new icn messageflickr-free-ic3d pan white
View allAll Photos Tagged Armand Vaillancourt

( Please View Full Screen ... )

Embarcadero Center, June 2010, San Francisco, Northern California, USA

Parc Armand Vaillancourt, Plessisville! Un endroit superbe pour admirer la riche palette de couleurs de l'automne!

www.armandvaillancourt.ca/AV/oeuvres/oeuvres-monumentales...

 

Québec libre!, also known as Vaillancourt Fountain, was designed by French Canadian artist Armand Vaillancourt and installed in 1971.

 

Despite all the controversy over its so called "hideous" design and threats to remove it, this has been my favorite fountain in the world since I used to run through it as a little kid. In 1987 I almost charged the stage to drown U2's Bono when he spray painted his graffiti all over it and I'll chain myself to it if the city ever again tries to demolish it.

Vaillancourt Fountain, sometimes called Quebec libre!, is a large fountain in Justin Herman Plaza in San Francisco, designed by the Québécois artist Armand Vaillancourt in 1971.

The people of San Francisco don't really like this fountain and there have been efforts to demolish and replace it over the years. When we were there it was pretty empty and no one seemed interested in the fountain even though there were crowds of people and tourists just on around the corner.

 

Vaillancourt Fountain, sometimes called Quebec libre!, is a large fountain in Justin Herman Plaza in San Francisco, designed by the Québécois artist Armand Vaillancourt in 1971.

The abstract Vaillancourt Fountain, created in 1971 by Quebec painter, sculptor and performance artist Armand Vaillancourt may be one of the most controversial sculptures in San Francisco. Located in the Embarcadero Center, Vaillancourt renamed his fountain Quebec libre!, inscribing those words in red letters on the sculpture the night before its inauguration to note his undying support for the Quebec sovereignity movement. The following day, seeing that city employees had removed the inscription, he climbed up on the sculpture to reinscribe those words.

Secteur Carrefour de l'Érable

 

Emplacement : 1280, avenue Trudelle Plessisville

Sentier piétonnier

Aires de jeux libres

Aires de pique-nique

Balançoires, glissades, carré de sable et modules pour les petits

Passerelle « Armand Vaillancourt »

Piste cyclable

Anneau de glace en saison hivernale

Pour la variété et la richesse de ses coljections d'oeuvres, allant du Moyen Age à la période contemporaine,

le Musée d'art de Joliette est certainement le troisième en importance au Québec, après le Musée des beaux-arts de

Montréal et le Musée du Séminaire de Québec.

Sa fondation et son développement sont étroitement liés à une institution d'enseignement, le Séminaire de Joliette, sous la direction des clercs de Saint-Viateur.

 

www.erudit.org/fr/revues/continuite/1989-n43-continuite10...

 

Le Musée d’art de Joliette est passé d’une idée ambitieuse du père Corbeil au plus grand musée d’art en région au Québec. Reconnu pour son dynamisme, cet incontournable de la scène artistique québécoise conserve en ses murs une importante collection composée de quelque 8 500 œuvres acquises au fil des ans.

 

La collection d’art canadien nait en 1943 alors que la nouvelle galerie du Séminaire de Joliette acquiert huit œuvres d’artistes canadiens. Elle évolue avec les dons d’œuvres des artistes qui exposaient au Séminaire et à l’aide des acquisitions du comité qui était formé du Dr Max Stern, du père Wilfrid Corbeil et du père Étienne Marion.

 

Dès 1942, l’audacieuses l’Exposition des maîtres de la peinture moderne organisée par le père Corbeil définissait le Musée en faisait preuve d’ouverture à la nouveauté. C’est à cette occasion que la première toile automatiste de Paul-Émile Borduas, Abstraction verte, a été présentée au public.

 

À partir de 1942, le Séminaire présente des expositions publiques de peinture «vivante» d'artistes contemporains de «chez nous». La première d’entre elles, l’Exposition des maîtres de la peinture moderne, met en valeur des toiles d’artistes réputés tels que Paul-Émile Borduas, Marc-Aurèle Fortin, Louise Gadbois, John Lyman, Alfred Pellan et Goodridge Roberts. La couverture médiatique positive et le succès de l’événement encouragent les Clercs à se procurer plus d’œuvres et à organiser des expositions de manière récurrente.

