new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Cathédrale Notre-Dame-de-l'assomption-et-Saint-Etienne de Spire | by kristobalite
Back to photostream

Cathédrale Notre-Dame-de-l'assomption-et-Saint-Etienne de Spire

Cathédrale romane Notre-Dame de l'Assomption et Saint-Etienne ; commune de Spire (Speyer), Rhénanie-Palatinat, Allemagne

 

La cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption-et-Saint-Étienne, appelé communément cathédrale de Spire, fondée par Conrad II en 1030, classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, est l'édifice religieux le plus imposant de Spire, ville allemande de Rhénanie-Palatinat. La basilique à quatre tours et deux dômes est l'un des monuments majeurs de l'art du Saint Empire romain et la plus grande cathédrale de style roman au monde. Elle a été, pendant près de 300 ans, le lieu de sépulture de huit empereurs et rois allemands. La construction fut débutée sous Conrad II vers 1030. Cet empereur fut enterré dans la cathédrale de Spire en 1039. La crypte fut consacrée en 1041. La cathédrale, terminée, fut consacrée en 1061. De 1082 à 1106, elle fut transformée par Henri IV, célébrant ainsi son pouvoir retrouvé au lendemain de l'accalmie de la Querelle des investitures : c'est un exemple de construction romane des bords du Rhin. Elle est le fruit de l'influence entre la tradition de l'architecture carolingienne et ottonienne (deux importants massifs, le chœur et le corps occidental, qui s'opposent) et de l'art roman lombard (lésènes, arcades, arcatures, galeries, loggias). À l'époque du roman tardif allemand (fin du XIIe, début du XIIIe siècle), on ajouta des coupoles dans ses tours. La crypte est l'une des plus vastes de l'ère romane. Elle est notamment le tombeau de Rodolphe de Habsbourg. Au cours de son histoire, le sanctuaire fut détruit à plusieurs reprises, plus ou moins complètement. Elle subit plusieurs reconstructions et restaurations.

 

(extrait de : fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_de_Spire)

 

Pour une description (beaucoup) plus détaillée de l'édifice : Palatinat roman ; Dethard von Winterfeld, Ed. Zodiaque, Coll. La Nuit des Temps, 1993, pp. 63-120

292 views
0 faves
0 comments
Taken on May 6, 2011