new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Image from page 374 of "Encyclopédie d'histoire naturelle, ou, Traité complet de cette science d'après les travaux des naturalists les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques : Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Sa | by Internet Archive Book Images
Back to photostream

Image from page 374 of "Encyclopédie d'histoire naturelle, ou, Traité complet de cette science d'après les travaux des naturalists les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques : Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Sa

Title: Encyclopédie d'histoire naturelle, ou, Traité complet de cette science d'après les travaux des naturalists les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques : Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Saint-Hilaire, Latreille, De Jussieu, Brongniart, etc., etc. : ouvrage résumant les observations des auteurs anciens et comprenant toutes les découvertes modernes jusqu'à nos jours

Identifier: encyclopdiedhi00chenu

Year: 1858 (1850s)

Authors: Chenu, Jean Charles, 1808-1879; Desmarest, E. (Eugène), 1816-1890; Johnson, Richard Irwin, 1925- former owner. DSI; Berry, S. Stillman (Samuel Stillman), 1887-1984, former owner. DSI; Roper, Clyde F. E. , 1937- donor. DSI

Subjects: Crustacea; Mollusks; Ctenophora; Cnidaria

Publisher: Paris : Marescq et compagnie [et] Gustave Havard

Contributing Library: Smithsonian Libraries

Digitizing Sponsor: Smithsonian Libraries

 

 

View Book Page: Book Viewer

About This Book: Catalog Entry

View All Images: All Images From Book

 

Click here to view book online to see this illustration in context in a browseable online version of this book.

 

 

Text Appearing Before Image:

ZOOl'HYTKS. 28à pierreuse de l'axe interrompue par des nÅuds rendes d'une manière semblable à du liège (/. ucra- lea, coccinea, Esper, etc.); Isis rRoniEs, à axe dont la matière ressemble à de la corne, et interrom- pue par des étranglements; à ccorcc épaisse, molle, tombant facilement (/. /u/);wrw, Linné), et MorsÃEs, l.amouroux (/. dicholuma, Scba), (|ui ont une écorce axillairc très-mince et persistante. Le genre Corail, sur lequel nous devons revenir, renferme plusieurs espèces, mais une seule, le CoiiML nu COMMERCE [Isix nobUis, Linné), doit nous occuper par suite de l'importance du rôle qu'elle joue dans les arts. Les anciens regardaient le Corail comme un minéral ou comme un végétal; c'est ainsi que Tliéopliraste le compare à Tllématite, et que Oioscoride dit (jue c'est un arbrisseau marin qui, tiré de la mer, se durcit aussitôt à l'action de l'air; et l'opinion que ce produit de la nature était une plante sembla prédominer pendant plusieurs siècles et fut en quelque sorte confirmée, lorsque Marsigli, en 1706, en décrivit ce qu'il appela les fleurs, qui, comme on le pense, n'étaient autre chose que les l'olypes. Vers le même temps, J. B. De Nicolaï et Ong De La Poitier commencè- rent à mieux connaître la véritable nature du Corail, et, contrairement à l'opinion des anciens montrèrent que les branches de son polypier avaient dans le sein même de l'eau la nature pierreuse qu'elles ont lorsqu'on les soumet à l'action de l'air, et qu'elles étaient recouvertes d'une écorce molle et souple. Le Corail n'en resta pas moins rangé parmi les végétaux, et cela malgré les beaux tra- vaux de Peyssonnel, i|ui ne furent publiés qu'en 1756, dans les Transaclions de lu Suciété royale de Londres, et seulement que par extraits; il en démontra tout à fait l'organisation animale et en décrivit les l'olypes, qu'il compara à ceux des Orties de mer ou Actinie. Cependant les savants du commencement de notre siècle, contrairement à l'opinion de notre célèbre Réaumur, admirent tous l'animalité du Corail, et dès lors l'organisation de ce produit, aujouril'bui parfaitement connue par suite des observations de M. Milne Edwards, sortit des ténèbres dans lesquels de fausses idées l'avaient laissé.

 

Text Appearing After Image:

â¢204. â Corail iou!;e. Le corail {/.'ypsw, j'orne), de[)uis si longtemps recliercbé comme ornement à cause de sa belle cou- leur rouge, de sa dureté et de la facilité avec laquelle on le taille, résulte de l'endurcissement inté- rieur d'un polypier tubulaire; sa prétendue écorce on est la partie la plus récente, et comme elle n'a pas la consistance de la tige intérieure, on ne la conserve pas dans le commerce. C'est elle qui luge, dans de petits enfoncements cellulaires, les nombreux Polypes dont le Corail est à la fois h; support et le produit : ces Polypes sont blanchâtres, à huit tentacules, avec les bords frangés, et ressemblent à des fleurs plutôt qu'à des animaux. La substance tubuleuse qui réunit les animaux entre eux est remplie de sortes de petites aiguilles crétacées, et comme sillonnée par une grande i|uantité de canaux qui communiquent avec les diverses cavités digestives; du carbonate de chaux, mélangé à une matière colorante sanguine, est sécrété en abondance par l'animal, unit mire elle:;

 

 

Note About Images

Please note that these images are extracted from scanned page images that may have been digitally enhanced for readability - coloration and appearance of these illustrations may not perfectly resemble the original work.

8,309 views
15 faves
0 comments