Pic de la Cabaneta (2847 m)
11 Juin 2013 - Versant SE

Ce que j'aime avant tout en montagne, c'est ouvrir de nouvelles portes. C'est-à-dire explorer des vallées qui me sont inconnues pour aller découvrir des sommets inviolés. Et force est de constater que dans les Pyrénées-Orientales, après des années de prospection, mon choix en la matière commence à être limité... Certes il reste bien quelques sommets que je souhaite gravir, mais d'ores et déjà mon regard se porte plus à l'ouest, du côté de l'Ariège et de l'Andorre. Là aussi, le terrain de jeu est vaste. Il s'agit du secteur que je connais le moins dans toute la chaîne pyrénéenne. Tout juste y ai-je fait quelques petites balades en famille dans ma jeunesse. Et en haute montagne je n'ai à mon palmarès que l'ascension des "3000" du coin, et encore, c'était en montant par le versant espagnol ! Début donc d'une nouvelle époque, qui devrait me voir explorer les montagnes de l'Ariège, sauvages, et celles de l'Andorre, qui le sont beaucoup moins.

Ce sera, pour commencer, l'ascension du Pic de la Cabaneta, une montagne arrondie qui s'élève au nord du Pas de la Case. Tout commence par un fourvoiement : il est 5h, il fait nuit noire, je ne suis sans doute pas bien réveillé, et je manque le départ (timide) du sentier. Je me retrouve trop bas, et ce n'est qu'après une laborieuse traversée de torrent que je prends pied sur la montagne d'en face, la moitié du corps trempée. Du coup, me voilà réveillé.

Je monte par les pentes herbeuses du versant sud-est, pas mal déneigées car prenant le soleil de plein fouet, jusqu'au Cap de la Cometa del Forn (2691 m). En suivant la crête très facile vers l'ouest je rejoins ensuite le Roc Mélé (2811 m) puis le Pic de la Cabaneta, dont l'altitude paraît erronée. A vu d'œil, il est à peine plus haut que le Roc Mélé. L'altitude de 2818 mètres, que l'on trouve sur certaines cartes, me semble bien plus cohérente. Depuis le sommet j'ai droit à un beau panorama sur toutes les montagnes de la région. Montagnes sur lesquelles je peine encore à mettre des noms, mais ça viendra. Je suis particulièrement impressionné par le Pic de Rulhe situé au nord. Son altitude est modeste, mais sa silhouette escarpée le fait véritablement sortir du lot. Il faudra aller voir par là-bas !

Descente très rapide par la combe sud-est, en profitant des névés. Puis par la rive gauche de la vallée, où je déniche, ô miracle, une passerelle pour traverser ce foutu torrent. Ouf, je m'imaginais déjà contraint à un second bain forcé. Je conclus ainsi cette rando sympa, bien que pas très variée, en somme. Enfin, dommage que l'on entende en permanence l'inlassable vrombissement des voitures se ruant au Pas de la Case pour remplir leur coffre de toutes sortes de produits détaxés...
15 photos