new icn messageflickr-free-ic3d pan white
DOC87/10594 - Reconstruction of the Palace of Diocletian in Spalato (Split) | by quadralectics
Back to photostream

DOC87/10594 - Reconstruction of the Palace of Diocletian in Spalato (Split)

Ernest Hebrard, 1911. Fig. 61 in: KUNOTH, George (1956). Die Historische Architektur Fischers von Erlach. Verlag L. Schwann, Düsseldorf.

---

Ernest Hébrard. Le Palais de Dioclétien à Spalato. Notice de M. Jacques Zeiller. Author: Jacques Zeiller. Publisher: Paris : C. Massin, 1911.

---

Ernest Hébrard (1875-1933) est un architecte, un archéologue et un urbaniste français connu pour avoir dessiné le plan directeur de Thessalonique et de Hanoï.

Il étudie l'architecture à Paris puis fait un séjour à Rome. En compagnie de l'historien Jacques Zeiller, il conduit une étude systématique du palais de Dioclétien à Split qui demeure l'un des ouvrages fondamentaux sur ce monument. Pendant la Première Guerre mondiale, il fait partie du service archéologique de l'Armée d'Orient stationnée à Thessalonique : c'est à ce titre qu'il conduit des fouilles au Mausolée de Galère.

 

Après l'incendie catastrophique de la ville en 1917, il est chargé par le gouvernement grec de concevoir un nouveau plan directeur pour la ville, avec l'aide des architectes grecs Aristotélis Záchos et Konstantinos Kitsikis du britannique Thomas Mawsonet du français Joseph Pleyber. Le nouveau plan éventre la vieille ville largement détruite par l'incendie — en particulier les quartiers juifs du centre — et fait partie intégrale du projet de réhellénisation de la ville juive et slave, récemment passée (1912) sous administration grecque.

 

En 1920, il participe au colloque sur la planification urbaine d'Athènes.

 

À partir de 1921, il réside en Indochine française, où il participe à la planification de plusieurs villes, dont Hanoï et Dalat. Il crée le « style indochinois » qui résulte d'une observation minutieuse des motifs et équilibres architecturaux traditionnels développés en Indochine, au sens large, c'est-à-dire de l'Inde à la Chine. Plusieurs édifices d'Hanoï sont issus de cette inspiration, parmi lesquels :

 

le musée Louis Finot (du nom du premier directeur de l'École française d'Extrême-Orient), terminé en 1932 et destiné à accueillir les collections de l'EFEO, devenu en 1958 le musée national d'histoire vietnamienne,

la recette générale des finances, devenue ministère des Affaires Étrangères,

l'université de l'Indochine, devenue université nationale du Viêt Nam,

l'église des Martyrs (Hanoï).

  

221 views
0 faves
1 comment
Taken on November 18, 2015