société européenne ne changent aucunement en profondeur.

L'Art est là encore un témoin de cette évolution. Architecture, sculpture, peinture adoptent certaines techniques gréco-romaines, certaines règles esthétiques de l'Antiquité, mais aussi certains des thèmes de la mythologie et de l'histoire grecque et romaine. Sans aucunement abandonner les thèmes inspirés par la religion. En fait on constate l'existence d' un Art Européen à deux vitesses : Catholique ou orthodoxe, pour les peuples. Inspiré par l'Antiquité, pour les élites.

A l'échelle de l'Europe entière cette coexistence pacifique va durer un long temps. Plusieurs siècles. Plus longtemps dans l'Europe du Sud que dans l'Europe du Nord.

  

THE EUROPEAN PAINTING: A STORY IN PICTURE (2)

 

In its history, Europe has experienced several failures of its spiritual and moral values. Several ruptures of civilizations, whose the Art, and painting in particular, demonstrate very clearly. Four breaks, more or less brutal and more or less sensitive:

-The end of the Greco-Roman civilization and the advent of Christianity. (1)

-The "Renaissance" (2)

-The "Reform" (3)

-The "Lights" (4)

At each of these stages, the European art - painting in particular - has changed, more or less quickly, more or less deeply

 

The "Renaissance" is not an economic, technical, political or social event. This is a strictly cultural phenomenon. It's not reduce its importance because the ideological change among the elites of a society, are crucial for the fate of peoples, often unfortunately.

The elite of Western Europe, for various causes, takes again into consideration some of the worldviews which were those of antiquity. Renaissance clearly announces the end of the almost absolute hegemony of the Catholic and Orthodox conception of the world and the man who ruled for a thousand years in Europe: from 500 to 1500

But the Renaissance is not a profound rupture of civilization, as was the collapse of the Greek and Roman Antiquity.

The new ideological references do not come into open conflict with Catholic concepts, that remain alive and active. Even in the elite. The Popes are entirely "Renaissants". They are even the instigators and the most effective patrons of the Renaissance Art. And the whole Church is behind them.

The population completely ignored these developments, and continues to live by the world representations of the previous era. Spirituality, morality, law of European society does not change in depth.

The Art is, once again, a witness to this evolution. Architecture, sculpture, painting adopt some Greco-Roman techniques, some aesthetic rules of antiquity, but also some of the themes of Greco-Roeman mythology and history. Without in any way abandoning the themes inspired by religion. In fact we find the existence of a two-speed European Art: Catholic or Orthodox, for the peoples. Inspired by antiquity, for the elites.

On the scale of the whole of Europe this peaceful coexistence will last a long time. Several centuries. Longer in southern Europe than in northern Europe.

   

Détail du mausolée d'Humayun, Delhi, Inde, où l'on voit un jeune homme se recueillant.

Unity church

Rue Girouard / Rue Sherbrooke

Révérend Lafontant of Unity church

Married Francine and I back in the day

  

www.youtube.com/watch?v=MPR7gAKrJ1o

Zaman - Batalti Eli

Unity is a Christian non denominational church

Unity to my Muslim , Buddhist , Jewish , Catholic , Protestant , Atheist , & Agnostic friends etc ...

g

Montreal

 

Joseph Anton Koch. 1765-1839. Rome. Bernese oberland. 1816.

Dresde. Gemälde Galerie Neue Meister. Albertinum.

Peintre autrichien actif à Rome. Paysagiste de tendances romantiques par l'esprit, classique par la manière de peindre.

 

Austrian painter active in Rome. Landscapist of romantic tendencies by the spirit, classic by the way of painting.

 

L'ART MIROIR DES VALEURS D'UNE SOCIETE (2)

 

L'art, la peinture en particulier, est un reflet des valeurs spirituelles et morales d'une société. Un miroir de ses conceptions du monde, de ses aspirations, de ses craintes, de ses interrogations sur la destinée de l'homme, des sociétés, de l'univers.

