new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Boussac (Creuse) | by sybarite48
Back to photostream

Boussac (Creuse)

Boussac (Creuse).

 

Le château de Boussac.

 

Le château domine la vallée de la Petite-Creuse.

 

Le château fut érigé au 12éme siècle et en partie détruit par les anglais pendant la guerre de Cent Ans.

 

Au 15ème siècle, Jean Ier de Brosse, maréchal de France et compagnon de Jeanne d'Arc fit reconstruire le château. Le château a été remanié aux 16éme et 17éme siècles.

 

George Sand résida dans le château à deux reprises, pour fuir une épidémie de variole à Nohant* et durant la guerre de 1870.

 

George Sand décrit le château de Boussac, dans son premier roman champêtre Jeanne*.

 

 

"La ville de Boussac, formant, avec le bourg du même nom, une population de dix-huit à dix-neuf cents âmes, peut être considérée comme une des plus chétives et des plus laides sous-préfectures du centre. Ce n’est pourtant pas l’avis du narrateur de cette histoire. Jeté sur des collines abruptes, le long de la Petite-Creuse, au confluent d’un autre ruisseau rapide, Boussac offre un assemblage de maisons, de rochers, de torrents, de rues mal agencées, et de chemins escarpés, qui lui donnent une physionomie très pittoresque.

(...)

Boussac a le bon goût de se lier si bien au sol, qu’on y peut faire une belle étude de paysage à chaque pas en pleine rue. Mais il se passera bien du temps avant que les citadins de nos provinces comprennent que la végétation, la perspective, le mouvement du terrain, le bruit du torrent et les masses granitiques font partie essentielle de la beauté des villes qui ne peuvent prétendre à briller par leurs monuments. Il y a cependant un monument à Boussac, c’est le château d’origine romaine que Jean de Brosse, le fameux maréchal de Boussac, fit reconstruire en 1400 à la mode de son temps. Il est irrégulier, gracieux et coquet dans sa simplicité. Cependant les murs ont dix pieds d’épaisseur, et dès qu’on franchit le seuil, on trouve que l’intérieur a la mauvaise mine de tous ces grands brigands du moyen âge que nous voyons dans nos provinces dresser encore fièrement la tête sur toutes les hauteurs.

Ce château est moitié à la ville et moitié à la campagne. La cour et la façade armoriée regardent la ville ; mais l’autre face plonge avec le roc perpendiculaire qui la porte jusqu’au lit de la Petite-Creuse, et domine un site admirable, le cours sinueux du torrent encaissé dans les rochers, d’immenses prairies semées de châtaigniers, un vaste horizon, une profondeur à donner des vertiges. Le château, avec ses fortifications, ferme la ville de ce côté-là."

 

(George Sand - Jeanne)

 

 

*Les Prussiens envahissent Paris le 19 septembre 1870. Pendant la même période, la variole se répand à Nohant. Son fils et ses deux petites-filles étaient déjà tombé gravement malade de la variole charbonneuse au début de l’année. Son fils, Maurice, était resté dans un état critique pendant seize jours. Pour éviter tout nouveau risque, la famille prend la décision de se réfugier à Boussac. (Correspondance, Nohant le 15 septembre et Journal 16.9.1870)

 

 

*Jeanne, jeune bergère de la Marche, est engagée comme servante à la petite ville voisine de Boussac. Trois hommes la désirent: l'avocat Marsillat, l'aristocrate Guillaume de Boussac et sir Arthur, un riche Anglais. Sir Arthur souhaite épouser Jeanne, mais elle ne peut accepter en raison d'un vœu qu'elle a fait. Pressée par Marsillat, Jeanne, pour lui échapper, se jette par une fenêtre. Jeanne représente évidemment le Peuple face à l'aristocratie, la bourgeoisie, les notables, la richesse. Chacun tente de séduire Jeanne à sa façon.

Par exemple, l'avocat Marsillat s'adresse à l'aristocrate Guillaume de la Brosse :"Car il entre dans les idées de votre caste de perpétuer l’ignorance chez le pauvre, afin d’y perpétuer la soumission. Aussi admirez vous, en poètes, que vous prétendez être, le merveilleux qui remplit ces pauvres cervelles ; et vous ne faites qu'entretenir, par la dévotion, par la protection accordée aux images miraculeuses, aux pèlerinages, et autres niaiseries, la folie de nos pauvres villageois."

9,082 views
4 faves
2 comments
Taken on May 7, 2015