El Molo tribe woman - Kenya

The El-Molo are the smallest ethnic group in Kenya, numbering about 300 people.They originally settled in the north of Lake Turkana but were forced by the other tribes to move south to the small islands. There are now gathered into two villages, Anderi and Illah, respectively 150 and 70 inhabitants. The Samburu name for El-Molo means "the people who eat fish". As a matter of fact, the El-Molo's life is based on fishing, and that is why they suffer greatly of the increasing pollution of the lake. Their main diet consists of fish and occasionally crocodile, turtle and other wildlife. Killing hippos gives a great social status to the warrior. They hunt from rafts with hand-made harpoons from acacia roots, their fishing nets are constituted of palm fibers. The El-Molo still live in small circular huts, built on the shore of Lake Turkana, even if they are slowly being replaced by permanent concrete buildings. Like the Samburu, the El-Molo wear necklaces and bracelets made of colored beads. Nowadays, only the elder dress in a traditional way.Most of them are not "pure" El-Molo since they have been combined with Samburu and Turkana bloodlines. However, intermarriage with other tribes and abandonment of the nomadic lifestyle has helped to increase the number of individuals. So they certainly have taken the customs from the other tribes. The originality of this ethny is that they have also mixed their traditions with the ones of Christianity. For example, a El-Molo woman can wear a tribal necklace and a cross at the same time.

Les El-Molo sont le groupe ethnique le plus petit du Kenya, avec un total de 300 personnes environ.Installés à l’origine au nord du Lac Turkana, ils ont été forcés par les autres tribus à se déplacer au sud sur de petites îles. Ils sont maintenant rassemblés dans deux villages, Anderi et Illah, avec respectivement 150 et 70 habitants.Le nom des Samburu pour El-Molo signifie « le peuple qui mange du poisson ». En fait, la vie des El-Molo est basé sur la pêche, et c’est pourquoi ils souffrent grandement de la pollution accrue du lac. Leur alimentation principale est composée de poissons et occasionnellement de crocodiles, tortues et autres animaux sauvages. Ils chassent depuis des radeaux avec des harpons faits main avec des racines d’acacia, leurs filets de pêche sont constitués de fibres de palmier. Les El-Molo vivent encore dans des petites huttes de forme circulaire, construites sur les rives du lac Turkana, même si elle sont peu à peu remplacées par des bâtiments en dur permanents. Comme les Samburu, les El-Molo portent des colliers et bracelets faits de perles colorées. De nos jours, seuls les plus vieux s’habillent de façon traditionnelle.La plupart d’entre eux ne sont pas de « purs » El-Molo puisqu’ils se sont mélangés aux lignées Samburu et Turkana. Toutefois, les mariages inter ethniques et l’abandon du mode de vie nomade a aidé à augmenter le nombre d’individus. De fait, ils ont certainement pris des coutumes des autres tribus. L’originalité de cette ethnie est qu’ils ont aussi mélangé leurs traditions avec celles du christianisme. Par exemple, une femme El-Molo peut porter un collier tribal et une croix en même temps.

 

 

© Eric Lafforgue

www.ericlafforgue.com

 

S Search
Photo navigation
< > Thumbnail navigation
Z Zoom
B Back to context