new icn messageflickr-free-ic3d pan white
View allAll Photos Tagged Chapaize

Chapaize était durant le haut Moyen Âge le centre d'une paroisse qui accueillit au Xe siècle un prieuré bénédictin fondé par l'abbaye Saint-Pierre de Chalon, sans que ne disparaisse pour autant le statut paroissial de l'église souligné par l'imposant clocher de plan barlong. L'église que l'on peut visiter, longue de 35 mètres, résulte d'une campagne de construction comprenant plusieurs phases étalées du XIe au XIIe siècle, quelques modifications étant intervenues à l'époque gothique (XIVe siècle).

Son originalité réside surtout dans le clocher haut de 35 mètres, décoré de bandes lombardes sur l'essentiel de sa hauteur et dans les deux derniers étages duquel ont été ménagées des baies géminées. L'ensemble date des années 1020-1050, mais le choeur, flanqué de deux absidioles, n'a été terminé que vers 1120 et un incendie survenu au début du XIIe siècle généra des réparations dans la nef dotée de cinq travées et de bas-côtés simples voûtés d'arêtes.

le Château de nobles est du XVI ème siècle, il est situé à la Chapelle-sous-Brancion, , après le Col de Brancion en direction de Chapaize.

Chapaize (Saône-et-Loire) - Eglise Saint-Martin (XIe)

X The department of Soane et Loire in Southern Burgundy has a huge number of extraordinary Romanesque churches Perhaps my favourite is the church of St Martin at Chapaize. St. Martin was built in the first half off the eleventh century, is the only remains of a priory of Benedictine monks founded in the 10th century. The church is almost a thousand years old. The great reputation of this church is due to the originality of its bell tower from the eleventh century . It dominates the surrounding countryside from the top of its 35 meters and is pierced by paired windows on two upper floors and is shaped like a truncated pyramid .

It was difficult to get far enough away from the church to get the whole tower in shot and to get the tower in focus meant getting the foreground a little out of focus which is a pity should have used a larger F stop

 

THANKS FOR YOUR VISIT HAVE A GREAT DAY

To see keithhull's photos on Flickriver

 

L’église de Chapaize, dominé par son haut clocher lombard,. Commencée vers 1030, le gros œuvre de l’édifice date de la première moitié du 11e siècle. L’église régulièrement orientée comporte un plan basilical sans transept saillant. La nef de cinq travées, flanquées de bas-côtés, se prolonge par une travée de transept et une travée de chœur à trois absides orientées. Le chœur et les absides ont été reconstruits au début du 13e siècle dans un style roman tardif.

Château hanté......

Château à Chapaize/Bourgogne du Sud

Eglise priorale romane Notre Dame de Lancharre, à proximité de Chapaize en Bourgogne/France.

L’ancienne priorale de Lancharre, la deuxième église romane de la commune de Chapaize, est un édifice original partiellement détruit. C’était l’église d’un prieuré fondé au 11e siècle par les sires de Brancion et populé par un chapitre noble de chanoinesses puis par des religieuses bénédictines. Le monastère fut transféré à Chalon au 17e siècle et la nef de l’église priorale fut détruite. Il reste encore le chœur et le transept de l’église, intégrant deux constructions romanes distinctes. La partie la plus ancienne, datant du début du 12e siècle, est le croisillon nord de l’église qui fut le transept de la première église. Elle est voûtée d’une belle coupole à petites arcatures et flanquée d’arcs brisés à impostes. Son abside, devenue absidiole nord, est décorée de bandes lombardes à l’extérieur. L’ancien croisillon nord de la première église, voûté en berceau brisé, fut muré et converti en sacristie. De la même époque, il y des vestiges du mur nord de l’ancienne nef conservant des baies et un petit portail à corbeaux sculptés. De l’agrandissement de l’église à la fin du 12e siècle et au début du 13e siècle témoignent le grand transept et le chœur. Cette partie comprend la grande croisée, le croisillon sud, la travée de chœur, l’abside et l’absidiole sud. Le style de la construction est nettement plus évolué, avec une voûte en berceau à pénétrations, des arcs brisés à doubles rouleaux et deux chapiteaux avec des têtes et des crochets. La partie haute du clocher, qui s’élève au-dessus de la coupole, présente des baies en tiers-point du premier style gothique. L’intérieur conserve plusieurs pierres tombales et dalles tumulaires intéressantes de l’époque gothique. L’église est en mauvais état et des restaurations nécessaires sont en cours

