new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Eglise Saint-Manvieu de Meuvaines | by kristobalite
Back to photostream

Eglise Saint-Manvieu de Meuvaines

Eglise partiellement romane Saint-Manvieu ; commune de Meuvaines, Calvados 14, Basse-Normandie, France

 

La valeur de la petite église Saint-Manvieu de Meuvaines découle des dispositions de sa façade et de la présence de quelques éléments assez originaux de décor sculpté. La façade occidentale joint aux grandes arcades aveugles du re^-de-chaussée, simulant l'existence de bas-côtés de part et d'autre du portail principal, comme à Étreham et à Huppain, une seconde rangée d'arcatures plaquées, de bien moindre ouverture, qui court au niveau de la base des toitures, comme à Thaon. Cette combinaison, qui rappelle bien des églises saintongeaises, s'explique-t-elle par une influence extérieure (le patronage de Meuvaines appartenait à l'abbaye de Saint-Julien de Tours) ? Ou n'est-ce pas plutôt l'invention person­nelle et sans lendemain d'un maître maçon local, réunissant selon sa fantaisie deux éléments qu'il avait aperçus sur des églises voisines ? Les chapiteaux des arcatures supérieures ont, les uns, le type classique au temps de Guillaume le Conquérant et les autres des godrons, tandis que le portail principal n'est absolument pas mouluré et est inscrit sous un grand gable triangulaire nu. L'ensemble doit dater des années proches de 1100 ou de 1110. La sculpture comporte deux statues très frustes, de factures fort différentes, logées après coup dans deux

des arcatures de la façade : un saint Pierre assis, tenant les clefs, taillé en cuvette, et un saint Manvieu debout, en évêque, traité en une vigoureuse ronde-bosse. Puis viennent quelques modillons déplacés après 1944 (ils sont dans la chapelle Sud) et surtout un très curieux et très célèbre linteau, à la porte Nord de la nef, dégagé en ipi4 : il figure, comme celui d'Octeville près de Cherbourg, une Cène taillée en cuvette d'un style très rudimentaire. Ce serait faire affront aux sculpteurs normands que d'y voir, comme on le fait trop souvent, une de leurs productions typiques. Disons simplement qu'à Meuvaines un tailleur de pierres malhabile - il avait déjà donné à son linteau une forme courbe tout à fait incongrue - s'est proposé pour faire faire à son employeur l'économie d'un artisan spécialisé. Le reste de l'église est asse% banal : une nef du XIe siècle en opus spicatum, plafonnée; un chœur voûté d'ogives du milieu du XIIe siècle, long de deux travées, dont la première supporte un médiocre clocher; un transept gothique sans âge précis. Seul le chevet plat tripartite - disposition rare à l'ère romane - mérite un examen.

 

(extrait de : Normandie romane 1 ; Lucien Musset, Ed. Zodiaque (2. éd.), Coll. La nuit des Temps, 1975, p. 35)

740 views
0 faves
0 comments
Taken on March 15, 2011