new icn messageflickr-free-ic3d pan white
IMG_6360 Gino Severini. 1883-1966. Paris. Danseuse, mer, bouquets de fleurs.  1914.  Karlsruhe. | by jean louis mazieres
Back to photostream

IMG_6360 Gino Severini. 1883-1966. Paris. Danseuse, mer, bouquets de fleurs. 1914. Karlsruhe.

Gino Severini. 1883-1966. Paris. Danseuse, mer, bouquets de fleurs. 1914. Karlsruhe. Staatliche Kunsthalle.

 

L'Art Moderne, annoncé bien avant le début du 20è siècle par les impressionnistes et les post-impressionnistes, a été un facteur tout à fait remarquable de renouvellement des formes, dans la peinture européenne. On peut dire que la civilisation européenne se distingue d'autres grandes civilisations par cette recherche constante, à l'échelle des siècles, de la nouveauté. Cela n'a pas été le cas par exemple des civilisations islamiques ou chinoises dont les valeurs ont infiniment plus accordé la priorité à la pérennité et au maintien des traditions. Une fois encore on constate que l'art est un révélateur des valeurs qui animent les sociétés.

 

Les techniques utilisées par les peintres européens, au cours du 19è siècle, pour créer un art nouveau sont multiples, sauf omission, on peut les recenser ainsi :

"La Peinture Plate" par exemple avec Manet, plus tard Gauguin, Maurice Denis, les Nabis... Cette technique réduit ou supprime les volumes et la perspective et privilégie les lignes. Elle retourne à une esthétique qui était celle de la peinture Byzantine, Romane et Gothique. Avec d'autres thèmes évidemment.

La décomposition de la lumière et des couleurs en taches et en points. Les Impressionnistes. Les Pointillistes

Les couleurs arbitraires ou symboliques. L'artiste s'écarte des couleurs "réelles", celles perçues par l'oeil et le cerveau humain, et invente des couleurs apparemment arbitraires: Gauguin, les Fauves, le symbolisme, le surréalisme ... C'est une technique que la peinture romane et gothique avaient mis en pratique très régulièrement.

La valorisation de l'Esquisse. L'esquisse a été pendant des siècles, seulement, ce que son nom indique : une Etude préparatoire à un tableau définitif. Au 19è l'esquisse devient un procédé définitif, terminal, d'expression artistique.

La décomposition de l'espace et des volumes du réel, en lignes et surfaces, plus ou moins synthétiques et arbitraires. (Cézanne).

La "multiplicité des points de vue" sur un objet ou un sujet. Technique qui cherche à rendre le réel comme si on le regardait, en même temps, depuis plusieurs points de l'espace. (Les Cubistes)

 

Ces techniques s'éloignent toutes de la représentation exacte du réel. Elles tendent à créer un art qui interprète le réel. L'artiste moderne ne reproduit plus le réel, il le rêve, ou l'invente. Ces tendances ont abouti à l'art non figuratif, autrement appelé l'art abstrait.

Ce renouvellement des formes en peinture est total. Il a apporté de nouvelles possibilités, très intéressantes, et très belles, d'expression artistique.

Mais il n'existe pas d'action positive sans contrepartie négative.

Dans ce tableau, absolument personne ne peut reconnaître ce qu'il prétend figurer : "une danseuse, la mer, un bouquet de fleurs".

Ce pourquoi bientôt les artistes donneront à leurs oeuvres des titres sans signification aucune : "Composition 1" ou encore "X233"....

Une certaine peinture européenne, puis occidentale, est arrivée à ce point où elle a perdu toute signification partagée avec un large public.

Cela plait beaucoup à certains intellectuels et idéologues, qui peuvent se proclamer "Eclairés" parce qu'ils affirment comprendre!

Ce qui est un gros mensonges, car il ne comprennent pas plus que les autres.

Ils font seulement semblant.

Il reste une question : que signifie l'existence d'un Art qui ne signifie rien ?

Qu'est ce qu'un Art qui ne communique pas avec un large public ?

