lille, france 11.2012
www.hollacemetzger.com

"Joyeuse vie"
Victor Hugo, 'Les châtiments' (1853).

Millions! millions! châteaux! liste civile!
Un jour je descendis dans les caves de Lille
Je vis ce morne enfer.
Des fantômes sont là sous terre dans des chambres,
Blêmes, courbés, ployés ; le rachis tord leurs membres
Dans son poignet de fer.

Sous ces voûtes on souffre, et l’air semble un toxique
L’aveugle en tâtonnant donne à boire au phtisique
L’eau coule à longs ruisseaux;
Presque enfant à vingt ans, déjà vieillard à trente,
Le vivant chaque jour sent la mort pénétrante
S’infiltrer dans ses os.

Jamais de feu; la pluie inonde la lucarne;
L’œil en ces souterrains où le malheur s’acharne
Sur vous, ô travailleurs,
Près du rouet qui tourne et du fil qu’on dévide,
Voit des larves errer dans la lueur livide
Du soupirail en pleurs.

Là frissonnent, plus bas que les égouts des rues,
Familles de la vie et du jour disparues,
Des groupes grelottants;
Là, quand j’entrai, farouche, aux méduses pareille,
Une petite fille à figure vieille
Me dit: J’ai dix-huit ans!

Là, n’ayant pas de lit, la mère malheureuse
Met ses petits enfants dans un trou qu’elle creuse,
Tremblants comme l’oiseau;
Hélas! ces innocents aux regards de colombe
Trouvent en arrivant sur la terre une tombe
En place d’un berceau!

Caves de Lille! on meurt sous vos plafonds de pierre!
J’ai vu, vu de ces yeux pleurant sous ma paupière,
Râler l’aïeul flétri,
La fille aux yeux hagards de ses cheveux vêtue,
Et l’enfant spectre au sein de la mère statue!
Ô Dante Alighieri!

C’est de ces douleurs-là que sortent vos richesses,
Princes! ces dénûments nourrissent vos largesses,
Ô vainqueurs! conquérants!
Votre budget ruisselle et suinte à larges gouttes
Des murs de ces caveaux, des pierres de ces voûtes,
Du cœur de ces mourants.
32 photos · 53 views