La peinture Egyptienne permet d'apercevoir les croyances de ce peuple à son époque. On y voit clairement le reflet d' une société bien équilibrée, également partagée entre un amour de la vie quotidienne, celle du peuple et celle des élites, et des espérances concernant l'au delà. Espérances qui, contrairement à ce qui a été écrit, n'étaient pas réservées au Pharaon. On y lit l'existence d'une société relativement libre, où la femme est très présente, égale de l'homme dans toutes les classes de la société. Sans entrer dans les détails, l'art des civilisations de la Mésopotamie, à la même époque, ne présente pas les mêmes caractéristiques.

 

L'art des lettrés chinois est un reflet des conceptions du monde taoïstes et confucianistes. Il est significatif que dans d'immenses paysages, l'homme y est toujours présenté comme une créature agissante, pensante, mais presque insignifiante. Un être parmi les Dix mille Êtres. Le commandement premier est de ne pas troubler l'harmonie de l'Univers. Il est clair aussi que cet art ne reflète pas les valeurs de la société chinoise dans son ensemble mais d'une petite minorité.

 

L'Art hindouiste exprime l'extraordinaire complexité, la profondeur, des interrogations philosophiques et religieuses qui caractérise la civilisation indienne. On y voit clairement que l'une des idées essentielles de la spiritualité hindoue est que la vérité à des visages multiples, et même apparemment contraires. L'homme tient dans l'univers une place éminente, mais il reste une créature parmi d'autres, au sein d'un univers complexe qui le dépasse beaucoup, dans le temps comme dans l'espace.

 

L'Art de l'Antiquité Grecque et Romaine donne l'image d'une société équilibrée mais où l'humain a pris beaucoup d'importance. L'Homme domine clairement un monde où il vit sa vie, mais cependant toujours à condition de se tenir à distance des Dieux, tout en les honorant. On n'aperçoit pas en Grèce ou Rome, à la différence de l' Egypte, de grandes espérances métaphysiques. La Vie c'est la vie, puis la mort. Point.

 

L'Art, la peinture en particulier, montre que pendant Mille Cinq Cent ans (500-1500) l'Europe a construit sa société sur les fondements de la spiritualité et de la morale catholique et orthodoxe. 1500 ans cela constitue des racines. Ces racines peuvent être totalement oubliées, si l'élite le veut. Et elle le veut. Au Proche Orient absolument rien n'a subsisté, après les invasions musulmanes, d'une domination de la civilisation gréco-romaine qui avait pourtant duré, elle aussi, plus de mille ans. Mais les racines, profondes, au Proche Orient étaient sémitiques pas indo-européennes. La Grèce et Rome n'étaient qu'une greffe superficielle.

 

La peinture des Pays Bas du Nord, protestants, met en évidence l'existence d'une rupture très claire, et très rapide, en l'espace d'une ou deux générations, des valeurs qui animent une partie de la société européenne.

D'une part c'est la disparition des références à l'Antiquité Grecque et Romaine. La revanche de l'Europe du Nord sur celle du Sud n'est pas seulement économique, elle est culturelle.

D'autre part c'est la quasi disparition des thèmes religieux. C'est la naissance d'une peinture, profane, matérialiste, dont les thèmes sont : Le paysage, les moeurs de la vie en société, la nature morte, le portrait. La peinture du Siècle d'Or néerlandais est l' acte de naissance de la peinture que l'on appellera "Art Moderne".

 

A partir de 1815, une fois la paix revenue en Europe, et jusque vers 1950, en dates grosses et larges, c'est la période de l'Art Moderne. Dès l'époque romantique la peinture explose en une multitude de courants représentatifs de conceptions du monde et de valeurs extrêmement diverses. Globalement, et malgré les conflits très violents, l'Europe n'est pas soumise à une idéologie unique. La peinture montre cette diversité d'inspiration. Du romantisme au classicisme, du réalisme à l'expressionnisme, du symbolisme au surréalisme, du néo-raphaélisme au fauvisme, de l'art académique à l'impressionnisme, du figuratif à l'abstrait c'est une explosion de diversité, de recherches, d'innovations. Mais le passé européen n'est pas rejeté, ni moralement, ni culturellement, ni techniquement. L'Architecture montre aussi très bien cette diversité : c'est à la fois le temps de la Tour Effel, et l'époque de toutes les architectures historicistes : néo-grec, néo-romain, néo-byzantin, néo-roman, néo-gothique, néo-baroque. Un chant du cygne ?