Abbatiale romane Saint-Pierre-et-Saint-Paul ; commune de Romainmôtier-Envy, canton de Vaud, Suisse

 

L'abbatiale protestante Saint-Pierre-et-Saint-Paul se situe dans la commune suisse de Romainmôtier, dans le canton de Vaud. Il s'agit du plus ancien édifice de style roman de Suisse. Un monastère bénédictin fut fondé par saint Romain vers 450 : c'est le plus ancien monastère de Suisse. Il suivait sans doute la règle de Saint Columban. Une première église fut construite, qui était de dimension modeste. Une seconde église, fut érigée par un seigneur bourguignon (vers 630). Au VIIIe siècle les moines reconstruisent le chœur de l'église, qui est consacrée par le pape Etienne II. Elle est dédiée à Saint-Pierre et saint-Paul. C'est à cette époque que les moines adoptent la règle de saint Benoît. Ils sont dès lors moines 'bénédictins'.

 

(extrait de : fr.wikipedia.org/wiki/Abbatiale_de_Romainm%C3%B4tier)

 

L'ÉGLISE DU XIè SIÈCLE :

Si nous étions venus en 1030, nous aurions trouvé l'église sensiblement la même qu'aujourd'hui, à part deux différences : d'abord l'église du XIe comportait une abside et deux absidioles avec voûtes en cul-de-four. C'est au XIVe siècle que l'on a construit le chevet plat actuel, ainsi que la chapelle sud. La chapelle nord, elle, date du XVe siècle. Deuxième transformation : primitivement la nef était couverte de charpente. Vers 1080 on la voûta en berceau. Pour ce faire, on dut rehausser les murs et se livrer à toutes sortes d'adaptations. Ce changement de parti posa des problèmes techniques ... [exposé] ainsi : « Afin de conserver la hauteur initiale des fenêtres et des grandes arcades sans trop élever les clefs de voûtes et compromettre la solidité de l'édifice, on échancra, au-devant des fenêtres des bas-côtés et au-devant des grandes arcades, le berceau par des voûtains en pénétration. Vers le mur extérieur, leur retombée se fait sur des dosserets descendant jusqu'au sol; du côté de la nef, les lunettes pénètrent directement dans les écoinçons du mur qui sépare les grandes arcades les unes des autres. Dans les croisillons et dans le chœur (comme aussi probablement dans la nef), le système adopté est différent et les voûtains, placés au-devant des fenêtres hautes, prennent leur appui sur des colonnettes engagées dans la partie supérieure du mur gouttereau et soutenues par de petits culots moulurés. » C'est à la même époque que l'on construisit l'actuelle coupole du transept, surmontée d'une tour carrée. Les étoiles qui ornent encore cette coupole remontent à l'origine, c'est-à-dire au XIe siècle finissant. Ce n'est d'ailleurs pas du côté des voûtes de la nef, refaites au xme siècle que l'attention du visiteur doit s'arrêter : la grande beauté de cette nef tient essentiellement aux piliers mas­sifs qui donnent une telle impression de force et de stabilité. Sur des bases carrées, on a monté en grosses pierres appareillées, d'assise inégale, ces énormes fûts qui s'épanouissent pour recevoir les arcatures, et retrouvent la forme quadrangulaire grâce à des pénétrations en triangle qui ne sont pas sans rappeler l'art bourguignon, par exemple à Chapaize. Dans le sanctuaire, de part et d'autre de la Table sainte, la retombée d'une double arcature est soutenue par une colonne dont le cha­piteau est corinthien. On peut supposer que ces pierres remployées proviendraient de la ville romaine d'Orbe, toute proche. ...