 

En 1950, lors de visites en France et en Italie, le père Corbeil et l’abbé François Lanoue acquièrent les premières pièces européennes pour le Séminaire. Ils trouvèrent un chapiteau en marbre des Pyrénées du XIIe siècle, une huile sur bois de la Renaissance dépeignant une Vierge allaitant son Enfant ainsi qu’une Madone à l’Enfant du XVIIe siècle. Le chanoine Wilfrid Anthony Tisdell confie sa collection aux soins du père Corbeil en 1961. Ces quelque 500 œuvres européennes comprenaient une rare sculpture allemande sur bois géminée, des toiles de grande qualité, dont un portrait octogonal du Précurseur,

 

Bien qu’étant le moins important de la collection du MAJ, l’axe archéologique fait le pont entre le Musée actuel et le muséum d’histoire naturelle du Séminaire. Les Clercs de Saint-Viateur y exposaient une vaste collection d’artefacts, de spécimens et d’objets divers, mais aussi d’œuvres d’art offertes par de généreux donateurs. En 1943, à la fondation du musée d’art du Séminaire, les deux types de collections seront séparés jusqu’en 1957.

 

Le «nouveau» musée d'art du Séminaire de Joliette, inauguré le 18 mai 1961, rend la collection de plus en plus accessible.

 

En 1966, un comité laïc dirigé par le père Wilfrid Corbeil et Serge Joyal prendra le nom du Musée d’art de Joliette.

 

L’angle d’acquisition québécois s’illustre fièrement par les œuvres d’artistes passés à l’histoire tels qu'Armand Vaillancourt, Geneviève Cadieux, Michael Snow, Claude Tousignant ou encore d’artistes en début de carrière tels que Nicolas Baier,

 

La collection regroupe également de nombreuses œuvres d’artistes étrangers de renommée internationale dont Niki de Saint-Phalle, Arman, et Antoni Tàpies.

 

En 2015, des travaux majeurs changent l’image du musée du tout au tout. La nouvelle architecture du bâtiment lui confère un aspect plus ouvert et invitant pour la collectivité. Le plan prévoit la dématérialisation de ses façades, le prolongement de son pavillon d’entrée vers la rivière L’Assomption et l'aménagement d'aires de détente. Les espaces ouverts mettent en lumière cette intention, invitant l’éclairage naturel, facilitant l’accès aux groupes.

 

kollectif.net/projet-du-mois/agrandissement-et-renovation...

 

www.museejoliette.org/fr/a-propos/

 

www.museejoliette.org/fr/collection_categorie/art-europee...

 

www.musees.qc.ca/fr/musees/guide/musee-d-art-de-joliette

 

www.westmountmag.ca/musee-art-joliette/?lang=fr

 

www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/522085/quand-le-mus...

 

ici.radio-canada.ca/nouvelle/724474/musee-d-art-joliette-...

Ce dimanche matin-là, le soleil est sorti après des jours de pluie et de temps maussade.

 

Après une seconde tasse de café, j’ai jeté un coup d’œil aux dernières photos que j’ai publiées sur ma page Flickr. Beaucoup de clichés de nuit avec de l’asphalte mouillée bien reluisante mais des rues vides, autrement que pour les voitures. Je vis dans un quartier qui se trouve en ville mais proche de la banlieue. Il a ses moments animés mais il peut être assez calme lorsque novembre arrive et que tout le monde se blottit à l'intérieur.

 

Je me disais que j’étais dû pour prendre quelques photos de jour avec de l’animation et des humains. J'aurais dû agir sur le champ.

 

Les horloges avaient été ramenées à l'heure normale au petit matin. Au moment où j'ai finalement quitté la maison, je n'avais plus beaucoup d’heure d’ensoleillement devant moi. J'ai pris mon vélo et roulé quelques kilomètres pour rendre des pinceaux à Annie Hamel, l'artiste qui m'a formidablement aidé à réaliser une grande peinture murale cet été. Une fois que se fut fait, je me suis dit que je pourrais aller un peu plus loin et traverser le chemin de fer qui sépare le Mile Ex du Mile End. Je me suis arrêté deux fois pour photographier des murales sur mon chemin. Après avoir traversé les voies ferrées, je me suis dirigé vers le jardin ou un sculpteur local, Glen LeMesurier, expose certaines de ses sculptures.

