flickr-free-ic3d pan white

le congetture di Arlecchino . . (phenomenal heteromogeneous diversality theorem)

 

_________________________________

Outlining a Theory of General Creativity . .

. . on a 'Pataphysical projectory

 

Entropy ≥ Memory ● Creativity ²

_________________________________

 

Etude du jour :

 

Par sidération, j’entends le processus par lequel l’homéostasie de la monade peut-être paralysée durablement, voire fatalement, par l’impact d’une in-formation issue de son milieu extérieur, quand cette in-formation est telle que la monade ne peut en évaluer le poids bon Δ mauvais (au regard de ses affects), ni ne peut en évaluer le poids vrai Δ faux (au regard de ses concepts, soit qu’ils soient déficients, inadéquates, etc., soit qu’ils soient multiples mais contradictoires, incohérents, discordants, etc.)

 

Par suite, par sidération, j’entends également l’état dans lequel cette monade est forcée à son insu, paralysée, tétanisée, pétrifiée, etc., tant qu’elle ne rencontre pas une opportunité d’en sortir, que ce soit par sa puissance propre ou par des puissances exercées depuis son milieu extérieur (depuis son habitus).

 

.../...

 

L’état de sidération du phénome est un état métastable en tant qu’il est un état que le phénome doit quitter pour retrouver son efficience homéostasique et de nouveau persévérer dans son devenir. Si l’état de sidération perdure, altérant ses puissances perceptive, affective et cognitive, il peut lui être fatal et le faire revenir alors au stade de monade simple, voire l’épuiser substantiellement et le faire disparaître alors désagrégé par le flux entropique de son milieu extérieur.

 

Le phénome en état de sidération peut rétablir son efficience homéostasique en exerçant et/ou faisant l’expérience de sa puissance (hylétique, perceptive, affective et cognitive), pour entretenir par réminiscence la consistance de sa mémoire (de sa mémoire endo-hylétique, de ses percepts, de ses affects, de ses concepts et de ses hypomnemata ou mémoire exo-hylétique), de telle sorte que la répétition d’une in-formation semblable induise un état de sidération de moins en moins intense, de moins en moins durable, et donc potentiellement de moins en moins létal.

 

( Jef Safi - Monadologie )

  

 

By sideration, I mean the process by which the monad homeostasis may be permanently paralyzed, even fatally, by the impact of an in-formation outcome from its exterior milieu, when this in-formation is such that the monad can not assess the weight good Δ bad of this in-formation (in terms of its affects), nor can assess the weight false Δ true of this in-formation (in terms of its concepts, whether these ones are deficient, inadequate, etc.., or multiple but conflicting, inconsistent, discordant, etc.)

 

As a result, by sideration, I also mean the state in which the monad is unwittingly forced, paralyzed, tetanized, petrified, etc., as long as it does not encounter an opportunity of escape, whether by its own power or by the powers exerted from its exterior milieu (from its habitus).

 

.../...

 

The sideration state of the phenome is a metastable state as it is a state that the phenome must leave to find its homeostatic efficiency and again persevere in itself. If the sideration state persists, altering its powers perceptive, affective and cognitive, it can be fatal to it and get it back to the stage of simple monad, or substantially deplete it and then eliminate it, disaggregated by the entropic flow of its exterior milieu.

 

The phenome in a state of sideration may restore its homeostatic efficiency by exercising its powers and/or making the experience of its powers (hyletic, perceptual, affective and cognitive), to maintain by reminiscence (by anamnesis) the consistency of its memory (hyletic, perceptive, affective, and cognitive), so that the repetition of a similar in-formation induces a state of sideration less intense, less sustainable and therefore potentially less lethal.

 

( My monadology )

 

_________________________________

Chanson du jour:

 

Ecoutez d'où ma peine vient

Elles disent toutes que j'ai l'air fin

Que j'ai le museau finaud malin

Mais de la vie, de la vie, je ne sais rien

 

Est-ce que c'est le TGV si vite arrivé

Ou la paresse de l'Express du temps passé

Est-ce que c'est 87 les chaussons dans la cuisine

Ou le pauvre petit 27 de Janis Joplin

Est-ce que c'est long ou court la vie

Est-ce que c'est con ou lourd

 

Ecoutez d'où ma peine vient

Elles disent toutes que j'ai l'air fin

Que j'ai le museau finaud malin

Mais de l'amour, de l'amour, je ne sais rien

 

Est-ce que c'est la longue distance et les caresses au long cours

Ou est-ce qu'on est pour le parcours court

Est-ce que c'est les cloches qui sonnent et les chapeaux King Size

Ou les petites Paris Hilton à la tequila sunrise

Est-ce que c'est long ou court l'amour

Est-ce que c'est con et lourd

 

Ecoutez d'où ma peine vient

Les ours blancs nous regardent avec des yeux drôles

Est-ce qu'une "Hard rain is gone fall"

Est-ce que c'est long

Est-ce que c'est court

Con, lourd

 

Ecoutez d'où ma peine vient

 

( Alain Souchon )

 

_________________________________

rectO-persO | E ≥ m.C² | co~errAnce | TiLt

13,884 views
18 faves
19 comments
Uploaded on January 13, 2012