Firefighting / Lutte contre les incendies
Firefighters have the intense job of fighting and extinguishing fires that threaten lives, property, and the environment. Their schedule is demanding and the work is dangerous, but the service they provide is crucial. Fire has been as much a danger to human life as it has been essential to advance society.

Firefighting in Canada began as a collective effort. Citizens and soldiers worked together to fight flames with water and axes. New settlements in Canada were constructed with wood, in tight quarters, leaving them vulnerable to the very fire used by settlers to heat their homes and cook their food. Firefighting evolved to deal with the threat of fire, with the first organized fire department opening in Halifax in 1754 and the first fire engine operating in Montreal in 1765.

Established towns continued to enhance their capabilities, creating volunteer firefighting companies after the 1824 Upper Canada Parliament fire. Firefighting transitioned into a career after the addition of new machinery, equipment and horses required a full-time staff. A shift toward relatively sophisticated fire protection occurred at the end of the 19th century with the introduction of improved building codes, professional fire departments, fire hydrant systems, steam fire engines and horse-drawn apparatus. Firefighting has since continued to evolve in the face of new challenges.

See also:

Discover the Collection: National Identity

Discover the Collection: Photography

Fire Insurance Plans [flickr]

-----

Les pompiers ont la lourde tâche de combattre et d’éteindre les incendies qui menacent des vies, des propriétés et l’environnement. Leurs horaires de travail sont astreignants et leur travail, dangereux, mais le service qu’ils rendent est essentiel. Paradoxalement, si le feu représente parfois un danger pour la vie humaine, il est aussi indispensable au progrès.

Au Canada, la lutte contre les incendies a d’abord été le fruit d’efforts collectifs. Citoyens et soldats combattaient ensemble les flammes, avec pour seules armes de l’eau et des haches. Les nouveaux établissements, construits en bois dans des espaces restreints, étaient particulièrement vulnérables à la propagation d’incendies, souvent déclenchés par les feux entretenus pour chauffer les maisons et cuire les aliments. Au fil du temps, la lutte contre les incendies s’organisa; le premier service d’incendie fut créé à Halifax en 1754 et on utilisa la première pompe à incendie à Montréal en 1765.

Après l’incendie qui ravagea le parlement du Haut-Canada en 1824, les villes améliorèrent leurs capacités d’intervention en mettant sur pied des compagnies de pompiers volontaires. La lutte contre les incendies devint une profession, dès lors que de nouvelles machines, de nouveaux équipements et l’utilisation de chevaux exigèrent un personnel à temps plein. À la fin du 19e siècle, un virage s’opéra avec l’adoption de mesures de protection contre les incendies relativement sophistiquées : codes du bâtiment plus rigoureux, services d’incendie professionnels, réseaux de bornes d’incendie, pompes à vapeur et équipements à traction chevaline. Depuis, la lutte contre les incendies continue de se perfectionner au vu des nouveaux défis qui se présentent.

Voir aussi :

Découvrez la collection : Identité nationale

Découvrez la collection : Photographie

Plan d'assurance-incendie [flickr]
27 photos · 1,293 views