new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Nevers (Nièvre) | by sybarite48
Back to photostream

Nevers (Nièvre)

Nevers (Nièvre)

 

Maison de "Maître Adam" (XVIIe siècle).

 

Adam Billaut (1602 - 1662), menuisier et poète.

 

Sous la protection de la duchesse de Nevers, Louise-Marie de Gonzague, il essaiera de s'établir dans les salons parisiens. Il sera pensionné par Richelieu. Il publiera une Ode à Monseigneur le cardinal duc de Richelieu, par le menuisier de Nevers en 1639 :

 

Ode à Monseigneur le cardinal duc de Richelieu.

 

Grand Ministre d'Etat, le plus grand de la terre,

Atlas dont nostre Empire est l'immobile faix,

Qui cultive nos lys dans un hyver de guerre,

Pour les éterniser dans un printemps de pais;

Invincible Heros dont la glmoire infinie

A des Heros passez la mémoire ternie,

Et d'un puissant effort les Titans abatus;

Tutelaire Demon que la France a fait naistre,

Souffre encore une fois que ma Muse Champestre

Consacre ses chançons à tes rares vertus.

 

Ça valait bien une pension...

 

 

Il composa trois recueils :

Les chevilles (1644) qui connu un certain succès.

Le vilebrequin (1663), paru à titre posthume (Le Vilebrequin de maître Adam, menuisier de Nevers, contenant toutes sortes de poésies gallantes, tant en sonnets, épîtres, épigrammes, élégies, madrigaux, que stances et autres pièces).

Le rabot (1663) qui ne sera jamais publié.

 

 

Le grand Corneille consacrera un sonnet à Maître Adam Billaut menuisier de Nevers, sur "ses chevilles":

 

 

Le dieu Pythagore et sa métempsycose

Jetant l'âme d'Orphée en un poëte françois :

"Par quel crime, dit-elle, ai-je offensé vos lois,

Digne du triste sort que leur rigueur m'impose?

 

"Les vers font bruit en France; on les loue, on en cause;

Les miens en un moment auront toutes les voix;

Mais j'y verrai mon homme à toute heure aux abois,

Si pour gagner du pain il ne sait autre chose.

 

- Nous savons, dirent-ils le pourvoir d'un métier:

Il sera fameux poëte et fameux menuyisier,

Afin qu'un peu de bien suive beaucoup d'estime."

 

A ce nouveau parti l'âme les prit au mot,

Et, s'assurant bien plus au rabot qu'à la rime,

Elle entra dans le corps de maître Adam Billaut.

 

 

La mère d'Adam Billaut mourut de la peste (probablement pendant l'épidémie de 1627-1629) et fut enterrée dans une île de la Loire non loin de Nevers. Adam laissera un émouvant "A ma mère" :

 

Touché d'une douleur amère,

Je viens tous les jours sur ces borts,

Où le cadavre de ma mère

Croist le triste nombre des morts

Où suivant l'ordre de nature,

Considérant la sépulture

Où gist l'objet de mon amour,

Je sens de si dures attaintes,

Que je fais redire mes plaintes

A tous les échos d'alentour.

 

Pressé d'une horrible manie,

J'appelle les Dieux inhumains,

Exerçant une tyrannie

Contre moy-mesme de mes mains;

Là mon âme en fureur déteste,

Contre la rage de la peste

Qui me suscite ces malheurs;

Et mes yeux en ouvrant leur bonde,

Font que mesme la Loire gronde

Se voyant grossir de mes pleurs.

 

On ne me voit plus dans la ville,

L'oeil d'Aminte ne m'est plus beau,

Mon élément est dans cette isle,

A gémir dessus ce tombeau;

Mes amis ont perdu l'usage

De reconnestre mon visage,

Tant il est pasle et décharné,

Et maintenant je ne m'amuse

Qu'à faire chanter à ma muse

Un Libera me Domine.

 

Si dans un deüil si plein de rage,

croton m'ouvroit le monument,

Elle répareroit l'outrage

Qu'elle a fait à mon sentiment,

Parmy ces marescages sombres,

Où la mort engage les ombres

A l'éternité d'un séjour,

Bannissant l'ennuy qui m'entame,

J'iray rejoindre la belle ame

Sous laquelle je vis le jour.

 

En quelque part que tu repose,

Chère ame si pour me punir,

Le ciel, de ce que je propose

Ne t'empesche le souvenir,

Tu sçauras que toute ma vie,

Poussé d'une pieuse envie,

Je viendray pleurer dans ces lieux,

Et qu'avant que finir mes larmes,

Jupin aura perdu les armes

Dont il murmure dans les cieux.

 

(Les Chevilles. Pièces élégiaques)

239 views
4 faves
0 comments
Taken on August 20, 2016