blue monday, devenir gris

(a very short text in french - obviously - I wrote yesterday, thinking about someone who used to be special)

 

 

 

 

Et le constat injuste tombe.

 

Plus jamais.

 

Jamais.

 

Plus aucune fois.

 

C’est du passé.

 

Du passé qui s’effiloche.

 

Du passé qui n’appartient qu’au vent.

 

Du passé qu’on murmure à soi-même, seul.

 

Du passé qu’on maudit. Qu’on idéalise parfois.

 

Qui gratte l’aorte. Qui démange.

 

Du passé qui soupire, coeur qui n’a plus ce qu’il désire.

 

Passé poussiéreux qui n’est pas encore tout à fait terne. Polaroid souvenir.

 

Du passé qui revêt une splendeur de “Si”.

 

Du passé qui se terre dans les gouttes de pluie.

 

Du passé engorgé de nuits blanches et douces.

 

Du passé qui ressemble à une peau de chagrin.

 

Du passé qui semble n’appartenir plus qu’au passé.

 

Au passé.

 

 

403 views
2 faves
2 comments
Taken on May 6, 2012