 

A partir de 1950 la peinture européenne change : On le constate dans nos musées d'Art Contemporain.

Des questions se posent inévitablement :

Quelles valeurs de civilisation cette peinture contemporaine reflète ?

Quelles fidélités, et quelles espérances ?

Quelles beautés ?

Quelles significations, métaphysiques ou physiques, symboliques ou réalistes ?

Quelles croyances ?

Quelle vie pour aujourd'hui ou demain ?

 

ART, MIRROR OF THE VALUES OF A SOCIETY (2)

 

Art, the painting in particular, is a reflection of the spiritual and moral values of a society. A mirror of his worldviews, of its aspirations, its fears, of its doubts about the destiny of human, of society, of the universe.

The Egyptian paint allows to see the beliefs of the people in his time. It clearly shows the reflection of a well-balanced society, also shared a love of everyday life, that of the people and the elite, and the Hopes for the afterlife. Expectations that, contrary to what was written, were not reserved for the Pharaoh. We read the existence of a relatively free society, where women are very present, equal to men in all classes of society. Without going into details, the art of the civilizations of Mesopotamia, at the same time, does not have the same characteristics.

 

The art of the Chinese literati is a reflection of the Taoist and Confucian concepts of the world. It is significant that in immense landscapes, the human is always presented as an creature, acting, thinking, but almost insignificant. A Being among the ten thousand Beings. The first commandment is not to disturb the harmony of the universe. It is also clear that this art does not reflect the values of Chinese society as a whole, but a small minority.

 

Art, the painting in particular, shows that during Thousand Five Hundred Years (500-1500) Europe has built his society on the foundations of spirituality and morality Catholic and Orthodox. 1500 years this is roots. These roots can be completely forgotten, if the elite wants. And she wants. In the Middle East absolutely nothing has remained, after the Muslim invasions, of domination of the Greco-Roman civilization, although it had lasted, too, over a thousand years. But deep roots in the Middle East, were Semitic. They where not Indo-European. Greece and Rome were only a superficial graft.

 

The painting of the Netherlands Northern, Protestant, reveals the existence of a very clear rupture, and very fast, within one or two generation, of the values that animate a part of European society.

On the one hand it is the disappearance of references to ancient Greek and Roman. Revenge of northern Europe on the South is not only economic, it is cultural.

On the other hand it is the virtual disappearance of religious themes. This is the birth of a painting, secular, materialist, whose themes are: landscape, customs of social life, still life, portrait. The painting of the Dutch Golden Age is the birth of painting which will be called "Modern Art".

 

Since 1815, when peace returned to Europe, and until about 1950, in large and wide dates, it is the period of Modern Art. Since the romantic era, the painting explodes in a multitude of currents, representative of worldviews and values, extremely diverse. Overall, and despite the very violent conflicts, Europe is not subject to a single ideology. The painting shows the diversity of inspiration. From romanticism to classicism, from realism to expressionism, from symbolism to surrealism, from raphaélisme to fauvisme, from academic art to impressionism, from figurative to abstract, it is an explosion of diversity, research and innovations.

But the European past is not rejected, neither morally or culturally or technically. The architecture also shows very well this diversity: it is both the time of the Eiffel Tower, and times of all historicist architectures: Greek Revival, neo-Roman, neo-Byzantine, Romanesque, neo-Gothic, neo-Baroque. A swan song?

 

After 1950 European painting changed: This can be seen in our museums of Contemporary Art.

Any questions inevitably arise:

What values of civilization reflects this contemporary painting ?

What loyalties, and what hopes?

What beauty?

What meanings, metaphysical or physical, symbolic or realistic?

What beliefs?

What a life for today or tomorrow?

  

Christian cross in clouds and against blue sky

Ferdinand Olivier 1785-1841. Salzburg Landscape. 1824.

Dresde. Gemälde Galerie Neue Meister. Albertinum.

