new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Basilique Sainte-Marie-Madeleine à Vézelay | by kristobalite
Back to photostream

Basilique Sainte-Marie-Madeleine à Vézelay

Basilique (partiellement) romane Sainte-Marie-Madeleine ; commune de Vézelay, Yonne 89, Bourgogne, France

 

Plan

... Une longue nef romane de dix travées, flanquée de collatéraux et précédée d'un narthex de même largeur, long de trois travées et pourvu pareillement de bas-côtés, un transept en saillie légère, sur lequel s'articule un vaste chœur gothique à déambulatoire et couronné de cinq absidioles rayonnantes, tangentes entre elles, composent une silhouette basse et plane, presque à ras de roche et redressée à peine par les deux tours : une au côté Sud de la façade, la seconde plantée sur la dernière travée du bas-côté méridional de la nef...

 

Élévation et voûtement de la nef

... L'élévation de cette nef n'est qu'à double étage; c'est-à-dire que, postérieure elle-même de plusieurs années à l'abbatiale clunisienne, elle en refuse délibérément le faux triforium plaqué, les profils en cintre brisé, l'élan vertical. Ses formes sont drues, opulentes, robustes comme une sève paysanne : grandes arcades en plein cintre, dont le rouleau exté­rieur s'orne d'une frise de rinceaux, bandeau horizontal décoré de rosaces, fenêtres hautes inscrites dans la courbe d'arcs-formerets enjo­livés d'une sorte de galon plissé, guirlande accompagnant, telle une collerette, la course des arcs-doubleaux ; piles cruciformes à demi-colonnes engagées régulièrement sur les quatre faces. L'apport clunisien n'est sen­sible qu'aux petits pilastres qui, nichés dans les angles, reçoivent les arcs-formerets et reposent sur le bandeau horizontal. Tout le reste est le fruit et la consécration de la veine la plus authentique du terroir en ses fibres profondes; il n'y manque pas même, sécrété par la curieuse bichromie blanche et ocre des arcs, un parfum d'exotisme qui, au-delà des églises brionnaises et du lointain Velay, semble venir tout droit de l'Espagne musulmane dans les pas des pèlerins. Des voûtes d'arêtes couvrent uniformément la nef et ses bas-côtés. Il est impossible, une fois encore, de ne pas évoquer à leur propos l'église brionnaise d'Anzy-le-Duc, anté­rieure de peu d'années à la Madeleine, ...

 

Les chapiteaux

... Outre les bandes ornementales qui soulignent d'un trait scin­tillant les articulations essentielles de la struc­ture, la nef ne compte pas moins d'une centaine de chapiteaux sculptés avec une verve parfois délirante, mais tempérée par un sens décoratif infiniment sûr. Les sujets en sont d'une fan­taisie et d'une variété rebelles à toute logique. Deux d'entre eux représentent des scènes et épisodes de la mythologie païenne : éducation d'Achille (bas-côté méridional), enlè­vement de Ganymède (nef, côté Sud); ils paraissent illustrer la renaissance antique qui se développe précisément dans la civilisation romane dès les dernières années du XIe siècle, ... Beaucoup plus nom­breux sont les sujets bibliques : fleuves du paradis, chute d'Adam et d'Eve, sacrifices d'Abel et de Caïn, mort de Caïn, vie de Jacob, David brisant la mâchoire du lion, David et Goliath, Daniel entre les lions, Judith et Holopherne, etc. Les épisodes de la vie du Christ en sont à peu près absents, comme si la figure éblouissante du tympan suffisait à concentrer sur elle la ferveur des pèlerins, et l'on n'observe pas avec moins d'étonnement que, pas une fois, la sainte patronne, Marie-Madeleine, n'est représentée. Les vies de saint Pierre, de saint Antoine, de saint Martin, de saint Benoît, et même de sainte Eugénie fournissent plusieurs thèmes iconographiques. De l'un à l'autre, comme un leitmotiv, d'horribles démons échevelés sont les animateurs malfaisants de cette imagerie, ...

 

Les portails occidentaux

Le Christ, au contraire, triomphe seul au prodigieux portail occidental, l'œuvre la plus pathétique et la plus savante de toute la sculp­ture romane de Bourgogne. Deux petits portails latéraux l'encadrent. Sous leurs riches voussures surhaussées, ils présentent en une symétrie volontaire, à droite, des scènes de l'Enfance du Christ : Annonciation, Visi­tation, Annonce aux bergers, Nativité, Adora­tion des mages; à gauche, les pèlerins d'Emmaus et l'Apparition du Christ aux apôtres, après la Résurrection. L'Incar­nation du Verbe et le Triomphe sur la mort se répondent comme les volets d'un diptyque, annonçant et expliquant la grande leçon qui en procède : « Soyez mes témoins. Allez, évangélisez toutes les nations ». Traduction saisissante de l'enseignement théo­logique, c'est le Christ lui-même, messager du Père, qui de Ses mains étendues en un geste cruciforme, infuse l'Esprit aux apôtres, parmi le cortège impressionnant des peuples de la terre qui processionnent au linteau et envahissent la courbure du tympan, enveloppés à leur tour par les signes du Zodiaque et les Occupations des mois. Sur les pié­droits, des apôtres commentent l'inoubliable vision, et le Précurseur siège au trumeau.

