new icn messageflickr-free-ic3d pan white
eros ≥ mimesis . catharsis ² | by " fragments 'pictosophiques "
Back to photostream

eros ≥ mimesis . catharsis ²

 

__________________________________________________

Outlining a Theory of General Creativity . .

. . on a 'Pataphysical projectory

 

Entropy ≥ Memory ● Creativity ²

__________________________________________________

 

Study of the day:

 

Qui est Entropie ?

Est-elle Eros ? Est-elle Chaos ? . .

Est-elle créatrice ou destructrice ?

 

Who is Entropy ?

Is it Eros ? Is it Chaos ? . .

Is Entropy creative or destructive ?

 

Answer by Antagoras of Rhodes :

My mind is in the doubt, so much your origin is discussed:

is it necessary to call you, Eros, the first of the eternal gods,

one of the sons that formerly Erèbe and the Queen Night

begat in the abysses of the vast Ocean,

or the son of the very wise Cypris,

either the one of Gaïa or Eole ?

 

How many evils do you prepare to humans,

how many goods ! Double is the nature of your body.

 

Réponse d'Antagoras de Rhodes :)

Mon esprit est dans le doute, car ton origine est disputée :

faut-il t’appeler, Eros, le premier des dieux éternels,

l’un des fils qu’autrefois Erèbe et la Reine Nuit

engendrèrent dans les abîmes du vaste Océan,

ou bien le fils de la très sage Cypris,

ou bien celui de Terre ou des Vents ?

 

Que de maux prépares-tu aux hommes en tes errements,

que de biens ! Double est la nature de ton corps.

  

rapportée par DIOGENE LAERCE "Vies et doctrines des philosophes illustres"

  

__________________________________________________

 

. . (•ζ.• | ˆ.?ˆ) . . Rhizom-E-xquisite line of nodes

 

node mimesis

Deleuzian re-construction of following pleats:

you/You, ambiguity/ambivalence, mark/Valentine, blurred/focused, prats/fernando, order/disorder, Gla*/Gla, mimesis/catharsis, nirvanã/SQ, yin/Yang, xel/Sylvia, . . on the immanent vanishing line of Entropy.

 

node catharsis

Derridian dis-re-construction of following pleats:

spanish/inglès,subject/object, coffee/chocolate, order/disorder, salt/sugar, blurred/focused, Gla♪/Gla♫, mimesis/catharsis, coca/pepsi (in cola/cola subrhizome), aristote/platon, mark/Valentine, memory/creativity, yin/yang, playstation/Wii, immanence/transcendence, prats/fernando, presence/absence, ambiguity/ambivalence, meiosis/chromosoma, camera/obscura, xel/Sylvia, essence/phenomenon, difference/repetition, chance/necessity, choice/dis-choice, reality/appearances, red/white (in Bordeaux/Bourgogne subrhizome), window/mirror, you/You, sensitive/intelligible, anima/animus, nature/culture, whisky/bourbon, speaking/writing, republican/democrat, nirvaña/SQ, self/otherness, Sonrío/Canto, Gala/Dalí, structural/existential,

. . and dis-re/desire . . on a vanishing line powered and wandered by Eros/Entropy.

 

node comment

Jefsafian improvisation in ♫Bm9♪ on the theme "Eros" written by Entropy:

 

We are born from Eros, all of us, so that we can only express our "recognition" by mimesis and only explore our "existence" by catharsis ; thus, we cannot make nothing but the fatal incest, which Eros forgives us, on a first time, tenderized and flattered by our structural mimesis, but which Eros ends up by punishing us, offended by our existential catharsis.

 

We all are children of Eros (i.e. εντροπία - Entropía), we all are thus essentially schizophrenic (i.e. negentropic on a mimesis.catharsis ² line of flight, at once a hard and a vanishing one), and Eros (i.e. εντροπία - Entropía) is our matrix by schizogenesis.

 

__________________________________________________

  

(With my special thanks to Ponto e Virgula)

 

Eros et Entropie sont devenues antagoniques dans le sens commun classique qui n'intègre pas le chaotique en physique, ni qui n'expurge tous les manichéismes analytiques des philosophies. C'est dommage:

 

On assimile généralement l'entropie au désordre, en opposition à l'ordre, mais l'entropie n'est ni ordre ni désordre (Cf. Boltzman), elle n'est que la croissance perpétuelle des possibles dans l'exploration des complexions des Univers, en toute innocence, et sans intention.

