new icn messageflickr-free-ic3d pan white
anyhow paste kena fine [memories of the Sticker Lady] | by e-chan
Back to photostream

anyhow paste kena fine [memories of the Sticker Lady]

Anyhow paste kena fine [=anyhow, i'm gonna get fined if i paste]

 

Almost two months after the arrest of SKLO, known in Singapore as The Sticker Lady, some of her stickers remain, like this one, that i shot four days ago, near Dhoby Ghaut station.

For those who are not very familiar with Singapore's news, the Sticker Lady Case is somehow quite interesting and could reflect the contradictions in Singapore's process towards an open society. It's also a controversial topic, which, as a foreigner, i have to consider with a distance, since my westerner, quite liberal and art-educated culture is apparently different than the majority of the Lion-City, despite its increasing cosmopolitism.

 

Ok, here's the story about The Sticker Lady. Difficult to tell it in brief.

I don't know exactly when SKLO started to paste her stickers on the traffic lights buttons, but i started to notice them one year ago, mostly near my own neighborhood, in the relatively arty area of Bras Basah-City Hall. The average passerby, perhaps too busy, was not noticing them but some people were smiling or ranting when they paid attention to the messages pasted.

These messages had in common a use of the efficient local singlish and a certain sense of humor.

The first and most common one was pasted on the buttons for setting the green light for pedestrians, where lots of very impatient people tend to press many times, possibly hoping it would quicken the process : "press once can already", which could be translated by "to press once is enough". This was followed by a more clearly english one : "no need to press so many times".

Then there have been a lot of other messages on these stickers, like "press until shiok ["press until you feel good"], "press to time travel" (arguably the most imaginative one), "press to teleport", "press for money", then the one that will later trigger another series leading to SKLO's arrest : "press to cross my grandfather road" (a pun with the singlish expression "your grandfuder road, is it?", said when people behave as if the street belongs to them, which, well, technically is the case, right?).

Finally, the more recent and last stickers were about the risk of being caught, in a country where repression is still sometimes surprisingly tough, with this prophetic "anyhow press kena fine".

Indeed, graffitis (including obviously pasting stickers) are a serious offence in Singapore, where the concept of street art is still pretty much inexistant. That's when SKLO started a blog called "my grandfather road" and did start to do stencils with this slogan that the police caught her, tracking her ip address.

 

SKLO is not a gangster, nor a kid or an art student, she is a 28 years old arts executive, who was working as a curator for the upcoming national art gallery.

The Sticker Lady was arrested, sued by the Land & Transport Authority and charged with vandalism. But she did not simply get a fine. Actually, she faced almost 2 years in prison for having pasted some stickers on poles.

 

The charges against SKLO triggered a huge buzz in the medias and the internet forums. Basically, there were 3 sides : the pro-Sticker Lady vs the anti-Sticker Lady, and the 3rd side, with mostly embarrassed foreigners and diplomats who could not dare to take side, since it was a sensitive issue - some european and western embassies have been quite hesitant to risk a diplomatic crisis by commenting about the Singapore government rather harsh decision.

Basically, again, the pro-Sticker Lady were pointing out the fact that the girl was not a criminal, that she has wits and would have been considered as an artist and her works exhibited in galleries and museums if she was living in Europe. A lot of the pro-Sticker Lady launched internet campaigns to freed her and some spoofs for showing their support. On the other hand, the anti-Sticker Lady were saying that she was irresponsible and was wasting the taxpayers money (although it's doubtful that removing a few stickers could cost that much to the taxpayers money). Except at rare exceptions, though, almost everybody involved in these discussions agreed that sending her to jail was a bit harsh.

There have been smart points, but also amazingly stupid ones, like those pro-Sticker Lady awkwardly demeaning her work by trying to say she was just a kid having fun (er... she's a 28 years old art professional and she's got a message), or those anti-Sticker Lady saying that she was a shame for the country and a criminal (er... is humor a crime?). And there have been the conspiracy maniacs, pretending this case was set up by the government for testing the public reaction, and other doubtful assertions. And there also have been some copycats...

 

But what was at stake was rather the status of Singapore, officially yearning to become a more open and modern society, and suddenly getting entangled with what pretty much looks like an excess in authority.

 

Then, after so much fuss, the story got quieter and now, a few weeks after the case, the medias seem to have forgotten the Sticker Lady. Is she free now, or still on the way to be jailed?

Anyhow, some of her stickers remain, and the purpose of this photo is to inform about it.

 

Nikkor 50mm. f/1.4. Slightly cropped and edited (a bit of contrast enhancement).

 

[version française]

Anyhow paste kena fine [=bref, j'vais choper une amende si je colle ça]

 

Presque deux mois après l'arrestation de SKLO, connue à Singapour sous le sobriquet de The Sticker Lady, quelques-uns de ses autocollants subsistent, comme celui-ci, que j'ai pris en photo il y a quatre jours, près de la station Dhoby Ghaut.

 

Pour ceux qui ne sont pas vraiment familiers avec les nouvelles de Singapour (et ils sont nombreux), l'affaire de la Sticker Lady est quelque part intéressante et édifiante et peut refléter les contradictions du processus vers une société plus ouverte dans lequel s'est engagé Singapour. C'est aussi un sujet controversé qu'en tant qu'étranger je me dois de considérer avec distance, puisque ma culture occidentale, progressiste et artistique est visiblement différente de celle de la majorité régnant sur la Cité-État, malgré son cosmopolitisme croissant.

 

Ok, voilà l'histoire de The Sticker Lady. Difficile de la raconter brièvement.