Ecole nazaréenne vers 1810 L'école tente un renouveau de la religion et de la spiritualité. Les thèmes et l'esprit sont romantiques, la manière de peindre est classique. Leurs références sont Raphaël et Dürer. Autres peintres germaniques de cette école : Ramboux, Carolsfed, Overbeck

 

Nazarene school circa 1810 The school tries a renewal of religion and spirituality. Themes and spirit are romantic, the way of painting is classic. Their references are Raphael and Dürer. Other Germanic painters of this school: Ramboux, Carolsfed, Overbeck

 

UNE PETITE HISTOIRE DE LA PEINTURE EUROPEENNE

 

L'Art de tous les temps et à toutes les époque s'est décidé en haut des hiérarchies sociales et a été le reflet des volontés des élites politiques et idéologiques du temps.

 

1° La peinture européenne, du 5è siècle au 15è siècle, est totalement inspirée par les thèmes religieux dictés par le catholicisme et l'orthodoxie. Les racines de l'Europe sont donc bien, non pas chrétiennes, mais catholiques et orthodoxes. C'est un fait qui déplait à beaucoup d' Idéologues et de politiques contemporains, surtout en France. Certes ces racines disparaissent, c'est un fait aussi, et les Influents Innommables du mondialisme font tout pour que les peuples européens perdent jusqu'au souvenir de leurs racines.

2° Au 15è siècle en Europe, plus particulièrement en Italie, apparaissent des thèmes nouveaux tirés de l'Antiquité Grecque et Romaine. Autres racines, plus anciennes, en voie de disparition à notre époque. Les Influents mécènes ne sont plus seulement d'Eglise, ils viennent de l'Aristocratie guerrière, foncière et de la ploutocratie marchande. C'est l'Art Humaniste dans lequel la religion, catholique et orthodoxe et l'Antiquité (Mythologie et Histoire) coexistent en bonne intelligence. Le portrait devient un genre en lui même, indépendant.

3°Au 17è siècle dans les Pays Bas du Nord, protestants, s'est produit une petite révolution idéologique, la Réforme, qui modifie du tout au tout, à plus ou moins longue échéance, l'art de la peinture en Europe : Disparition presque totale de l'art religieux, et de l'art inspiré par les valeurs de l'Antiquité greco-romaine, au profit d'un art profane, uniquement occupé par la société du présent. On a parlé d'Art Naturaliste.

Epanouissement de la peinture de paysage, qui est traité seul, pour lui même, sans prétexte religieux ou mythologique.

Apparition de la peinture de moeurs, descriptive de la société quotidienne. Non seulement dans les milieux aristocratiques, mais aussi dans les milieux bourgeois et paysans.

Développement du portrait qui ne concerne plus seulement l'aristocratie, mais aussi les classes moyennes.

Apparition de la "Nature morte" en tant que thème totalement indépendant. Peinture des objets, des animaux, des fleurs. Une peinture qui peut prendre un ton moraliste avec les "Vanités".

Pendant tout le 17è et encore au 18è cette peinture naturaliste du présent reste principalement limitée aux Pays Bas.

Les autres pays d'Europe continuent dans la voie ouverte par l'Art Humaniste et les thèmes principaux de la peinture demeurent la religion et l'Antiquité. Rares sont en France, en Allemagne, en Italie en Espagne, en Grande Bretagne les peintres influents totalement spécialisés dans le paysage ou la peinture de moeurs. Il en existe, mais ils restent une minorité. La peinture de paysage demeure principalement liée aux grands sujet religieux, mythologiques ou historiques. La nature morte est de même bien moins développée qu'aux Pays Bas. Le Portrait reste l'apanage des classes aristocratiques ou des grands bourgeois.

4° La fin du 18è, le 19è et le début du 20è siècle voient la peinture européenne se diversifier de manière presque explosive. C'est une époque extraordinairement plurielle pour l'art européen. Une époque de liberté et de grande diversité idéologique. Non seulement les thèmes les plus divers sont traités partout en Europe, mais les techniques de la peinture se diversifient et se renouvellent. En fin de période apparaît une nouveauté intéressante : l'Art Abstrait.

Des thèmes et une diversité qui vont totalement disparaître après les années 1950.