Intéressant cet Art que le peuple ne comprend pas.

Dans des sociétés qui se proclament sans cesse comme étant démocratiques !

 

Ce tableau de Severini n'est pourtant pas au bout de "la route futuriste". Ce tableau obéit encore à l'impératif du Beau qui a gouverné l'art européen pendant des siècles. Les lignes sont claires, les volumes reconnaissables, les couleurs harmonieuses. Personnellement je le trouve beau.

Mais le Beau n'est pas seulement subjectif. Ce n'est pas une simple préférence individuelle. Ce n'est pas vrai. Le Beau simple expression d'une subjectivité, c'est une affirmation contemporaine courante qui n'a qu'un seul but : relativiser le Beau, comme toute autre valeur d'ailleurs.

Le Beau est affaire de convention, dont les critères sont variables, mais reconnus et admis à leur époque dans une civilisation donnée. Et ce Beau a toujours été le but poursuivi par les artistes européens du passé. De Van Eyck à Ingres les artistes peintres ont poursuvi une certaine conception, admise en leur temps, du Beau. Je pense qu'en peignant de tableau Sévérini cherchait à faire une oeuvre Belle.

 

Mais on n'arrête pas le "Progrès".

Après le perte de Signification partagée, l'Art de la peinture en Occident, tout au moins un certain Art occidental, va prendre encore une nouvelle orientation : Le refus du Beau partagé.

Le Beau n'existe pas, il est affaire de pure convention, de mode, totalement subjectif. Il n'est même pas un but de l'Art.

Plus futuriste encore : le Laid peut être un but de l'art.

Le 20è siècle a inventé quelque chose d'absolument nouveau, nos élites éclairées en sont très fières : L'Art du Laid.

Ce nouveau but de l'Art, en peinture et en sculpture, est certainement aussi très significatif des valeurs de notre civilisation.

 

Qu'est ce qu'un Art qui n'est pas Beau, et ne fait pas le Bonheur du Peuple ?

Un artiste, romancier, et homme politique français, André Malraux, a écrit " On ne peut pas faire un art qui parle aux masses quand on n'a rien à leur dire" .

C'est sans doute un constat exact : une certaine peinture contemporaine ne signifie rien, tout simplement, parce qu'elle n'a rien à dire qui ait le moindre sens.

Sauf sans doute un sentiment informulé mais profond de déréliction et de dérision, un malaise plus ou moins conscient.

 

Un poète Song a écrit : "Si l’idée est adéquate ne cherche pas la ressemblance extérieure".

Car la Chine aussi a inventé l'art non figuratif, bien avant l'Europe d'ailleurs. On en trouve des exemples au 17è siècle.

Mais la Chine ancienne avait compris qu'il y avait une condition à l'art non figuratif : l'idée adéquate à communiquer.

La référence à un ordre du monde, un ordre du monde agréable et intelligible pour tous, est en effet une condition sine qua non d’une possibilité d’existence de l’art.

L'art peut être non figuratif du réel, abstrait, mais il doit toujours être significatif, et Beau.

Adéquat a dit le poète.

 

Je pense que ce tableau de Séverini, est animé par une idée adéquate. Mais ce n'est pas le cas pour de nombreuses oeuvres d'art moderne ou contemporain.

  

Modern Art, announced well before the beginning of the 20th century by the impressionists and post-impressionists, was a factor quite remarkable renewal forms in European painting. It can be said that European civilization differs from other great civilizations by this constant research, across the centuries, novelty. A modernist obsession. This was not the case, for example, Islamic and Chinese civilizations, whose values have infinitely more given priority to the sustainability and maintenance of traditions. Once again we see that art is a revealing of the values that inspire civilizations.

The techniques used by European painters during the 19th century to create a new art, are many. Except omission, and we can enumerate:

"The Flat Painting", for example with Manet, Gauguin, Maurice Denis, the Nabis ... This technique reduces or removes volumes and perspective and focuses on lines. She returned to an aesthetic that was practiced by the Byzantine painting, Roman and Gothic.

