new icn messageflickr-free-ic3d pan white
IMG_6190 Georges Braque.   1882-1963.  Paris.  Pichet, citrons, compotier.  Carafe, Lemons, Fruitbowl. 1928. Cologne.  Musée Ludwig. | by jean louis mazieres
Back to photostream

IMG_6190 Georges Braque. 1882-1963. Paris. Pichet, citrons, compotier. Carafe, Lemons, Fruitbowl. 1928. Cologne. Musée Ludwig.

Georges Braque. 1882-1963. Paris. Pichet, citrons, compotier. Carafe, Lemons, Fruitbowl. 1928. Cologne. Musée Ludwig.

 

1815-1940 UNE PERIODE PLURIELLE DE LA PEINTURE EUROPENNE

  

De 1792 à 1815 l'Europe n'a pas le temps d'être artistique : Elle est totalement occupée par les grandes ambitions françaises de la Révolution et du Premier Empire. Seuls les français s'intéressent à l'Art, mais c'est celui des pays qu'ils envahissent, pour les piller et garnir leurs musées.

 

Une fois liquidées les aventures révolutionnaires et impériales, l'Europe entre dans une période d'expansion économique et politique qui se traduit dans la peinture par une des phases les plus créatives, les plus inventives et les plus diversement inspirées de l'histoire de la peinture européenne.

Malgré la première guerre mondiale cette phase de créativité va se poursuivre encore jusqu'à la seconde guerre mondiale.

On n'en finirait pas de citer les écoles de peintures, du romantisme à l'art abstrait. Cette multiplication d'écoles à la recherche de nouveaux moyens d'expression est éminemment créatrice. Juste pour mémoire, sans aucune exhaustivité et même dans le désordre:

Romantisme, néo-classicisme, préraphaélites, académisme, réalisme, idéalisme, symbolisme, préimpressionnisme, impressionnisme, nabis, fauvisme, cubisme, orientalisme, expressionnisme, sécessionnisme, surréalisme, art abstrait, dada, néo-plasticisme......

Ce n'est pas seulement une floraison de noms nouveaux, c'est une explosion de formes nouvelles, de thèmes nouveaux, de sensibilités et de significations nouvelles, de beautés nouvelles.

L'Art Abstrait est une de ces recherches très positives qui renouvellent le paysage de la peinture européenne.

 

Cette recherche, cette inventivité, dans le domaine des arts, et de la peinture en particulier, cette liberté des horizons de l'art, sont le reflet des diversités idéologiques qui existent en Europe de 1815 à 1945.

Pas de monolithisme de la pensée européenne à cette époque. Pas de monolithisme de l'Art européen. A l'exception de la Russie qui rentre dès 1917 dans le monde de la pensée unique et du Non Art. A l'exception aussi de l'Allemagne hitlérienne qui en fait autant à partir des années 1930 et suivants. Avant et ailleurs en Europe, toutes les écoles coexistent du figuratif académique à l'abstrait, avec leur inventivité particulière.

Malgré un ultranationalisme très présent, hérité là encore de la révolution française (La Patrie en danger!!! ), toutes les sensibilités idéologiques ont droit de cité en Europe, si on la regarde globalement : De la restauration monarchique au communisme.

Les tensions ne manquent pas certes, les affrontements sont terribles, absurdes et sanglants, mais la liberté d'expression est très présente. La presse des principaux pays européens, très diverse et très libre de langage, en témoigne. L'Art de la peinture aussi, par sa diversité de styles et de sujets.

  

A PLURAL PERIOD OF EUROPEAN PAINTING

 

From 1792 to 1815 Europe has no time to be artistic: It is fully occupied by the great French ambitions of the Revolution and the First Empire. Only the French are interested in art, but it is the art of the countries they are invading, to plunder, and garnish their museums.

 

Once liquidated the revolutionary and imperial adventures, Europe enters a period of economic and policiy expansion reflected in the painting by one of the most creative phases, the most inventive and most diversely inspired from the history of European painting.

Despite the First World War, this phase of creativity will continue even until the Second World War.

We no end quote, paint schools of romanticism to abstract art. This multiplication of schools looking for new means of expression is highly creative. Just for the record, no complete and even in the disorder:

Romanticism, neoclassicism, Pre-Raphaelites, academicism, realism, idealism, symbolism, pre impressionism, impressionism, Nabis, fauvism, cubism, orientalism, expressionism, secessionism, surrealism, abstract art, dada, neo-Plasticism ......

It's not only a flowering of new names is an explosion of new forms, new themes, sensibilities and new meanings, new beauties. The Abstract Art is one of those very positive research that renew the landscape of European painting.

This research, this inventiveness, in the field of arts and painting in particular, that freedom of the horizons of art, reflect the ideological diversities that exist in Europe from 1815 to 1945. No monolithic European thought at the time. No monolithic European Art. With the exception of Russia, which in 1917 between in the world of the unique thought and of Non Art. With the exception also of Nazi Germany who does the same from 1930 and followings.

Before and elsewhere in Europe, all schools exist together, since the figurative and academic painting up to the abstract, all schools with their particular inventiveness.

Despite a fairly dominant ultra-nationalism, again inherited from the French Revolution (The Fatherland in Danger !!!), all ideological sensitivities are represented in Europe, if the overall look: From the restoration of the monarchy to communism.

Tensions abound certainly, Clashes are terrible, senseless and bloody, but freedom of expression is very present. Press the main European countries, very diverse and very free language, evidenced. Art of painting too, with its diversity of styles and subjects

   

3,166 views
40 faves
2 comments
Taken on February 16, 2016