5° Vers 1950 s'impose, dans les musées occidentaux, ce que l'on appelle l'Art Contemporain, témoin de la nouvelle idéologie mondialiste de la Table Rase et d'un art sans aucunes racines culturelles. A voir les oeuvres d'art exposées dans les Musées d'Art Contemporain le but des élites mondialistes est très clair : aculturer les hommes, uniformiser les peuples du monde pour mieux les dominer.

  

A LITTLE STORY OF EUROPEAN PAINTING

 

Art of all times and in all ages, has decided at the top of the social hierarchy, and was a reflection of the will of political and ideological elite of the time.

1. The European painting from the 5th century to the 15th century, is totally inspired by religious themes dictated by Catholicism and Orthodoxy. Europe's roots are threrefore welle, not Christian, but Catholics and Orthodox. It is a fact that displeases many Ideologues and political contemporaries, especially in France. Certainly these roots disappear, it is also a fact, and the Influents, Innommables (Unspeakables), of the Globalism do everything to make that the European peoples lose the memory of their roots.

2. In the 15th century in Europe, especially in Italy, appear new themes drawn from Antiquity Greek and Roman. Other roots, most ancient, as endangered in our time. The Influents patrons are not only for the Church, they come from the warrior aristocracy, land tenure, and the Merchant plutocracy. This is the Humanist Art, in which the Catholic and Orthodox religion and Antiquity (Mythology and History) coexist in harmony. The portrait became a genre in itself, independent

3. In the 17th century, in the Netherlands Northern, Protestant, occured a ideological revolution, the Reformation, which amends completely, more or less long term, the art of painting in Europe: Almost total disappearance of religious art, and art inspired by the values of the Greco-Roman Antiquity, in favour of a secular art, only occupied by the society of the present. There was talk of a Naturalist Art

Developpement of landscape painting, which is treated alone, for himself, without religious or mythological pretext.

Appearance of the painting of manners, descriptive of everyday society. Not only in aristocratic circles, but also in bourgeois and peasants circles.

Development of the portrait, which no longer concerns only the aristocracy, but also the middle classes.

Appearance of "Still Life", as a completely independent theme. Painting objects, animals, flowers. A painting can take a moralistic tone with "the Vanities."

During the 17th and again in the 18th, this naturalistic painting is mainly restricted to the Netherlands.

Other European countries continue in the path opened by the Humanist Art and the main themes of the painting remains the religion and antiquity. Few are in France, Germany, Italy, Spain, Great Britain, influential painters totally specialized in landscape or painting of manners. They exist, but they remain a minority. Landscape painting remains primarily linked to the religious, mythological or historical subject. The still life is even less developed than in the Netherlands. The Portrait is the prerogative of the aristocratic classes or the great bourgeoisie.

4. At the end of the 18th century, during the 19th and early 20th century European paintings diversifies, almost explosively. It is an extraordinarily pluralistic era for European art. An era of freedom and great ideological diversity. Not only the most diverse themes are treated everywhere Europe, but the techniques of painting are diversifying and renewing. At the end of period appears an interesting novelty: Abstract Art.

Themes and a diversity that will completely disappear after the 1950s.

5. Around 1950 is needed in the Western museums, the so-called Contemporary Art, witness the new globalist ideology of Table Rase and an art without any cultural roots. To see the works of art exhibited in the Museum of Contemporary Art, the goal of the globalist elite is very clear: eliminate the differences in culture between men, standardizing the peoples of the world, in order to better dominate.

   

Angkor Wat.

At the end of October, the rainy season is not finished, Cambodia is still cloudy. Thus, visiting Angkor Wat, I could benefit from a beautifull light filtrered by clouds and humidity.

 

Every day, between 1 and 3h on the afternoon, heavy rain falled and I would rest on my tuk-tuk hammock. Every day after the rain I came back in my 2 favorite places: first Bayon temple and then Angkor Wat to take advantage of the sunset which lights the place perfectly.

La colline est actuellement classée "site historique", c'est pourquoi les Beaux-Arts ont voulu préserver la beauté des paysages et conserver les pierres, témoins d'un passé prestigieux. Vézelay fait partie des "Plus Beaux Villages de France", association qui regroupe 154 villages français pittoresques.