The decomposition of light and color spots and dots. The Impressionists. the pointillist

Arbitrary and symbolic colors. The artist moves away of the colors "real", those perceived by the eye and the human brain, and invents arbitrary colors: Gauguin, the Fauves, symbolism, surrealism ... It is a technique that painting Romanesque and Gothic had practiced regularly.

The valorization of the Sketch. The sketch was, for centuries, only what its name indicates: a preparatory study for a final table. In the 19th the sketch becomes a permanent process, terminal, artistic expression.

The decomposition of space and volume of the real, in lines and surfaces, synthetic and more or less arbitrary. (Cezanne)

The "multiplicity of perspectives" on an object. Technique that seeks to make the real, as if you looked at him, at the same time, from several points of space. (The Cubist)

 

These techniques are moving away all the exact representation of reality. They prefer an art that interprets reality. The modern artist no longer reproduces reality, it's dream or invent. These trends have resulted in non-figurative art, also called abstract art.

This renewal forms in painting is total. He brought new possibilities of artistic expression.

But there is no affirmative action without negative counterpart.

 

In this table, absolutely no one can recognize what it claims to represent "a dancer, the sea, a bouquet of flowers." It soon why artists give their works titles no meaningless "Composition 1" or "x233" ....

The European painting arrived at that point where it has lost all meaning shared with a wider audience.

This highly appealing to some intellectuals and ideologues, who can proclaim "Enlightened" because they affirm understand!

This is a big lie, because it does not understand more than others.

They only pretend.

 

It remains a questionwhat does it mean the existence of an Art signifying nothing?

What is an art that does not communicate with a wide public?

Interesting this art that people can not understand, in societies that call themselves democratic!

 

This painting by Severini, is not the end of "the futuristic route". This table still obeys the imperative of Beau, who governed European art for centuries. The lines are clear, the volumes are recognizable. the colors are harmonious. Personally I find beautiful. But the Beautiful is not only subjective. This is not a simple individual preference. it is not true. The Beautiful, mere expression of a subjectivity, it is a common contemporary statement, which has only one purpose: to relativize the Beautiful, like any other value elsewhere. Beauty is a matter of convention, whose criteria vary, but are recognized and accepted in their time in a given civilization. The Beau has always been the goal pursued by European artists of the past. From Van Eyck to Ingres, the painters have continued a certain idea, accepted in their time, of the Beautiful. I think that by painting this picture Severini sought to do a nice work.

 

But it no stopping "Progress".

After the loss of shared Meanings, Art painting in the West, at least a certain Western Art, will still take a new direction: The refusal of Beau.

Beau does not exist, it is a matter of pure convention, fashion, totally subjective. It is not even a goal of Art.

Even more futuristic: the Ugly can be a goal of art.

The 20th century invented something absolutely new, in our enlightened elites are very proud: The Art of Laid.

This new purpose of Art, painting and sculpture, is certainly also very meaningful of the values of our civilization.

 

What is an Art that is not nice, and that is not the Happiness of the People?

An artist, novelist and French politician André Malraux, wrote "One can not make an art that speaks to the masses when you have nothing to say to them."

This is probably an accurate observation: a certain contemporary painting means nothing, simply because it has nothing to say that has the slightest sense.

Except probably a unformulated but deep sense of abandonment and derision, a more or less conscious discomfort.

 

A Song poet wrote: "If the idea is adequate does not seek external resemblance."

Because China also invented non-figurative art, long before Europe elsewhere. We find examples in the 17th century.

But ancient China had understood that there was a condition to the non-figurative art: the adequate idea, to communicate.

The reference to a world order, an order from the pleasant and intelligible world for all, is a necessary condition of the possibility of existence of art.

Art can be real non-figurative, abstract, but it must always be significant, and Beau. Adequate said the poet.

 

I think this picture of Severini, is animated by an adequate idea. But this is not the case for many works of modern and contemporary art.

 

2,785 views
15 faves
4 comments
Taken on June 3, 2015