 

Je passe de temps en temps à cet endroit pour voir comment les choses évoluent. J'ai dans mes archives quelques photos prises ici en 2005.

 

Il y avait un trépied ouvert à côté d’un vélo sur son stand dans le jardin à mon arrivée. J'ai regardé autour de moi et j'ai aperçu un homme occupé à prendre des photos des œuvres d'art. J’ai pris quelques clichés moi-même, mais je me suis surtout laissé distraire par le chemin de fer qui fait une belle courbe ici. En regardant vers l'ouest, tout était plongé dans une ombre sombre, mais le haut des rails reflétait le soleil qui s’amenuisait avec un éclat d’acier froid qui dessinait des lignes qui se détachaient de l’obscurité.

 

Quand j'ai eu fini, j'ai commencé à discuter avec ce photographe, Kamal. C'est à la fois son prénom et son nom d'artiste. J'ai appris qu'il avait passé une bonne partie de la journée à prendre des photos des sculptures. Il est un ami de longue date de M. LeMesurier et prépare actuellement une vidéo sur son travail. L’atelier du sculpteur, nommé « Glen LeMesurier Van Horne Terminal Iron Works » se trouve juste à l’ouest du jardin dans un bâtiment longeant la voie ferrée. Kamal m’a expliqué qu'il a photographié ce studio périodiquement depuis près de quinze ans.

 

J’ai d’abord essayé de faire un portrait pleine taille de Kamal avec son vélo et son trépied, mais après un seul clic, nous avons été interrompus par l’arrivée du sculpteur. Il avait quelque chose à montrer à Kamal de l’autre côté des voies. Nous avons ensuite commencé à parler à trois de photo et de sculptures.

 

Je savais que le lot était à l'origine une friche urbaine abandonnée se transformant lentement en brousse. C'est un excellent cadre pour ses sculptures faites de métaux récupérés. Au fil des ans, c’est devenu un endroit prisé des locaux. Je ne savais pas qu’il portait un nom et ce fut agréable de l’apprendre de l’artiste: le Jardin du crépuscule

 

J'avais entendu dire qu'à un moment donné, il avait été question que des développeurs expulsent les scuptures du lot. Heureusement, les choses ont bien tourné pour M. LeMesurier. L'arrondissement du Plateau Mont-Royal - Mile End a acheté le terrain et modifié son zonage. Toutes ses œuvres peuvent rester sur le site pour notre plus grand plaisir tant qu'aucune structure permanente n'est érigée.

 

Pendant que notre conversation à trois voies se déroulait, c'était Kamal qui en profitait et mitraillait de son appareil l'artiste pendant que j’occupais son attention. En attendant, je n’avais moi-même qu’un seul cliché.

 

Peu avant le coucher du soleil, j'ai finalement pu reprendre la conversation avec Kamal et prendre deux portraits en gros plan. Il semblait assez réservé devant la caméra. Il m’a d’ailleurs dit qu’il partageait des photos via différents sites Web, mais ne souhaitait pas publier de visuels de son propre travail artistique multimédia. Je vais donc devoir attendre une éventuelle exposition pour le voir.

 

Quand tout cela a été fini, je n’avais pris que trois photos en trente minutes environ. C’était à moitié parce que je n'aime pas harceler les gens et à moitié parce que Kamal a clairement choisi le côté de l'objectif où il préfère se tenir.

 

Quand je suis rentré chez moi, j'ai trouvé de superbes travaux de portrait sur ses sites. Certaines personnalités locales, telles que cet autre sculpteur, Armand Vaillancourt, mieux connu peut-être pour son attitude rebelle, et des photos du regretté réalisateur de films d'animation Ryan Larkin. Il a également noué de bons contacts avec les Premières nations et réalisé ce portfolio photographique de qualité: www.photofade.com/portfolio_series.asp?PicClass=-1447797510.

 

J’imagine qu’il aurait dû être celui qui prenait mon portrait!

