new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Rocamadour | by Jaume CP BCN
Back to group

Rocamadour

Rocamadour est une commune française, située dans le département du Lot et la région Midi-Pyrénées. Les habitants sont les Amadourien(ne)s. Le village se trouve au-dessus d'une falaise dominant de 150 m le canyon de l'Alzou.

 

L'église Saint-Sauveur et la crypte de Saint-Amadour sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO, dans le cadre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle1. C'est l'un des sites les plus visités de France avec plus d'1,5 million de visiteurs par an, après le Mont-Saint-Michel, la Tour Eiffel et le château de Versailles. Cette désignation touristique fut une véritable réussite digne des plus grands succès publicitaires, au moment où, durant l'après-guerre, la cité cherchait à valoriser son site plutôt que son pèlerinage.

 

Les trois étages du village de Rocamadour datent du Moyen Âge, ils reflètent les trois ordres de la société : les chevaliers au-dessus, liés aux clercs religieux au milieu et les travailleurs laïcs en bas près de la rivière. De rares documents mentionnent, qu'en 1105, une petite chapelle était bâtie dans un abri de la falaise au lieu dit "Rupis Amatoris", à la limite des territoires des abbayes bénédictines Saint-Martin de Tulle et Saint-Pierre de Marcilhac.

 

En 1112, Eble de Turenne, abbé de Tulle s'installa à Rocamadour. En 1119, une première donation est faite par Eudes, comte de la Marche. En 1148, un premier miracle est annoncé. Le pèlerinage à Marie attirait les foules. La statue de la vierge est datée du XIIe siècle. Géraud d'Escorailles, abbé de 1152 à 1188, fit construire les édifices religieux, financés par les dons des visiteurs. Les travaux furent terminés à la fin du XIIe siècle.

 

Rocamadour bénéficia déjà d'une renommée européenne comme l'atteste le Livre des miracles du XIIe siècle8 écrit par un moine du sanctuaire et reçut de nombreux pèlerins. En 1159, Henri II d'Angleterre, époux d'Aliénor d'Aquitaine vint à Rocamadour remercier la Vierge pour sa guérison. En 1166, en voulant inhumer un habitant, il fut découvert le corps intact d'"Amadour". Rocamadour avait trouvé son saint. Au moins quatre légendes présentèrent saint Amadour comme un personnage proche de Jésus. En 1211, le légat du pape Simon IV de Montfort, vint passer l'hiver à Rocamadour. De plus, en 1291, le pape Nicolas IV accorda trois bulles d'indulgence d'un an et quarante jour pour les visiteurs du site. La fin du XIIIe siècle voit l'apogée du rayonnement de Rocamadour et l'achèvement des constructions. Le château est protégé par trois tours, un large fossé et de nombreux guetteurs7.

 

En 1317, les moines quittèrent Rocamadour. Le site est administré par un chapitre de chanoines nommés par l'évêque. Au XIVe siècle, un refroidissement climatique, des famines, des épidémies comme la peste noire ravagent l'Europe. En 1427, une reconstruction est amorcée, mais manque de moyens financiers et humains. Un énorme rocher écrase la chapelle Nôtre-Dame qui est reconstruite, en 1479, par Denys de Bar évêque de Tulle9.

Par la suite, lors des guerres de religion, le passage iconoclaste de mercenaires protestants en 1562 provoque la destruction des édifices religieux et de leurs reliques. Les chanoines décrivent, dans une supplique au pape Pie IV de 1563, les dégâts causés : "Ils ont, ô douleur! tout saccagé; ils ont brûlé et pillé ses statues et ses tableaux, ses cloches, ses ornements et joyaux, tout ce qui était nécessaire au culte divin...". Les reliques sont profanées et détruites, y compris le corps de saint Amadour. Selon les témoins, Bessonie le rompt à coups de marteau de forgeron en disant : "Je vais te briser, puisque tu n'as pas voulu brûler". Les capitaines Bessonie et Duras tireront, au profit de l'armée du prince de Condé, la somme de 20000 livres de tout ce qui composait le trésor de Notre-Dame depuis le XIIe siècle10. Une nouvelle fois, le site fut pillé sous la Révolution.

 

5,532 views
5 faves
98 comments
Taken on August 14, 2011