new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Prison militaire de Montluc, Lyon | by LaurenceLyon
Back to group

Prison militaire de Montluc, Lyon

La prison de Jean Moulin, Marc Bloch et André Frossard et Klaus Barbie

 

En 1921 s’est édifiée la prison de Montluc, face au fort qui lui a donné son nom : celui du seigneur de « Monluc » (devenu Montluc), le maréchal Blaise de Lasseran Massencôme (v. 1500-1577). Cette prison militaire va connaître un destin particulièrement tragique après le 11 novembre 1942 et le retour des Allemands en zone sud. Ces derniers réquisitionnent les lieux et vont y interner dans des conditions effroyables, hommes, femmes, juifs, résistants, constituant un réservoir d’otages. Certains seront fusillés sur place, exécutés sommairement dans les environs de Lyon, d’autres prélevés pour une destination inconnue, en fait la déportation vers les camps nazis de concentration ou d’extermination. « Atelier ou magasin, baraque, cellule de femmes ou d’hommes, réfectoire, Montluc offre plusieurs variantes à l’enfermement, et il n’est pas rare qu’un détenu change d’affectation pendant son internement ». Combien ont été jetés dans ces cellules surpeuplées après les interrogatoires des tortionnaires de la Gestapo — ou de la Milice-, pour vivre ensuite dans l’attente tragique des matins, des portes qui s’ouvraient au cri de « Raus! Raus! », pour un destin inconnu, souvent tragique?

« Dans la « baraque », les juifs étaient entassés : « Ils sont nos proches voisins, écrit R. Léculier, et nos compagnons de malheur, logés, nous le savons, dans un des quartiers de Montluc plus dur encore que le nôtre. » Jusqu’à sa libération le 24 août 1944, la prison « fut le carrefour de la cruelle répression sous toutes ses formes […] », dira le frère Benoît. Selon des sources ministérielles publiées en 1952, au moins 7731 hommes et femmes, français ou étrangers, auraient été internés, dont 662 fusillés, 2565 auraient été déportés (seulement

840 rapatriés), alors que 2104 auraient eu un sort inconnu. « Parmi les « hôtes de passage », note Georges Tassani, président des internés de Montluc, que sont les résistants, persécutés raciaux et otages, il est quelques personnages bien connus du grand public ». Comme Jean Moulin, de Lattre de Tassigny, l’évadé André Devigny, l’historien Marc Bloch, André Frossard, etc.

 

Lors de son arrestation en 1983 Klaus BARBIE y fut temporairement incarcéré

 

(source Le Progrès)

© All Rights Reserved.

Do not use this picture for websites, blogs or other media without any explicit agreement from myself. Use without agreement is not legal and not allowed.

 

6,200 views
9 faves
7 comments
Taken on September 19, 2010