 

Je vous invite vivement à consulter plus à fond son site Web. Vous trouverez également des photos de Cuba et de différents pays du Moyen-Orient, y compris de l'Iran, où il est né.

Pour la variété et la richesse de ses coljections d'oeuvres, allant du Moyen Age à la période contemporaine,

le Musée d'art de Joliette est certainement le troisième en importance au Québec, après le Musée des beaux-arts de

Montréal et le Musée du Séminaire de Québec.

Sa fondation et son développement sont étroitement liés à une institution d'enseignement, le Séminaire de Joliette, sous la direction des clercs de Saint-Viateur.

 

www.erudit.org/fr/revues/continuite/1989-n43-continuite10...

 

Le Musée d’art de Joliette est passé d’une idée ambitieuse du père Corbeil au plus grand musée d’art en région au Québec. Reconnu pour son dynamisme, cet incontournable de la scène artistique québécoise conserve en ses murs une importante collection composée de quelque 8 500 œuvres acquises au fil des ans.

 

La collection d’art canadien nait en 1943 alors que la nouvelle galerie du Séminaire de Joliette acquiert huit œuvres d’artistes canadiens. Elle évolue avec les dons d’œuvres des artistes qui exposaient au Séminaire et à l’aide des acquisitions du comité qui était formé du Dr Max Stern, du père Wilfrid Corbeil et du père Étienne Marion.

 

Dès 1942, l’audacieuses l’Exposition des maîtres de la peinture moderne organisée par le père Corbeil définissait le Musée en faisait preuve d’ouverture à la nouveauté. C’est à cette occasion que la première toile automatiste de Paul-Émile Borduas, Abstraction verte, a été présentée au public.

 

À partir de 1942, le Séminaire présente des expositions publiques de peinture «vivante» d'artistes contemporains de «chez nous». La première d’entre elles, l’Exposition des maîtres de la peinture moderne, met en valeur des toiles d’artistes réputés tels que Paul-Émile Borduas, Marc-Aurèle Fortin, Louise Gadbois, John Lyman, Alfred Pellan et Goodridge Roberts. La couverture médiatique positive et le succès de l’événement encouragent les Clercs à se procurer plus d’œuvres et à organiser des expositions de manière récurrente.

 

En 1950, lors de visites en France et en Italie, le père Corbeil et l’abbé François Lanoue acquièrent les premières pièces européennes pour le Séminaire. Ils trouvèrent un chapiteau en marbre des Pyrénées du XIIe siècle, une huile sur bois de la Renaissance dépeignant une Vierge allaitant son Enfant ainsi qu’une Madone à l’Enfant du XVIIe siècle. Le chanoine Wilfrid Anthony Tisdell confie sa collection aux soins du père Corbeil en 1961. Ces quelque 500 œuvres européennes comprenaient une rare sculpture allemande sur bois géminée, des toiles de grande qualité, dont un portrait octogonal du Précurseur,

 

Bien qu’étant le moins important de la collection du MAJ, l’axe archéologique fait le pont entre le Musée actuel et le muséum d’histoire naturelle du Séminaire. Les Clercs de Saint-Viateur y exposaient une vaste collection d’artefacts, de spécimens et d’objets divers, mais aussi d’œuvres d’art offertes par de généreux donateurs. En 1943, à la fondation du musée d’art du Séminaire, les deux types de collections seront séparés jusqu’en 1957.

 

Le «nouveau» musée d'art du Séminaire de Joliette, inauguré le 18 mai 1961, rend la collection de plus en plus accessible.

 

En 1966, un comité laïc dirigé par le père Wilfrid Corbeil et Serge Joyal prendra le nom du Musée d’art de Joliette.

 

L’angle d’acquisition québécois s’illustre fièrement par les œuvres d’artistes passés à l’histoire tels qu'Armand Vaillancourt, Geneviève Cadieux, Michael Snow, Claude Tousignant ou encore d’artistes en début de carrière tels que Nicolas Baier,

 

La collection regroupe également de nombreuses œuvres d’artistes étrangers de renommée internationale dont Niki de Saint-Phalle, Arman, et Antoni Tàpies.

