new icn messageflickr-free-ic3d pan white
rhizoming point▲line pleats . . | by "φragments insoumis"
Back to photostream

rhizoming point▲line pleats . .

 

__________________________________________________

Outlining a Theory of General Creativity . .

. . on a 'Pataphysical projectory

 

Entropy ≥ Memory ● Creativity ²

__________________________________________________

 

Study of the day:

 

(...) J’essaie de montrer ce que c’est qu'une "ligne de fuite" en peinture. J’arrive à peu près à la définition du processus. Je prends des exemples.

 

Je prends par exemple la ligne de certains artistes très classiques, la ligne qui répond à la formule célèbre : "Il ne peignait pas les choses, il peignait entre les choses". La ligne qui passe entre les choses n'est pas la ligne qui cerne les choses, mais la ligne qui les assemble et les sépare à la fois.

 

Je prends un autre exemple extrême, chez un artiste récent : la ligne dite de Pollock. Ce qu’il y a d’extraordinaire avec cette ligne, c’est qu'elle récuse aussi bien l’abstrait que le représentatif. Qu’y a-t-il de commun entre l’abstrait et le représentatif ? D’une certaine manière, la ligne y est encore une ligne au moins virtuelle de mort.

 

Qu’est-ce que j’appelle "ligne de mort" ? Une ligne de mort est une ligne qui détermine, qui ferme, qui achève un contour. Alors la vraie différence, elle n'est pas entre abstrait et représentatif, elle est entre la ligne qui ferme un contour et la ligne qui procède autrement. Une ligne qui ferme un contour peut déterminer une figure concrète aussi bien qu'une figure abstraite. Que ce soit de l’abstrait ou du représentatif, il n'y a pas là de différence, vous avez toujours la ligne qui fait contour.

 

Pourquoi la ligne de Pollock n'est-elle ni abstraite ni concrète ? Parce qu’elle ne forme pas un contour. Comme on le disait à propos d’autres peintres, elle passe "entre" les choses. Elle ne va pas d’un point à un autre, c’est au contraire un point qui va d’une ligne à une autre, ou d’un segment de ligne à un autre segment de ligne, etc.

 

Je dis que la ligne de Pollock c’est une "ligne de vie", en effet. (...)

 

(...) I try to show what is a "vanishing line" in painting. I manage to roughly define the process. Let's look at some examples.

 

For example, I look at the line of some very classical artists, the line that meets the famous: "He does not paint things, he painted between things." The line that passes between things is not the line that turns around things, but the line which separates them and assembles them at once.

 

Another extreme example, is with a recent artist: the line said as the Pollock's line. What is extraordinary with this line is that it rejects both the abstract as the representative. What is common between abstract and representative ? In a way, the line is still virtually a "line of death".

 

What I call "line of death" ? A "line of death" is a line that determines, which closes, which is completing a contour. So the real difference, it is not between abstract and representative, it is between the line closing a contour, and the line proceeding otherwise. A line which closes a contour can determine a concrete figure as well as an abstract figure. Whether it is abstract or representative, there is no difference there, you have a line making a contour.

 

Why Pollock's line is neither abstract nor concrete ? Because it does not form a contour. As we said about other painters, she runs "between" things. It does not go from one point to another, in contrary, it is a point that goes from one line to another, or from a segment of line to another segment of line, etc.

 

I say that the Pollock's line is a "life line", indeed. (...)

 

( Gilles Deleuze - Cours Université PARIS 8 - "Anti-Œdipe et autres réflexions" )

 

__________________________________________________

rectO-persO | E ≥ m.C² | co~errAnce | TiLt

10,016 views
16 faves
24 comments
Taken on September 27, 2008