 

LE NARTHEX :

Ce n'est pas un des moindres attraits de Romainmôtier. Rien ne nous permet de le dater avec certitude. Son plan est extrêmement simple et de type clas­sique : quatre piliers centraux divisent harmo­nieusement l'espace en trois nefs de trois travées. Ce qui est plus remarquable, c'est la différence des piles : celles de la rangée sud sont cruciformes tandis qu'au nord, elles présentent un arrondi sur deux de leurs faces. La symétrie n'était pas une règle d'airain pour le constructeur de l'âge roman ! On remarquera les impostes, joliment sculptées. Mais ce qui crée l'atmosphère recueillie de ce narthex, c'est la pénombre produite par les minuscules et charmantes petites fenêtres. ... Dans l'épaisseur du mur occidental un esca­lier conduit à l'étage supérieur. C'est la chapelle Saint-Michel, que l'on retrouve dans la plu­part des narthex de cette époque : sorte de chambre haute, lieu privilégié de prière. Ici les quatre piles centrales sont cylindriques, montées en pierres appareillées, surmontées de courts chapiteaux. Ceux-ci reprennent le procédé des chapiteaux de la nef, en particulier la pénétration triangulaire qui est si caracté­ristique. Le tailloir est pour ainsi dire inexis­tant, mais, sur la corbeille, quelques traits gravés viennent égayer l'austérité de leur masse. Les rainures faites dans les colonnes et dans les murs rappellent que cette chapelle a servi de grenier à blé pendant toute l'époque bernoise. Cet étage est orienté sur une niche semi-circu­laire prise dans le mur occidental de l'église et faisant saillie sur la nef : c'est là que se trou­vait jadis l'autel dédié à saint Michel. Au-dessus de cette niche, dans l'ancien mur occi­dental de l'église, on aperçoit le bas d'une fenêtre maintenant murée. Elle nous rappelle que la construction de ce narthex est posté­rieure à celle de la nef.

 

L'EXTÉRIEUR DE L'ÉGLISE :

est à l'image de l'architecture interne : également solide et massif. L'unique décoration extérieure des murs est constituée par des bandes lom­bardes, et une petite croix ajourée sur la façade, fréquente à cette époque. La pierre rouge est du calcaire du Jura qui a passé par le feu. Le porche est du XIIIe siècle. On voit très bien, sur le côté sud, le reste du cloître roman, et les amorces des voûtes du cloître gothique reconstruit à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, décoré par les armes des prieurs Henri de Siviriez et Jean de Seyssel. ...

 

(extrait de : Suisse romane ; André Burmeister et al., Ed. du Zodiaque (1958), Coll. La Nuit des Temps, pp. 23-31)

La longue salle est divisée en trois nefs avec des voûtes d’arêtes appareillées et des piliers carrés et ronds aux triangles renversés du type de Chapaize. Un petit espace au nord conserve une cheminée.

Les piliers ronds de la nef, comportant un triangle renversé aux impostes, sont à rapprocher de ceux du scriptorium de l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon, de la même époque, et des piles de la nef de Tournus. La nef communique avec le sanctuaire par une travée couverte d'une très belle coupole sur trompes.

Crucifix des fonts baptismaux ; décors riche en symboles plus ou moins païens : Le soleil, la lune, le temps ....

Église Saint-Martin de Chapaize : date du XI ème siècle. L'une des plus anciennes églises romanes de Bourgogne.

L'église date du XII éme siècle.Elle faisait partie d'une abbaye fondée au XI ème siècle par les seigneurs de Brancion pour les jeunes filles et les dames de la noblesse dites « Les Dames de Lancharre ». Ces dames chanoinesses devinrent par la suite bénédictines.

D'ailleurs, celle-ci, qui avait été couverte initialement d'une voûte en plein cintre exerçant de fortes pressions latérales, aurait pu s'effondrer, si elle n'avait reçu un nouveau voûtement en berceau brisé reposant sur des demi-colonnes cylindriques au milieu du XIIe siècle.

La végétation habille les murs

La charmante commune de Chapaize et son église romane.

 

Retrouvez-moi sur instagram:

www.instagram.com/vinschneider/

 

Ou sur facebook:

www.facebook.com/vincentschneiderphoto/

There was a priory in Chapaize, that belonged to the abbey Saint-Pierre in Chalon-sur-Saône, in the 10th century. This church, from the 11th century, is the only remaining building of that complex. Looking through the nave and seeing again these big pillars from bricks, clearly influenced from the nearby St. Philibert in Tournus (16kms east). They are smaller and so look less elegant, but they are the same basic archtecture. The romanesque barrel-vault was replaced by this one mid 16th century, but the walls and the pillars are still the same since about 1030.

 

Besonders sehenswert ist die frühromanische Kirche St-Martin, welche als eine der schönsten Kirchen Burgunds gilt.

Chapaize (Saône-et-Loire) - Eglise Saint-Martin (XIe) - Portail (détail)

1 3 4 5 6 7 ••• 12 13