 

En 2015, des travaux majeurs changent l’image du musée du tout au tout. La nouvelle architecture du bâtiment lui confère un aspect plus ouvert et invitant pour la collectivité. Le plan prévoit la dématérialisation de ses façades, le prolongement de son pavillon d’entrée vers la rivière L’Assomption et l'aménagement d'aires de détente. Les espaces ouverts mettent en lumière cette intention, invitant l’éclairage naturel, facilitant l’accès aux groupes.

 

kollectif.net/projet-du-mois/agrandissement-et-renovation...

 

www.museejoliette.org/fr/a-propos/

 

www.museejoliette.org/fr/collection_categorie/art-europee...

 

www.musees.qc.ca/fr/musees/guide/musee-d-art-de-joliette

 

www.westmountmag.ca/musee-art-joliette/?lang=fr

 

www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/522085/quand-le-mus...

 

ici.radio-canada.ca/nouvelle/724474/musee-d-art-joliette-...

À Plessisville, ma ville d'origine

Leonard Cohen - Suzanne

youtu.be/6o6zMPLcXZ8

 

"Suzanne" was inspired by Cohen's platonic relationship with Suzanne Verdal, the then girlfriend of sculptor Armand Vaillancourt. Its lyrics describe the rituals that they enjoyed when they met: Suzanne would invite Cohen to visit her apartment by the harbour in Montreal, where she would serve him Constant Comment tea, and they would walk around Old Montreal past the church of Notre-Dame-de-Bon-Secours, where sailors were blessed before heading out to sea.

 

Source : en.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame-de-Bon-Secours_Chapel

 

The French Canadian artist Armand Vaillancourt who sculpted the Vaillancourt Fountainat Justin Herman Plaza in 1971 !

The Vaillancourt Fountain in San Francisco's Justin Herman Plaza.

 

This fountain is known as the 'Vaillancourt Fountain', but the sculptor, Armand Vaillancourt, named it 'Québec libre!' on the night before the inauguration day of the fountain in 1971. Vaillancourt is a French sculptor, painter and performance artist born on September 3, 1929 in the city of Black Lake, Quebec, Canada. He gave the fountain the name 'Québec libre!' (French for 'Free Quebec!'), to show his support for the Quebec sovereignty movement and more largely, the support for the freedom of all people in Quebec. The huge, cubic fountain is 200 feet long, 140 feet wide and 36 feet high.

MIMOA.edu (text from www.kiwipulse.com).

 

Here's a video of the fountain if you're interested: www.youtube.com/watch?v=dKVfJRkDVjo

 

The fountain has been subject to heated criticism, but it's a lot of fun to photograph.

Better if viewed large

 

Vaillancourt Fountain, by Armand Vaillancourt. Built in 1971.

 

This wonderful sculpture sits between the Ferry Building and the end of Market Street in San Francisco.

 

You can walk underneath the water and even go to an observation area and see the scuplture from above. Later I'll post some panoramas once the film is developed.

 

==

I just posted another image of the fountain, it's a different angle and a vertical composition so the feel is different.

Better if viewed large

 

Yesterday I posted the first photo of this fountain which was very popular (more than 25 favs).

 

Vaillancourt Fountain, by Armand Vaillancourt. Built in 1971.

 

This wonderful sculpture sits between the Ferry Building and the end of Market Street in San Francisco.

 

You can walk underneath the watert and even go to an observation area and see the scuplture from above. Later I'll post some panoramas once

Le musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) est situé sur la Grande Allée Ouest en bordure du parc des Champs-de-Bataille à Québec. Il a pour mission «de faire connaître, de promouvoir et de conserver l'art québécois de toutes les périodes, de l'art ancien à l'art actuel, et d'assurer une présence de l'art international par des acquisitions, des expositions et d'autres activités d'animation»7.

La collection permanente du musée compte plus de 39 000 œuvres (peintures, sculptures, dessins, photographies, estampes et objets d’art décoratif), essentiellement produites au Québec ou par des artistes québécois, et dont certaines remontent au xviie siècle.

Depuis 1987, le musée abrite une bibliothèque en ses murs. Un jardin de sculptures composé de 15 œuvres – Le jardin de sculptures Julie et Christian Lassonde – borde le musée. On peut y admirer, entre autres, des sculptures de Jean-Paul Riopelle, Claude Tousignant, Armand Vaillancourt, Charles Daudelin, Jean-Pierre Morin et Ludovic Boney.

