new icn messageflickr-free-ic3d pan white
CC-65001 | Cité du Train | Mulhouse | France | by CrËOS Photographie
Back to photostream

CC-65001 | Cité du Train | Mulhouse | France

Les CC 65000 sont une série de 20 locomotives diesel commandées par la SNCF le 1er février 1955. La première a été mise en service au dépôt de La Rochelle le 8 janvier 1957. Elles ont été radiées entre 1981 et 1988. Elles étaient affublées du surnom de sous-marins.

  

1954 : une révolution à la SNCF. Un appel d'offre pour la construction de diesels de lignes est lancé. Ceux-ci seront destinés à remorquer tout type de trafic: voyageurs express, messageries et marchandises sur Bordeaux-Nantes et La Rochelle-Poitiers, ces machines prenant la place des 231 F', 141 R, 141 C et 140 C.

 

Alsthom se met sur les rangs de ce projet, d'autant plus que le cahier des charges est exigeant :

 

* poids adhérent de 100 tonnes,

* charge maximum par essieu de 18 tonnes,

* effort à la jante à 20 km/h : 15800 kg - à 120 km/h : 2610 kg

* utilisation de fuel domestique,

* chaudière à vapeur de 780 kg/h,

* vitesse maximum 130 km/h,

* 1 cabine à chaque extrémité.

 

En fait, il a été possible de ramener la charge par essieu à 17 tonnes.

 

Les deux moteurs MGO développent chacun 925 ch à 1500 tours/mn. Un essai est fait avec des moteurs de 16 cylindres au lieu de 12 précédemment. Ces moteurs sont construits sous licence MGO par la société SACM à Mulhouse.

 

Les six moteurs de traction sont suspendus par le nez, chaque moteur attaquant un essieu.

 

Les 060 DB, futures CC65000 comportent un groupe électrogène par groupe-moteur et ceux-ci peuvent être isolés.

 

Le manipulateur, caractéristique, comprend deux parties :

 

* une commande marche avant/marche arrière avec les positions Série/Parallèle et Point Mort

* un volant avec les positions zéro, lancement et 8 crans de traction plus le poignées de la veille automatique.

 

Les essais initiaux se déroulèrent d'août à novembre 1956 autour de Belfort. La veille du départ la 060 DB 01 démarra une rame de 1100 tonnes en rampe de 10 ‰ avec un effort au crochet de 23 tonnes. Regagnant Paris par ses propres moyens,elle fut présentée à Monsieur Boyaux, alors directeur général de la SNCF, lors de marches entre Paris et Mantes. En 1958, les 060 DB 01 et 08 firent des marches spéciales entre Marseille et Vintimille en simple ou double traction ; l'électrification de cette section n'étant pas encore certaine.

 

Au départ, les 060 DB 1 à 16,18 et 20' seront fixées sur la région Ouest tandis que les 060 DB 17 et 19 (rejointes en 1958 par les 060 DB 13,14 et 15) seront destinées à des navettes entre les triages de Saint-Louis en France et Bâle-Muttenz.

 

Le dépôt de la Rochelle deviendra alors titulaire de ces machines, leur fief allant de Nantes à Bordeaux (376 km), de la Rochelle à Poitiers (147 km), d'Angoulême à Royan (113 km) avec des incursions sur Paimbœuf, Fouras et le Chapus.

 

En 1962,les 060 DB deviennent CC 65001 à 20.

 

En 1968, Nantes et la Rochelle reçoivent des BB 63500, permettant ainsi l'amélioration du service, le nombre étant quand même limité. Tractant souvent en double traction les trains de voyageurs, les CC 65000 seront retirés du service en 1971, avec l'arrivée des CC 72000, les chaudières étant déposées en 1978.

 

Parfois en période pointe, les CC 65000 se retrouvent en tête de trains militaires ou de pélerins, ou parfois peuvent être utilisées dans des compositions particuliéres.

 

Par la suite, Nantes devient titulaire de ces machines lors de la fermeture du dépôt de la Rochelle. Les dernières années de services sont donc dévolues à des messageries et des RO. Et pourtant jusqu'en 1983, ces engins effectuaient des parcours mensuels supérieurs à 9000 km.

 

La carrière de la CC 65010 s'est arrêtée en 1981 par sa radiation suite à un accrochage au dépôt de Bordeaux et celle de la CC 65014 en 1984 (alors qu'elle était en réparation différée, RD).

 

D'autre ont été garées en bon état, les AIA AIA 68000', prenant petit à petit la relève.

 

Il a également été question d'autre part d'un transfert de quelques unités pour la construction de la ligne du TGV Atlantique, ce qui aurait conféré un modeste sursis pour ces machines de trente ans qui furent les premiers diesels de ligne.

 

Machines préservées :

 

* CC 65001 : Cité du train (Mulhouse)

* CC 65005 : Agrivap (Musée de la machine agricole et à vapeur d'Ambert), utilisé sur la la ligne de Courpières à Arlanc

* CC 65006 et CC 65012 : sur l'étoile de Richelieu

 

Source : Wikipédia

8,447 views
11 faves
2 comments
Taken on August 22, 2008