 

Haut lieu de spiritualité et point de départ du pèlerinage menant à Saint-Jacques-de-Compostelle,

Join me on Facebook | Google+ | Twitter | 500px | Instagram

 

~~~~~~~~~

 

Asia - Brunei Sultanate - Borneo Island - Bandar Seri Begawan - Capital City - Jame Asr Hassanil Bolkiah Mosque - Kiarong mosque - Largest mosque in Brunei & One of the grandest monuments to Islam in the whole region - Major landmark & tourist attraction

 

Camera Model: Canon EOS 5D Mark II; Lens: EF17-40mm f/4L USM; Focal length: 17.00 mm; Aperture: 13; Exposure time: 6.0 s; ISO: 100

 

All rights reserved - Copyright :copyright: Lucie Debelkova - www.luciedebelkova.com

 

All images are exclusive property and may not be copied, downloaded, reproduced, transmitted, manipulated or used in any way without expressed, written permission of the photographer.

Ici j'ai compilé près d'une année de travail sur ma vision du cosmos. Evidemment, je n'ai pas pu tout y mettre....

Here I have compiled nearly a year of work on my vision of the cosmos. Obviously, I could not put all my artworks in there.

Francesco del Cossa. Ferrare. 1436-1478. Annonciation. Vers 1470

Dresde. Gemäldegalerie Alte Meister.

 

L'ART MIROIR DES VALEURS D'UNE SOCIETE (2)

 

L'art, la peinture en particulier, est un reflet des valeurs spirituelles et morales d'une société. Un miroir de ses conceptions du monde, de ses aspirations, de ses craintes, de ses interrogations sur la destinée de l'homme, des sociétés, de l'univers.

La peinture Egyptienne permet d'apercevoir les croyances de ce peuple à son époque. On y voit clairement le reflet d' une société bien équilibrée, également partagée entre un amour de la vie quotidienne, celle du peuple et celle des élites, et des espérances concernant l'au delà. Espérances qui, contrairement à ce qui a été écrit, n'étaient pas réservées au Pharaon. On y lit l'existence d'une société relativement libre, où la femme est très présente, égale de l'homme dans toutes les classes de la société. Sans entrer dans les détails, l'art des civilisations de la Mésopotamie, à la même époque, ne présente pas les mêmes caractéristiques.

 

L'art des lettrés chinois est un reflet des conceptions du monde taoïstes et confucianistes. Il est significatif que dans d'immenses paysages, l'homme y est toujours présenté comme une créature agissante, pensante, mais presque insignifiante. Un être parmi les Dix mille Êtres. Le commandement premier est de ne pas troubler l'harmonie de l'Univers. Il est clair aussi que cet art ne reflète pas les valeurs de la société chinoise dans son ensemble mais d'une petite minorité.

 

L'Art hindouiste exprime l'extraordinaire complexité, la profondeur, des interrogations philosophiques et religieuses qui caractérise la civilisation indienne. On y voit clairement que l'une des idées essentielles de la spiritualité hindoue est que la vérité à des visages multiples, et même apparemment contraires. L'homme tient dans l'univers une place éminente, mais il reste une créature parmi d'autres, au sein d'un univers complexe qui le dépasse beaucoup, dans le temps comme dans l'espace.

 

L'Art de l'Antiquité Grecque et Romaine donne l'image d'une société équilibrée mais où l'humain a pris beaucoup d'importance. L'Homme domine clairement un monde où il vit sa vie, mais cependant toujours à condition de se tenir à distance des Dieux, tout en les honorant. On n'aperçoit pas en Grèce ou Rome, à la différence de l' Egypte, de grandes espérances métaphysiques. La Vie c'est la vie, puis la mort. Point.

 

L'Art, la peinture en particulier, montre que pendant Mille Cinq Cent ans (500-1500) l'Europe a construit sa société sur les fondements de la spiritualité et de la morale catholique et orthodoxe. 1500 ans cela constitue des racines. Ces racines peuvent être totalement oubliées, si l'élite le veut. Et elle le veut. Au Proche Orient absolument rien n'a subsisté, après les invasions musulmanes, d'une domination de la civilisation gréco-romaine qui avait pourtant duré, elle aussi, plus de mille ans. Mais les racines, profondes, au Proche Orient étaient sémitiques pas indo-européennes. La Grèce et Rome n'étaient qu'une greffe superficielle.

 

La peinture des Pays Bas du Nord, protestants, met en évidence l'existence d'une rupture très claire, et très rapide, en l'espace d'une ou deux générations, des valeurs qui animent une partie de la société européenne.