BONNE ST-VALENTIN

HAPPY VALENTINE'S DAY

 

Le coeur des Iles est une oeuvre d'Armand Vaillancourt créée en 2000 avec les parties d’une épave de navire aux Iles de la Madeleine.

___

The heart of the Islands is a piece of Armand Vaillancourt created in 2000 with parts of a shipwreck in the Magdalen Islands.

  

© Be aware, all my pictures are under full copyright. All rights are reserved. If you are interested in using my pictures, please contact me via Flickr mail.

  

*********** PLEASE READ ***********

Please don't post group banners. Thank you !

Pavillon Gérard-Morrisset

Le musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) est un musée situé au cœur du parc des Champs-de-Bataille à Québec. Il a pour mission de faire connaître, de promouvoir et de conserver l'art québécois de toutes les périodes, de l'art ancien à l'art actuel, et d'assurer une présence de l'art international par des acquisitions, des expositions et d'autres activités d'animation.

 

La collection permanente du Musée compte plus de 38 000 œuvres (peintures, sculptures, dessins, photographies, estampes et objets d’art décoratif), essentiellement produites au Québec ou par des artistes québécois, et dont certaines remontent au xviie siècle.

 

Depuis 1987, le musée abrite une bibliothèque en ses murs. Un jardin de sculptures composé de 15 œuvres – Le jardin de sculptures Julie et Christian Lassonde – borde le Musée. On peut y admirer, entre autres, des sculptures de Jean-Paul Riopelle, Claude Tousignant, Armand Vaillancourt, Charles Daudelin et Jean-Pierre Morin.

Le musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) est un musée situé au cœur du parc des Champs-de-Bataille à Québec. Il a pour mission de faire connaître, de promouvoir et de conserver l'art québécois de toutes les périodes, de l'art ancien à l'art actuel, et d'assurer une présence de l'art international par des acquisitions, des expositions et d'autres activités d'animation.

La collection permanente du Musée compte plus de 38 000 œuvres (peintures, sculptures, dessins, photographies, estampes et objets d’art décoratif), essentiellement produites au Québec ou par des artistes québécois, et dont certaines remontent au xviie siècle.

Depuis 1987, le musée abrite une bibliothèque en ses murs. Un jardin de sculptures composé de 15 œuvres – Le jardin de sculptures Julie et Christian Lassonde – borde le Musée. On peut y admirer, entre autres, des sculptures de Jean-Paul Riopelle, Claude Tousignant, Armand Vaillancourt, Charles Daudelin et Jean-Pierre Morin.

"In the summer of 1999, the Fédération Franco-TéNOise brought together some of the greatest aboriginal, french and english artists to create this monumental sculpture.

 

Sonny McDonald, Métis from Fort Smith

John Sabourin, Dene from Fort Simpson

Eli Nasogaluak, Inuvialuk from Tuktoyaktuk

Armand Vaillancourt, Québécois from Montréal

Chris Ishoj, Canadian from Mansonville.

 

The Cultural Crossroads of Yellowknife, an evolving artistic site, comprises three elements so far:

 

a copy of a bronze sculpture created by three aboriginal artists (the original, carved in ancient marble at least 2.5 million years old from the banks of Great Slake Lake, is exhibited in the hall of the Legislative Assembly building)

a steel structure based on a dene teepee, created by André Boulanger

a mural composed on 1500 signs and symbols representing life in the Far North, designed by Vaillancourt, Ishoj and Boulanger : hands, paws, animals, circlesmains, pattes, cercle, animaux, etc.

 

The Cultural Crossroads of Yellowknife is a meeting place of the talents of the North and the South, the East and the West. As such, it bears witness to the creative synergies of different cultures working together." quoted from www.aurora-arts.nt.ca/ArtistPages/CulturalCrossroadsofYel...