Je ne sais pas quand exactement SKLO a commencé à coller ses stickers sur les boutons des feux de circulation mais je les ai remarqués pour la première fois il y a environ un an, surtout autour de mon quartier, dans le coin relativement arty de Bras Basah-City Hall. Dans leur majorité les passants, trop occupés, semblaient les ignorer, mais quelques gens souriaient ou grommelaient quand ils prêtaient attention aux messages collés. Ces messages avaient en commun un usage de l'efficace singlish local et un certain sens de l'humour, voire un sens de l'humour certain - que les dadaistes et situationnistes apprécieraient.

Le premier et le plus fréquent d'entre-eux était collé sur les boutons d'appel des feux pour les piétons, où beaucoup de gens impatients ont tendance à appuyer plein de fois, espérant peut-être que cela accélérerait le processus : "press once can already", qui peut être traduit par "appuyer une fois ça suffit". Ce message fut suivi par un autre, en anglais plus clair : "no need to press so many times ["pas besoin d'appuyer tant de fois"].

Ensuite, il y a eu beaucoup d'autres messages sur ces autocollants, comme "press until shiok" [="appuie jusqu'à kiffer"], "press to time travel" [="appuyer pour voyager dans le temps"] (peut-être le plus imaginatif de tous), "press to teleport" [="appuyer pour se téléporter"], "press for money" [="appuyer pour de l'argent"], puis celui qui allait déclencher plus tard une autre série qui ménerait à l'arrestation de SKLO : "press to cross my grandfather road" ("appuyer pour travrser la route de mon grand-père", un jeu de mot sur l'expression singlish "your grandfuder road, is it?", "c'est la route de ton grand-père ou quoi?", qu'on dit quand les gens se comportent comme si la route leur appartenait, ce qui, techniquemqnt, est le cas, de toute façon, non?).

Finalement, les autocollants les plus récents (et les derniers) étaient sur le risque de se faire attraper, dans un pays où la répression est encore parfois étonnamment dure, avec ce prophétique "anyhow press kena fine".

Effectivement, les graffitis (y compris les autocollants, manifestement) sont un délit sérieux à Singapour, où le concept de street art est encore quasi inexistant. C'est lorsque SKLO a initié un blog intitulé "my grandfather road" et a commencé à faire des pochoirs avec ce slogan que la police lui a mis les menottes, après avoir remonté son adresse IP.

 

SKLO n'est pas une gangster, ni une gamine ou une étudiante en arts, c'est une spécialiste de l'art de 28 ans, qui travaillait comme conservatrice pour la galerie nationale d'art qui va bientôt ouvrir ses portes.

La Sticker Lady a donc été arrêtée, gardée à vue, sous le coup d'une plainte de la Land & Transport Authority, et inculpée de vandalisme. Mais elle n'a pas simplement reçu une amende. En fait, elle risque près de 2 ans de prison pour avoir collé des stickers sur des poteaux.

 

Les poursuites contre SKLO ont déclenché un énorme bourdonnement dans les médias et sur les forums internets. Schématiquement, il y avait trois camps : les pro-Sticker Lady contre les anti-Sticker Lady et au milieu le 3ème camp, celui des étrangers et diplomates qui n'osaient pas prendre parti, puisque il s'agit d'un sujet délicat - des ambassades européennes et occidentales ont été très heesitantes à prendre le risque d'une crise diplomatique en commentant une décision (plutôt sévère, pour rester diplomate) du gouvernement singapourien.

Schématiquement, encore, les pro-Sticker Lady pointaient le fait que cette femme n'était pas une criminelle, qu'elle avait de l'esprit et aurait été considérée comme une artiste, avec ses oeuvres exposées dans des galeries et musées, si cela s'était passé en Europe. Bon nombre de pro-Sticker Lady ont lancé des campagnes sur internet pour sa libération et des parodies pour lui montrer leur soutien. De l'autre côté, les anti-Sticker Lady disaient que c'était une irresponsable et qu'elle dilapidait l'argent des contribuables (bien que ce soit douteux que décoller quelques stickers puisse coûter tant que ça aux contribuables). Cependant, à de rares exceptions près, presque tout le monde engagé dans ces discussions s'accordait que l'envoyer en prison était un peu sévère.

Il y a eu des points de vues intelligents, mais aussi d'autres incroyablement stupides, comme certains pro-Sticker Lady qui s'entêtaient maladroitement à avilir son action en disant que c'était juste une gamine qui voulait s'amuser (euh... c'est une professionnelle de l'art de 28 ans et elle a un message), ou ceux qui, au contraire, disaient qu'elle était la honte du pays et une criminelle (euh... l'humour est-il un crime?). Il y a eu les obsédés du complot, qui prétendaient que tout avait été monté de toutes pièces par le gouvernement juste pour tester les réactions de l'opinion publique, et autres assertions douteuses. Et il y a eu aussi les petits copieurs et les émules...

 

Mais ce qui était en jeu, c'était plutôt le statut de Singapour, aspirant officiellement à devenir une société moderne et ouverte, et soudain s'empêtrant dans ce qui ressemble à s'y méprendre à un excès d'autoritarisme.

 

Finalement, après tant de remue-ménage, l'histoire est devenue plus discrète et maintenant, à peine quelques semaines après la révélation de l'affaire, les médias semblent avoir oublié la Sticker Lady. Est-elle libre désormais ou doit-elle toujours faire face à un séjour en prison?

Bref, quelques stickers demeurent, et le principe de cette photo est d'informer.

 

Nikkor 50mm. f/1.4. Retouche : légère coupe et très légère accentuation des contrastes.

3,467 views
1 fave
3 comments
Taken on July 18, 2012