new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Maasai woman in traditional clothes - Kenya | by Eric Lafforgue
Back to photostream

Maasai woman in traditional clothes - Kenya

The Maasais live only on the Tanzania-Kenya border, along the Great Rift Valley on semi-arid and arid lands.They have been deported from their best traditional grazing lands, that are now known as the Maasai Mara National Reserve, the Amboseli National Park, and other protected forests. The Maasai comprise 5 clans. They have reputation of fierce warriors. But they are traditionally seminomadic, and live off their cattle almost exclusively. The Maasai believe that all cattle belong to them and they are known to be cattle raiders. Cattle raiding used to be a common inter tribal activity. The livestock is a sign of wealth and is traditionally used to pay bridewealth for the wedding. Women are worth 10 cows. They consistently come from another village. Parents are the ones who negociate for the marriage. In the Maasai community, women construct the huts, collect firewood, bring water, milk the herds of cattle and cook for the family. Young boys look after the beasts while the warriors protect the clan. Older men take care of the daily operations in the community. The Maasai live in families in a Manyatta (a form of enclosed homestead), surrounded by a fence made of thorny bushes to protect them and their livestock from intruders and predators. Each Manyatta has about 10 to 20 huts known as "Inkajijik". These huts are made of tree branches, mud, grass and cow dung. If a man has more than one woman, he must build another house to welcome his second wife (to avoid rivalry). So a man who has 3 wifes must own 3 houses and therefore be rich. In the Maasai culture, the colorful ornaments are dedicated to their beauty, which is one of the most important aspects. Visual arts consist mainly of body decoration and beaded ornaments. These decorations are displayed in their dances, which are a popular art form. Women wear beaded necklaces and bangles, and men a red checked shuka (Maasai blanket). The warriors carry a spear and a ball-ended club, and paint their body with ochre. Maasai's diet includes meat, cow blood 2 times a week, and a lot of milk. The cows are bled by opening a vein in the neck with a blunt arrow or knife. The blood is then drunk on it’s own or with milk. The Maasai speak a Nilotic language, called Maa. They believe in one God, Ngai (meaning "One Creator God"), the creator and giver of all things. They also believe in witchcraft. In each tribal group, there is a prophet who is seen as helping to cope with the endemic sorcery, by the means of protective medicines and advices for the rituals. In addition to the prophets, they also have diviners who are supposed to have the power to diagnose illnesses and causes of misfortune, and can prescribe a range of herbal medicines and ritual cures. Despite the fact that some members have moved to cities, many have kept their customs. The most distinctive feature of Maasai society is the age system for men, divided in sets and spaced apart by about fifteen years. Excision, as well as circoncision, is an initiatory ceremony that mark the passage to adulthood. Although excisions are prohibited in Kenya, it is widespread throughout the country, especially in rural areas. Only 4 ethnic groups (Luo, Luhya, Teso and Turkana) out of 42 don't practise it. According to the ethnies and regions, excisions vary considerably and range from 4.1% in the western region to 98.8% in the North-Est. They are common within the Somali (97%), Kisii (96%) and Maasai (93%) while they are less frequent among the Kikuyu (34%) and Kamba (27%). The kenyan law is rarely enforced and it sometimes lead this practice to clandestinity instead of slowing it down. For the 3 months of recovery period after excision, Maasai girls wear jewellery and chalk make-up, to show they must not be seen by men. Circumcision happens at the age of 18 in the Maasai tribes. Maasai woman are not allowed to attend the ceremony. Boys who show their pain with tears during the operation, are considered as cowards and bear this shame all his life. On the contrary, the ones who don't cry during circumcision are authorized to hunt colorful birds with their bow and arrows. Then they make a headdress indicating their new warrior's status. After the operation, boys go in their mother's hut to drink cow's fresh blood to recover their forces. The promotion of warriors to elderhood involve two distinct ceremonies. The 4 days eunoto ceremony raise the warriors to the senior warrior status. For this occasion, warriors gather in the same village. They are led by a ritual leader (olotuno). Each one of them has a part of his head shaved by his mother, which often makes them cry. It symbolizes the end of their freedom and of the bond with their mother. At the end of the ritual, the warrior can select any girl to marry. The olghesher ceremony promote them to senior elderhood thanks to which they have the power to bless and curse, and become protective leaders of the next new age-set. During one of the ceremonies, maasai girls accompany their lover to the ceremonial dance. Pearl neacklaces and headbands follow the rhythm. This is the sole moment when girls can choose freely 3 lovers among the warriors.Traditionally, as long as the father was alive, no son has final control over his cattle nor over his choice in marriage. At marriage, the bride is allocated a herd of cattle, from which all her sons will build up herds of their own. In any case, women are raised to accept her submission to her future husband.

  

