new icn messageflickr-free-ic3d pan white

Février 74 I

Acrylic on canvas 3' X 3' (90 cm X 90 cm )

Je fais en fait référence à des événements qui ont eu lieu dans la ville du Lorrain au nord de la Martinique le 14 février 1974 et plus connus sous le nom de "Affaire Chalvet".

En février 74 les ouvriers agricoles des bananeraies se mirent en grève pour revendiquer une augmentation de salaire journalier de 36,46 francs que leur refusait leur direction. Le 14 février, ils marchaient de plantations en plantations pour mobiliser le plus grand nombre de manifestants.

Les gendarmes s'interposèrent sur un pont à Fond Brûlé, que devait traverser le cortège des grévistes.

Ils leur intimèrent l'ordre de rebrousser chemin, une manifestante, Raymonde Cabrimol répliqua :"Nous sommes en pays de Liberté, Egalité, Fraternité, nous avons le droit de passer sur ce pont et nous passerons !" Elle s'engagea, les gendarmes s'écartèrent, les autres lui emboîtèrent le pas.

Plus loin les forces de l'ordre, 14 cars de gendarmes et un hélicoptère attendaient les manifestants. Il était trop tard pour rebrousser chemin. L'affrontement devint inévitable, les gendarmes ouvrirent alors le feu , certains sautèrent dans la rivière, d autres rampèrent dans les champs d'ananas, mais au final un homme de 55 ans , Ilmany Sérier, dit Rénor, père de 22 enfants, resta à terre....

Au cours des obsèques d' Ilmany, deux jours plus tard, les ouvrier apprirent qu'un autre des leurs appelé Georges Placide Marie Louise, 19 ans avait été retrouvé sur la grève de Chalvet battu à mort, le corps déformé et boursouflé....

Quelques temps plus tard la direction proposa une augmentation de 36,50 francs, les ouvriers refusèrent, ils avaient réclamé 36,46 francs, rien de plus, et estimaient que 4 centimes ne valaient pas la vie de deux hommes

Cette affaire à profondément choqué la population martiniquaise qui organisa de grandes manifestation pour faire part de son indignation, ces événements sont restés dans les mémoires comme symboliques de la mobilisation populaire face à une répression de type colonial.

Le chanteur martiniquais Kolo Barst à dédié un de ses morceaux : "Février 74" à cette affaire.

 

1,351 views
4 faves
3 comments
Taken on April 25, 2007