D'une part c'est la disparition des références à l'Antiquité Grecque et Romaine. La revanche de l'Europe du Nord sur celle du Sud n'est pas seulement économique, elle est culturelle.

D'autre part c'est la quasi disparition des thèmes religieux. C'est la naissance d'une peinture, profane, matérialiste, dont les thèmes sont : Le paysage, les moeurs de la vie en société, la nature morte, le portrait. La peinture du Siècle d'Or néerlandais est l' acte de naissance de la peinture que l'on appellera "Art Moderne".

 

A partir de 1815, une fois la paix revenue en Europe, et jusque vers 1950, en dates grosses et larges, c'est la période de l'Art Moderne. Dès l'époque romantique la peinture explose en une multitude de courants représentatifs de conceptions du monde et de valeurs extrêmement diverses. Globalement, et malgré les conflits très violents, l'Europe n'est pas soumise à une idéologie unique. La peinture montre cette diversité d'inspiration. Du romantisme au classicisme, du réalisme à l'expressionnisme, du symbolisme au surréalisme, du néo-raphaélisme au fauvisme, de l'art académique à l'impressionnisme, du figuratif à l'abstrait c'est une explosion de diversité, de recherches, d'innovations. Mais le passé européen n'est pas rejeté, ni moralement, ni culturellement, ni techniquement. L'Architecture montre aussi très bien cette diversité : c'est à la fois le temps de la Tour Effel, et l'époque de toutes les architectures historicistes : néo-grec, néo-romain, néo-byzantin, néo-roman, néo-gothique, néo-baroque. Un chant du cygne ?

 

A partir de 1950 la peinture européenne change : On le constate dans nos musées d'Art Contemporain.

Des questions se posent inévitablement :

Quelles valeurs de civilisation cette peinture contemporaine reflète ?

Quelles fidélités, et quelles espérances ?

Quelles beautés ?

Quelles significations, métaphysiques ou physiques, symboliques ou réalistes ?

Quelles croyances ?

Quelle vie pour aujourd'hui ou demain ?

 

ART, MIRROR OF THE VALUES OF A SOCIETY (2)

 

Art, the painting in particular, is a reflection of the spiritual and moral values of a society. A mirror of his worldviews, of its aspirations, its fears, of its doubts about the destiny of human, of society, of the universe.

The Egyptian paint allows to see the beliefs of the people in his time. It clearly shows the reflection of a well-balanced society, also shared a love of everyday life, that of the people and the elite, and the Hopes for the afterlife. Expectations that, contrary to what was written, were not reserved for the Pharaoh. We read the existence of a relatively free society, where women are very present, equal to men in all classes of society. Without going into details, the art of the civilizations of Mesopotamia, at the same time, does not have the same characteristics.

 

The art of the Chinese literati is a reflection of the Taoist and Confucian concepts of the world. It is significant that in immense landscapes, the human is always presented as an creature, acting, thinking, but almost insignificant. A Being among the ten thousand Beings. The first commandment is not to disturb the harmony of the universe. It is also clear that this art does not reflect the values of Chinese society as a whole, but a small minority.

 

Art, the painting in particular, shows that during Thousand Five Hundred Years (500-1500) Europe has built his society on the foundations of spirituality and morality Catholic and Orthodox. 1500 years this is roots. These roots can be completely forgotten, if the elite wants. And she wants. In the Middle East absolutely nothing has remained, after the Muslim invasions, of domination of the Greco-Roman civilization, although it had lasted, too, over a thousand years. But deep roots in the Middle East, were Semitic. They where not Indo-European. Greece and Rome were only a superficial graft.

 

The painting of the Netherlands Northern, Protestant, reveals the existence of a very clear rupture, and very fast, within one or two generation, of the values that animate a part of European society.

On the one hand it is the disappearance of references to ancient Greek and Roman. Revenge of northern Europe on the South is not only economic, it is cultural.