Les Maasais vivent seulement sur la frontière entre la Tanzanie et le Kenya, le long de la Grande Valley du Rift sur des terres arides et semi-arides. Ils ont été déplacés de leurs meilleurs pâturages, qui sont maintenant devenus la Réserve Nationale Maasai Mara, le Parc National Amboseli, et d'autres forêts protégées.Les Maasai comprennent 5 clans. Ils ont la réputation de farouches guerriers. Mais ils sont traditionnellement semi-nomades, et vivent de leur bétail presque exclusivement. Les Pour les Maasai, le bétail leur appartient et ils sont connus pour le piller chez d'autres tribus. Le pillage de bétail a longtemps été chose commune dans les activités inter-tribales. Le bétail est signe de richesse et est traditionnellement utilisé pour payer la prix de la mariée pour le mariage. Les femmes valent 10 vaches. Elles viennent systématiquement d'un autre village. Les parents sont ceux qui négocient pour le mariage. Dans la communauté Maasai, les femmes construisent les huttes, collectent le bois pour le feu, apportent de l'eau, traient les troupeaux de bétail et cuisinent pour la famille. Les jeunes garçons surveillent les bêtes tandis que les guerriers protègent le clan. Les aînés s'occupent des opérations quotidiennes dans la communauté. Les Maasai vivent en famille dans une Manyatta (une sorte de propriété familiale rurale fermée), entourée d'une barrière faite de buissons épineux pour les protéger avec leur bétail des intrus et prédateurs. Chaque Manyatta a environ 10 à 20 huttes appelées "Inkajijik". Ces huttes sont faites de branches d'arbre, boue, herbe et bouse de vache. Si un homme a plus d'une femme, il doit construire une autre maison pour accueillir sa seconde femme (pour éviter la rivalité). De fait, un homme qui a 3 femmes doit posséder 3 maisons et donc être riche. Dans la culture Maasai, les parures colorées sont dédiées à leur beauté, ce qui est un des aspects les plus importants. Les arts visuels consistent principalement en des décorations corporelles et des parures avec des perles. Ces décorations sont affichées dans leurs dances, qui sont la forme d'art la plus populaire. Les femmes Maasai portent des colliers de perles et des bracelets et les hommes des « shuka » (couvertures Maasai) à carreaux rouges. Les guerriers portent une lance et une massue dont l'extrémité est composée d'une boule, et se peignent le corps avec de l'ocre. L'alimentation des Maasai inclut de la viande, du sang 2 fois par semaine et beaucoup de lait. Les vaches sont saignées en leur ouvrant une veine dans le cou avec une flèche spéciale ou un couteau. Le sang est ensuite bu tout seul ou avec du lait. Les Maasai parlent une langue nilotique, appelée Maa.Ils croient en un Dieu, Ngai (ce qui signifie "Dieu créateur"), le créateur et donateur de toute chose. Ils croient aussi dans la sorcellerie. Dans chaque groupe tribal, il y a un prophète qui est considéré comme aidant à affronter les sortilèges endémiques, au moyen de traitements protecteurs et de conseils pour les rituels. En plus des prophètes, ils ont aussi des devins qui sont censés avoir le pouvoir de diagnostiquer les maladies et les causes d'infortune, et peuvent prescrire une série de médicaments à base de plantes et de remèdes rituels. Malgré le fait que certains membres se soient installés dans les villes, beaucoup ont gardé leurs coutumes. La caractéristique la plus remarquable de la société Maasai est le système d'âges pour les hommes, divisé en sections et séparé par environ une quinzaine d'années. L'excision, comme la circoncision, est une cérémonie initiatique qui marque le passage à l'âge adulte. Malgré le fait que les excisions soient interdites au Kenya; cela reste répandu à travers le pays, surtout dans les régions rurales. Seuls quatre groupes ethniques (les Luo, Luhya, Teso and Turkana) sur 42 ne pratiquent pas les excisions. Selon les ethnies et les régions, les excisions varient considérablement, allant d’une moyenne de 4,1% dans la région occidentale à 98,8% dans le Nord Est du pays. Elles sont communes chez les Somali(97%), Kisii (96%) et Maasai (93%), alors qu’elles sont les moins fréquentes chez les femmes Kikuyu (34%) et Kamba (27%).La loi kenyane est rarement appliquée et a parfois poussé la pratique à la clandestinité au lieu de la freiner. Pour la convalescence de 3 mois après l'excision, les filles Maasai portent des bijoux et du maquillage à la craie, pour montrer qu'elles ne doivent pas être vues par les hommes. La circoncision se passe à l'âge de 18 ans dans les tribus Maasai. Aucune femme Maasai n'est autorisée à assister à la cérémonie. Les garçons qui ne montrent pas leur douleur avec des larmes durant l'opération, sont considérés comme peureux et portent cette honte toute leur vie. Au contraire, ceux qui ne pleurent pas durant la circoncision sont autorisés à chasser des oiseaux colorés avec leur arc et flèches. Ensuite ils fabriquent des coiffes indiquant leur nouveau statut de guerrier. Après l'opération, les garçons vont dans la hutte de leur mère pour boire du sang de vache frais afin de recouvrer leurs forces. La promotion des guerriers à la sagesse implique deux cérémonies distinctes. La cérémonie eunoto de 4 jours élève les guerriers au rang de guerrier supérieur. Pour cette occasion, les guerriers se rassemblent dans le même village. Ils sont menés par un chef de rituel (olotuno). Chacun d'entre eux a une partie de sa tête rasée par sa mère, ce qui les fait souvent pleurer. Cela symbolise la fin de leur liberté et du lien avec leur mère. A la fin du rituel, le guerrier peut sélectionner la fille qu'il veut pour se marier. La cérémonie olghesher les promeut à la sagesse des aînés grâce à laquelle ils ont le pouvoir de bénir et maudire, et deviennent les chefs protecteurs de la classe d'âge suivante.Durant l'une des cérémonies, les filles maasai accompagnent leur amoureux à la danse cérémoniale. Les colliers et bandeaux de perles suivent le rythme.C'est le seul moment où les filles peuvent choisir librement 3 amants parmi les guerriers. Traditionnellement, tant que le père est vivant, aucun fils n'a le contrôle sur le bétail ni sur le choix pour son mariage. Lors du mariage, on attribue à la fiancée un troupeau de bêtes, à partir desquels tous ses fils accumuleront leurs propres troupeaux. Dans tous les cas, les femmes sont élevées pour accepter la soumission à leur futur mari.

 

© Eric Lafforgue

www.ericlafforgue.com

    

52,896 views
22 faves
3 comments
Taken on July 8, 2009