 

Le narthex, la crypte et le chœur

... Entrepris peu après la nef, le nar­thex enrobe de pénombre les portails. Il développe le principe innové déjà aux confins du Brionnais, en la belle priorale de Perrecy-les-Forges, et organise autour d'un vide central des bas-côtés à tribunes faisant retour sur la troisième travée. La croisée d'ogives apparaît timidement à cette tribune centrale, ainsi qu'à sa voisine du Sud, et contribue à dater l'ouvrage des années 1140 à 1160 environ. Le narthex s'ouvrait lui-même par un portail sculpté, soit d'un Jugement dernier, qu'a remplacé un médiocre pastiche du XIXe siècle, soit, selon Viollet-le-Duc, du Christ entouré des apôtres et des symboles évangéliques. Le fronton, avec ses cinq baies en lancette éche­lonnées, dont des statues-colonnes garnissent les piédroits, est gothique. Une galerie d'arcatures trilobées meuble le registre supérieur, sous une belle voussure en cintre brisé... Et c'est, de fait, la voûte d'ogives qui triomphe dans le chœur construit, vraisemblablement à l'initiative de l'abbé Girard d'Arcy (1171-1198), pour remplacer le chœur des moines dont Etienne de Bâgé avait consacré l'autel. Trouvaille géniale que cette ample conque qui conclut dans une apothéose de nacre les féeries polychromes de la nef, nouant avec elle, au-delà de la dissemblance des styles, un dialogue mystique et qui n'a pas de fin. L'élévation est ici à triple étagement, avec, interposée entre les hautes fenêtres et les arcades en cintre brisé que soutiennent des colonnes, une galerie de circulation à double baie et colonnette médiane. Un faisceau de trois colonnettes repose en porte-à-faux sur le tailloir de chaque pile du rez-de-chaussée, et monte, coupé par trois bagues, recevoir les retombées des ogives et des formerets très surhaussés enveloppant les fenêtres hautes, qu'irradie en un continuel rejaillissement la lumière des matins.

 

(extrait de : Bourgogne romane ; Raymond Oursel, Ed. Zodiaque, Coll. La nuit des Temps, 1974, pp. 251-284)

 

"Architecture romane" "Art roman" roman romane romans romanes "Romanische Architektur" "Romanische Kunst" Romanik romanisch "Arte romanica" "Architettura romanica" "Arquitectura romanica" "Romanesque Art" "Romanesque Architecture" église abbatiale basilique Sainte-Marie-Madeleine Vézelay nef collatéral narthex bas-côté choeur déambulatoire absidiole fronton tour "baie en lancette" statue-colonne "arcature trilobée" arcade "plein cintre" arc-formeret arc-doubleau "demi-colonne engagée" "voûte d'arêtes" chapiteau frise tribune "Samson terrassant le lion" "la décollation de Saint Jean-Baptiste" "le prophète Nathan et David" "Saint-Benoît ressucitant un enfant" "Saint-Pierre et Saint-Paul priant" portail tympan Résurrection "Apparition du Christ aux apôtres" "Pèlerins d'Emmaüs" voussure Annonciation Visitation "Annonce aux bergers" Nativité "Adoration des mages" Christ linteau trumeau "signes du zodiaque" "travaux des mois" Apôtres "enlèvement de Ganymède" Luxure "démon échevelé" "la balance" "Moulin mystique" "Mort du pauvre Lazare" "Mort du mauvais riche" "David brisant la machoire du lion" "fleuves du paradis" Tentation "chute d'Adam et d'Eve" "les pélicans" "David et Goliath" "Moïse et le veau d'or" "Rencontre de Saint-Paul et de Saint-Antoine" "Hérode et Hérodiade" "Sacrifice d'Abel" "Sacrifice de Caïn" "Mort de Caïn" "Vie de Jacob" "Daniel entre les lions" "Judith et Holopherne" Saint-Pierre Saint-Antoine Saint-Martin Saint-Benoît Sainte-Eugénie"

2,456 views
1 fave
1 comment
Taken on May 1, 2011