 

N'est ordre qu'une complexion jugée opportune et désordre les autres. Or l'appréciation d'une telle opportunité n'est pas du ressort de l'entropie elle-même, mais des êtres qui tentent d'y résister .. un temps. L'entropie, toujours croissante, est à la fois principe d'ordre et de désordre, dans toute son indifférence et son innocence.

 

De la mythologie à Freud, on donne à Eros ce rôle de liaison Gaia/Chaos, d'engendrement, de multiplication, etc. De ce point de vue pour le moins constructiviste, même si on la réduit à ce beau rôle, elle catalyse les créativités, elle est assimilable à la néguentropie.

 

Mais ici Antagoras se fait plus lucide ; pour lui les "errements" d'Eros ne sont pas que néguentropiques .. "que de biens!", mais bel et bien aussi entropiques .. "que de maux prépares-tu aux hommes ..". La "double nature" d'Eros y est celle de son "corps" plus que de sa raison, elle n'est que le fruit de ses "errements".

 

En somme, en toute rigueur mythologique, il faudrait dire qu'Eros et Thanatos sont à eux deux l'entropie, dont Eros se chargerait du beau rôle, catalysant sur Gaïa les efforts néguentropiques des résistants au Chaos .. en attendant Thanatos. Mais la mythologie est une référence, un bocal, une logique .. dont ne s'est pas encombré Antagoras de Rhodes.

 

L'Entropie est-elle créative ?

 

En toute rigueur systémique, analysant sans séparer et intégrant sans confondre, l'entropie est créative d'abandonner un peu de son énergie aux éphémères tentatives néguentropiques qui émergent dans son sillage. Ainsi est-elle la créativité première et éternelle, créativité immanente, principe créatif.

 

Mais double est sa nature ; de ses errements elle distribue aux hommes les maux et les biens, les désordres et les ordres, la créativité et la mémoire, elle en fait ces néguentropes qui participent à son grand oeuvre absurde, à la fois criminel et innocent, superfétatoire et transcendant.

 

On ne peut pas dire d'Entropie ce qu'on veut, elle est. Mais on peut dire d'Eros ce qu'on aime. J'aime ce qu'Antagoras en poétise, sans nul doute parce j'aime y reconnaître Entropie. Ne tombe-t-on pas amoureux que des textes qui ne cessent de nous apprendre ce qu'on savait déjà (? Vincent Descombes).

 

L'entropie est Eros .. Eros est Entropie. Elle est l'énergie de Gaïa, qui porte les tentatives néguentropiques, et tout à la fois l'énergie de Chaos, qui les rend vaines.

 

En termes freudiens (ou peut-être plutôt Deleuzien-Guattarien, mais je ne suis pas sûr d'avoir tout compris de l'anti-Oedipe), il faudrait définir l'Oedipe comme le syndrome du pardon éphémère de l'inceste fatal, d'un point de vue asexué d'abord, entre l'Enfant et le Géniteur. Il faudrait dans un second temps seulement, poser la combinatoire sexuée fils/fille, père/mère, pour en explorer les variantes familialistes ; et immédiatement enfin l’étendre aux interactions sociales, entre le cognos de l’individu et les noos de ses groupes d’appartenance successifs et/ou concomitants.

 

Quiconque naît d'Eros ne peut en son sein qu'exprimer sa reconnaissance par mimesis structurelle et qu'explorer son existence par catharsis existentielle ; il ne peut donc ainsi que commettre l'inceste créatif fatal (néguentropie mimesis.catharsis ²) dont Eros accorde un temps le pardon, attendri(e) et flatté(e) par la mimesis structurelle, mais qu'il(elle) finit par punir, offensé(e) par la catharsis ² existentielle.

 

Tout enfant d'Eros (i.e. d' εντροπία - Entropía) est ainsi par essence schizophrène ( sur une ligne de fuite néguentropique mimesis.catharsis ² ), et Eros est sa matrice par schizogénèse.

 

__________________________________________________

rectO-persO | E ≥ m.C² | co~errAnce | TiLt

21,100 views
17 faves
13 comments
Uploaded on June 28, 2007