 

This is The Vaillancourt Fountain, by Armand Vaillancourt and it stands on the San Francisco Embarcadero. It has been called a pile of rubble, but out of all sorts of surprising places the fountain produces the most glorious cascades of water. People can walk through it, by it, underneath it, look over it and stand in awe of its peculiar wonder. One of my favorite places in San Francisco. I have to admit, it isn't much when it isn't working.

www.youtube.com/watch?v=dKVfJRkDVjo][b]here[/b][/url]

Détal de la sculpture "La force" de Armand Vaillancourt, sur le Mont-Royal, Montréal

Armand Vaillancourt est né le 3 septembre 1929 à Blake Lake en Estrie.

Il est le 16e enfant d'une famille de 17. Il grandit dans une famille accueillante, toujours prête à offrir son aide aux démunis. Après avoir travaillé dans les mines, son père achète une ferme sur laquelle Armand Vaillancourt va faire tous les métiers. C'est là où il développe une conscience des choses de la vie, où il apprend à jouer avec la matière. Dès la fin des années 1940 et durant les premières années de 1950, il parcoure les États-Unis; il fréquente les musées et les salles de spectacle. En 1949 et 1950, Armand suit son cours classique à l’université d’Ottawa mais il ne s'y sent pas à sa place. Il décide alors de s'inscrire à l’École des Beaux-arts de Montréal. Il est expulsé pour avoir sculpté l’arbre de la rue Durocher. Depuis ce jour, il n’a jamais cessé de faire son art et de s’impliquer socialement.

Since 1971, the Vaillancourt Fountain in Justin Herman Plaza at Embarcadero Center in San Franciso has been pleasing, perplexing, or just plain p-ssing off passersby. Forty feet high and 710 tons, the thing is actually kinda wondrous when the water is pouring--one can actually walk through the piece, on pathways & stepping blocks! With California's energy crisis, though, the water was turned off for years at a time; after all, pumping those thirty thousand gallons costs about a quarter million a year).

 

Creator Armand Vaillancourt, who calls his work "Québec libre," got into a scrap with SF over the widely-held belief this thing needs to be razed. When created, the fountain was a counter-piece to the city's waterfront freeway, which famously toppled in the 1989 Loma Prieta earthquake--leaving the art without its context. Visitors to the new SF Embarcadero will see more colorful, more petite art popping up in the area, along with a much-more out of place, but certainly beautiful addition since the freeway destruction: palm trees.

 

View On Black

 

Vaillancourt Fountain (Québec libre !)

San Francisco

 

en.wikipedia.org/wiki/Armand_Vaillancourt

San Francisco - March 26, 2010: Vaillancourt Fountain, sometimes called Quebec libre!, is a large fountain located in Justin Herman Plaza in San Francisco, designed by the Québécois artist Armand Vaillancourt in 1971.

 

missionbaysf.blogspot.com

Inside the Justin Herman Plaza is the Armand Vaillancourt Fountain sculpture.

I always thought it would be nice to fill it with trout during the Summer (it usually has water flowing through it. They drain the water to clean it).

Armand Vaillancourt, sculpteur (1964)

The Vaillancourt Fountain at Justin Herman Plaza, across the street from the Ferry Terminal, San Francisco, California.

 

TITLE: Vaillancourt Fountain

 

ARTIST(S): Vaillancourt, Armand, 1929- , sculptor.

Halprin, Lawrence, 1916- , landscape architect.

 

DATE: Installed April 1971. Dedicated 1972.

 

MEDIUM: Sculpture: aggregate concrete boxes and elements welded with structural steel tubes or with high tension non-corrosive alloy steel.

 

PHYSICAL LOCATION:

Located Justin Herman Plaza, Embarcadero, at the foot of Market Street, San Francisco, California 94111

San Francisco - March 26, 2010: Vaillancourt Fountain, sometimes called Quebec libre!, is a large fountain located in Justin Herman Plaza in San Francisco, designed by the Québécois artist Armand Vaillancourt in 1971.

 

missionbaysf.blogspot.com

Justin Herman Plaza, San Francisco

 

The fountain, with its geometric concrete limbs askew, has been controversial since its dedication, when people passed out handbills calling it a "howling obscenity" and "pestiferous eyesore."

 

One Aaron peskin, a County Supervisor, proposed removing the fountain in 2004. Eight years llater, he's gone and the fountain survives.

 

IMG_20121009_141856

1 3 4 5 6 7 ••• 9 10