new icn messageflickr-free-ic3d pan white
Eglise Saint-Martin d'Arces-sur-Gironde | by kristobalite
Back to photostream

Eglise Saint-Martin d'Arces-sur-Gironde

Eglise (partiellement) romane Saint-Martin ; commune d'Arces-sur-Gironde, Charente-Maritime 17, Poitou-Charentes, France

 

Les origines de cette église semblent remonter au moins au XIe siècle. Cédée en 1086 à l'abbaye Saint-Étienne de Vaux, elle sera reconstruite au cours du XIIe siècle. De cette période date son abside à trois pans, de style roman, seul vestige de l'édifice originel, qui sera considérablement remanié au cours de son histoire. D'importants travaux ont lieu à partir de 1670, lesquels modifieront la structure de la nef. La façade, quant à elle, fut édifiée en 1703. Elle se compose d'une porte à fronton triangulaire brisé, surmontée d'une baie rectangulaire, et est encadrée par deux contreforts massifs.Le sanctuaire est composé d'une nef unique de deux travées, coupée par un transept prolongé par deux chapelles seigneuriales gothiques, qui ont remplacé les absidioles romanes au XIVe siècle. Le clocher octogonal, surmonté d'une flèche d'ardoise, se dresse à la croisée du transept. La décoration de l'abside fut entièrement repensée au XIXe siècle : de cette époque datent les fresques murales et la voûte céleste peinte sur le cul de four. Les vitraux et la statuaire ornant l'édifice datent également de cette même époque. Le retable qui se trouve dans le chœur fut restauré en 1994.De l'église, située sur un promontoire dominant le bourg, l'on a une vue panoramique sur les collines, l'estuaire de la Gironde et les côtes du Médoc.L'église fut classée monument historique le 19 janvier 1911.

 

(extrait de : fr.wikipedia.org/wiki/Arces_%28Charente-Maritime%29#L.27....

 

Ancienne dépendance de l'abbaye de Vaux. Édifice assis sur l'une des dernières hauteurs qui dominent le fleuve, ce qui explique la relative complication de son accès auprès d'une source. L'église doit se trouver sur l'un des points avancés de la ville romaine centrée autour du fanum dit le Moulin du Fâ. L'entrée et la nef en berceau brisé, remaniées au XVIIe siècle, aboutissent à un carré du transept délimité par des colonnes solides soutenant le clocher dont la voûte assez empirique rappelle l'arc de cloître. Chœur orné de sculptures curieuses : pèsement des âmes, animaux divers, démon à cheval sur un saurien et crocodile dévorant un damné, le tout présen­tement colorié brutalement. Le plus élégant est le chevet divisé par des contreforts-colonnes, entre lesquels des arcs brisés forment relief au-dessus des fenêtres sous voussures et archi­voltes plein cintre. Modillons de la corniche et chapiteaux sculptés formant un décor gra­cieux, intéressant et vigoureux.

 

(extrait de : "Saintonge romane" ; François Eygun ; Coll. Nuit des Temps, Ed. du Zodiaque, p. 28)

951 views
1 fave
0 comments
Taken on June 5, 2010