On the other hand it is the virtual disappearance of religious themes. This is the birth of a painting, secular, materialist, whose themes are: landscape, customs of social life, still life, portrait. The painting of the Dutch Golden Age is the birth of painting which will be called "Modern Art".

 

Since 1815, when peace returned to Europe, and until about 1950, in large and wide dates, it is the period of Modern Art. Since the romantic era, the painting explodes in a multitude of currents, representative of worldviews and values, extremely diverse. Overall, and despite the very violent conflicts, Europe is not subject to a single ideology. The painting shows the diversity of inspiration. From romanticism to classicism, from realism to expressionism, from symbolism to surrealism, from raphaélisme to fauvisme, from academic art to impressionism, from figurative to abstract, it is an explosion of diversity, research and innovations.

But the European past is not rejected, neither morally or culturally or technically. The architecture also shows very well this diversity: it is both the time of the Eiffel Tower, and times of all historicist architectures: Greek Revival, neo-Roman, neo-Byzantine, Romanesque, neo-Gothic, neo-Baroque. A swan song?

 

After 1950 European painting changed: This can be seen in our museums of Contemporary Art.

Any questions inevitably arise:

What values of civilization reflects this contemporary painting ?

What loyalties, and what hopes?

What beauty?

What meanings, metaphysical or physical, symbolic or realistic?

What beliefs?

What a life for today or tomorrow?

  

25/10/2013 - Agdz, dont le nom signifie "lieu de repos", se trouve sur l'ancienne route des caravanes reliant Marrakech à Tombouctou. Longtemps capitale de la région de Mzgita au nord de la vallée du Draâ, elle a joué un rôle économique important. Puis, en raison de la sécheresse des années 1970-1980 et des facilités des moyens de transport, elle a perdu de son importance, une grande partie de la population étant obligée de partir en ville pour aller chercher du travail.

"Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas."

Bouddha

 

Chiesa Parrocchiale di S. Maria Assunta. Piazza Cavour, 10, 38066 Riva del Garda TN, Italie

La porte du paradis

La basilique Saint-Procope produit une forte impression. Un esprit de spiritualité et d'ancienneté est présent dans tout le complexe conventuel dont elle fait partie. Sa construction est monumentale, tant par ses dimensions que par ses décorations. Elle est faite en granite à gros grains qui n'est pas recouvert de crépi. Certaines pierres sur les murs extérieurs portent, encore aujourd'hui, les marques utilisées au Moyen âge par les différents ateliers de bâtisseurs. Notre attention est attirée par la tour romane de la basilique, avec une galerie dite des nains, mais aussi par de splendides rosaces romanes et surtout par le portail richement décoré, Porta paradisi - La porte du paradis.

www.radio.cz/fr/rubrique/tourisme/la-basilique-saint-proc...

______________________________

 

St. Procopius Basilica is a Romanesque-Gothic Christian church in Třebíč, Czech Republic. It was built on the site of the original Virgin Mary's Chapel of the Benedictine monastery in 1240–1280. It became a national cultural monument in 2002 as a part of the "monastery with St. Procopius church". The basilica together with the Jewish Quarter in Třebíč were inscribed as a UNESCO World Heritage Site in 2003.

 

The basilica was originally dedicated to the Assumption of the Virgin Mary. Saint Procopius became the Patron saint of the basilica on the quincentenary his canonization in 1704. Jan Karel, Count of Valdštejn established a castle chapel of St. Procopius from the presbytery of the basilica.

 

The basilica is the parish church of Třebíč castle, by which it is owned.

en.wikipedia.org/wiki/St._Procopius_Basilica_in_Třebíč

Copyright : Mathieu Rivrin

 

Facebook | Flickeflu | Fluidr | 500px | Collectif Breizh'scapes | Mon site internet (my website)

 

Petit test de photo de voie lactée. Vraiment c'est pas facile quand on pas d'objectif lumineux. Du coup je fais des panoramas au 50mm f1.8.

Dites moi ce que vous en pensez, ça m'intéresse vraiment.

 

Bonne journée à toutes et à tous.

1 3 4 5 6 7 ••• 79 80