new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Image from page 469 of "Encyclopédie d'histoire naturelle; ou, traité complet de cette science d'après les travaux des naturalistes les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques: Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Sa | by Internet Archive Book Images
Back to photostream

Image from page 469 of "Encyclopédie d'histoire naturelle; ou, traité complet de cette science d'après les travaux des naturalistes les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques: Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Sa

Title: Encyclopédie d'histoire naturelle; ou, traité complet de cette science d'après les travaux des naturalistes les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques: Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Saint-Hilaire, Latreille, De Jussieu, Brongniart, etc

Identifier: encyclopdiedhi11chen

Year: 1860 (1860s)

Authors: Chenu, Jean Charles, 1808-1879; Desmarest, E. (Eugène), 1816-1890

Subjects: Natural history

Publisher: Paris : E. Girard et A. Boitte

Contributing Library: Smithsonian Libraries

Digitizing Sponsor: Smithsonian Libraries

 

 

View Book Page: Book Viewer

About This Book: Catalog Entry

View All Images: All Images From Book

 

Click here to view book online to see this illustration in context in a browseable online version of this book.

 

 

Text Appearing Before Image:

358 HISTOIRE NATURELLE. - POISSONS. abondante, que ces Poissons semblent convertir en gelée l'eau des vases dans lesquels on les tient. Comme les Lamproies, les Myxines attaquent et percent les Poissons, el se nourrissent également de matière végétale. Cuvier les partage en trois divisions que l'on regarde en général comme des genres particuliers; ce sont : § 1. Les IIEPT.VrRÃMES, C. Duméril.dans lesquels il y a encore sept trous de chaque côté du corps, comme dans les Lamproies. On n'en connaît qu'une seule espèce de la mer du Sud, el de petite taille; 3e Gastrobrancue dombey, Lacépède {Pelromiizon cirrhalns, Eorster), encore peu connu. § 2. GASTRORRANCIIES, Rlocli. dans lesquels les intervalles des branchies, au lieu d'avoir chacun une issue particulière en dehors, donnent dans un canal commun pour chaque côté, et les deux ca- naux aboutissent à deux trous situés sous le cÅur, vers le premier tiers de la longueur totale. On n'en a décrit qu'une seule espèce, propre à la mer du Nord, le Gastrobrancue aveugle ou Myxine GLUTiNEusE [G. c(tcus, Rlocli, et M. cjlulinosa, Linné), très-peiil, bleu sur le dos, rougeâlre sur les côtés el blanc sur le ventre, vivant souvent caché dans la vase, et pénétrant quelquefois dans le corps des grands Poissons, se glissant dans leurs intestins, en parcourant les divers replis, les dé- chirant et les dévorant : celte habitude, très-singulière pour un animal de la classe que nous faisons connaître, n'a pas peu contribué pour faire inscrire cet animal parmi les Vers intestinaux. § 5. Les AMMOdÃTES, Duméril, qui ont toutes les parties qui devraient constituer leur squelette tellement molles et membraneuses, qu'on pourrait les regarder comme n'ayant pas d'os du tout; forme générale el trous extérieurs des branchies disposés comme ceux des Lamproies; mais les lèvres charnues n'étant que demi-circulaires, et ne couvrant que le dessus de la bouche : ce qui ne leur per- met pas de se fixer aux corps étrangers; pas de dents; une rangée de petits barbillons branchus au- tour de l'ouverture de la bouche; pas de trachée proprement dite, et les branchies recevant l'eau par l'Åsophage; dorsales unies entre elles, et à la caudale en forme de replis sinueux. Les Ammocètes, tous excesiivement petits, se tiennent dans la vase des ruisseaux, et ont beaucoup dos habitudes des Vers, auxquels ils ressemblent encore plus que les Gaslrobranches par leur forme géné- rale. On connaît deux espèces de ce genre : le La-mprili on, Laiiprocyon, Civelle ou Chatoiille {Pelro- mijzoïi brancliialis, Linné), long de 0"','20 à 0"',2i, gros comme un tuyau de plume, verdâtre en dessus, blanchâtre en dessous, qui vit, dit-on, en parasite, que l'on emploie comme appât pour les hameçons, et que l'on mange souvent à Rouen, et I'Ammocète rouge (/-â¢. riiber, Linné), que nous re- présentons (pi. XLVIII, fig. 2), de même taille que le précédent, mais d'un rouge de sang plus foncé sur le dos : servant aussi ù amorcer les lignes, el étant également très-commun dans le sable à l'em- bouchure de la Seine.

 

Text Appearing After Image:

155. â Pégase dragon. (Voir p. 555.)

 

 

Note About Images

Please note that these images are extracted from scanned page images that may have been digitally enhanced for readability - coloration and appearance of these illustrations may not perfectly resemble the original work.

34,182 views
26 faves
0 comments